Bienvenue sur la suite du forum à succès Pokémon Aube, Invité. Après l'incroyable assaut de la Team Zodiac, où en sont les choses sur l'île de Maïlys?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Alberto & Febe
Il protettivi / Gaïa
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 17/08/2014
Age : 20

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Mer 1 Oct - 20:00


Voilà quelques jours, voir quelques semaines que Alberto était connu sous le sobriquet de Gaïa. Même ses collègues de la Zenith avaient troqués le traditionnel « Monsieur Modenese » pour un « Gaïa », malgré les objections de l’intéressé. Il fallait aussi dire que celles-ci n'étaient réellement présentes dans la réalité, le brun ne voulant pas blesser ses subordonnés. De plus, son envie de bien faire et sa quasi-paranoïa ne s'étaient pas atténuées, au contraire. Il avait toujours peur de mal faire, malgré qu'il savait qu'il connaissait son sujet ou que ses discours avaient été étudié et répétés. Mais malgré ces petits problèmes, il parvenait à se faire apprécié autant par ses subordonnées à la Zenith SARL que par les Citoyens de l'organisation Aurore. Ce qui n'était pas plus mal, n'est-ce pas ? Mais récemment, l’intérêt des gens à son égard s'appauvrissait et pour cause : un nouveau Libérateur avait été dévoilé. Ainsi, l'attention était portée sur le nouveau venu, à la manière des dizaines de téléphones qui captaient à chaque fois l'attention. C'était une technique simple, pour garder l'attention du public, et ça plaisait plus ou moins à Alberto. « Plus », car il n'aimait pas tellement tout ces regards tournés vers lui, « moins », parce qu'attention que portait les citoyens pour son travail déclinait également. Mais ce n'était pas pour cela que Gaïa devait relâcher ses efforts, au contraire. A deux, ils allaient pouvoir mieux rependre la bonne parole de l'organisation.

Dans cette optique, Alberto avait proposé un rendez-vous à Ôkami, le nouveau Libérateur, au 98ème étage, là où Gaïa avait installé ses quartiers. Et le mieux était que Ribbons avait accepté. Certes, le premier Libérateur voulait parler un peu de l'avenir et des projets pour l'organisation, mais également pour en apprendre plus sur lui car… Il n'y avait rien sur lui. Strictement rien. Alberto avait beau avoir cherché dans les fichiers de l'organisation et de l'entreprise, c'était le néant. Alors oui, pour une fois, le brun avait envie de rencontrer quelqu'un. Mais ce n'était pas vraiment pour socialiser, non. C'était pour fabriquer lui-même un fichier personnel sur Ôkami. Certes, Isis devait avoir une, voir plusieurs bonnes raisons pour avoir engagé ce Libérateur, mais Alberto avait tout de même peur. Peur qu'il finisse par devenir un traître et surtout peur que ses idéaux ne collent pas à l'idée de base de l'organisation. Il fallait qu'il en ait le cœur net.

Ainsi, ce vendredi matin, Alberto faisait les cent pas dans son bureau, en attendant son invité. Son bureau était du genre classique, avec une grande vitre blindée prenait tout un pan du mur, un plancher au sol, avec un long tapis bordeaux s'étirant jusqu'à un large bureau en bois, sans trop de décorations. Les murs étaient unis, avec simplement un tableau représentant une petite rivière courant dans la forêt. Il y avait également une porte simple sur le gauche, menant à un bureau plus petit et surtout moins bien rangé. C'était là que Alberto travaillait réellement, le bureau le plus grand ne servant que pour les rendez-vous. D'ailleurs, Febe était adossée à côté de la porte du bureau de travail, en costume masculin, portant son Balbuto dans ses bras et suivant du regard son grand frère de coeur, jusqu'à ce qu'elle tourne la tête vers les grandes portes, alors que Alberto prenait une grande inspiration, en s'arrêtant finalement, se tournant lui aussi vers la porte, restant à côté de son bureau, avant de parler doucement, tentant de se calmer en se disant qu'ils étaient au même niveau hiérarchique, lui et Ôkami.


«  Bonjour, Ôkami. »
* Bonjour. *
Termina la jeune fille, par la télépathie de son Balbuto, avant de reporter son attention sur le brun.


Dernière édition par Alberto & Febe le Sam 1 Nov - 22:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ribbons Deroze
Ôkami/Jigsaw
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 10/09/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Jeu 2 Oct - 0:16

Ribbons se trouvait à Mégapagopolis lorsqu'il avait reçu le message. Gaïa voulait le voir ? Gaïa, le premier Libérateur. Que pouvait bien lui valoir son attention ? Une volonté de lui montrer qu'il était le premier Libérateur et par conséquent le meilleur ? Ou bien une simple envie de connaître ses collègues ? Ne pouvant pas quitter son atelier dans l'immédiat, Ribbons prit le temps de finir son test avant de partir. Le sujet avait échoué. Dommage pour lui. Qu'il repose en paix. À vrai dire, il aurait très bien pu survivre, mais il s'était entêté dans une voie qui ne pouvait le mener que jusqu'à la mort. Après avoir dégagé le corps, nettoyé la pièce, récité les ritees funéraires, il finit par brûler le cadavre. Puis, ayant préparé un nouveau jeu, Ribbons put enfin se mettre en route pour la Tour Zénith.

Dans l'ascenseur, il se prépara mentalement. Sans qu'il ose jamais l'avouer, Gaïa l'impressionnait : avec presque dix ans de plus que lui, il avait du mal à le considérer comme un égal et le voyait plus comme un aîné, quelqu'un avec bien plus d'expérience et à qui par conséquent il devait le respect. Le simple fait de devoir le voir en tête-à-tête l'impressionnait un peu. Mais au fond, c'était peu probable. Il savait que Gaïa était en réalité deux personnes. La première, il la connaissait : Alberto quelquechose, ce gaillard de bientôt trente ans. Et pour l'autre, il s'agissait d'une jeune femme qu'il avait déjà eu l'occasion de croiser depuis son arrivée à l'Aurore. Une certaine Febe. Soyons honnête un moment : Ribbons devait s'avouer qu'il la trouvait très belle. Mais à chaque fois qu'il se surprenait à y penser, une image de Marie revenait dans son esprit. Il faisait tout cela pour elle. L'oublier serait impardonnable.
Pendant la longue ascension, le garçon eut le temps de revoir son ensemble : il portait sa tenue habituelle, épurée, féminine, aux tons bleus ciel qui s'accordaient avec ses cheveux vert tendre. Juste avant d'atteindre le sommet, il sortit une boîte de gélules, en avala deux et rangea le flacon.

Enfin, les portes s'ouvrirent sur le vaste bureau, révélant l'homme en face et la jeune femme sur la gauche. Lorsqu'ils le saluèrent, le garçon y répondit avec un sourire et alla serrer la main de Gaïa :


- Bonjour Gaïa.

Il adressa rapidement un signe de la main à la jeune femme : si elle n'avait pas voulu plus s'engager, c'est qu'elle ne le souhaitait sans doute pas, inutile de l'embarquer dans une conversation qu'elle n'apprécierait sans doute pas.

- Vous avez demandé à me voir ?

Il avait dit cela avec un sourire simple mais franc, sans encore prendre la liberté de s'asseoir, attendant ce que son aîné avait à lui dire.[/b]

_________________







"Those who do not appreciate life do not deserve life."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alberto & Febe
Il protettivi / Gaïa
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 17/08/2014
Age : 20

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Jeu 2 Oct - 12:46

Hum. Ôkami semblait être plus à l'aise pour parler que Alberto, ce qui, en soi, n'était pas vraiment difficile. Gaïa serra donc la main de l'autre Libérateur, tout en l'observant de bas en haut. Eh bien, les Libérateurs semblaient aimer les costumes atypiques : Alberto avait son grand manteau à motifs et sa longue écharpe et Ribbons son costume bleu, allant mieux pour une femme qu'un homme. Mais le brun n'était pas là pour juger son homologue à la couleur de cheveux improbable. Par contre, Febe pouvait se permettre de juger le jeune homme, le premier mot lui venant étant « Gay », tout simplement. Les traits d'Ôkami étaient trop fin, son choix de vêtements était digne d'une femme et son nom ressemblait à «  Rubans Roses », donc, pour elle, le mot se justifiait. Bien sûr, par soucis de politesse, elle se garda bien de révéler son impression, se disant qu'elle aurait très rapidement l'occasion de la donner lors du visionnage des caméras de surveillance. Car oui, chaque mouvement dans la pièce était enregistré, puis transmit au serveur personnel de Gaïa. Encore une fois, il s'agissait là d'un soucis de sécurité mêlée à une légère paranoïa. Depuis qu'il avait été nommé Libérateur, son bureau était l'endroit le plus sécurisé, après le 99ème étage, qui était d'ailleurs en constant travaux pour approcher à pas feutrés de la perfection.

Dans tout les cas, Alberto devait discuter avec Ribbons, pour ne serait-ce qu'avoir des fichiers vidéos sur ce personnage. Il fallait donc qu'il fasse durer la discussion, en cherchant à obtenir des informations de la bouche d'Ôkami. C'était donc parti et ça allait être simple, non ? Il suffisait de trouver un sujet de conversation, entre l'organisation et l'identité du jeune homme. Alberto prit donc une profonde inspiration, avant de parler, en restant droit devant l'autre Libérateur.


« Oui, j'ai demandé à vous voir, Ôkami. Comme vous devez le savoir, Isis compte sur nous pour mener l'Aurore jusqu'à son aboutissement final. Mais avant de parler des choix et des projets pour l'organisation, je tiens à mieux vous connaître, comme vous devrez mieux me connaître. La bonne santé d'une organisation n'est-elle pas directement liée à la cohésion dans le groupe qui la dirige ? Ainsi, si vous avez des questions sur ma personne, je serai enchanté d'y répondre. Et je dois vous avouer que je suis comme qui dirait « curieux ». Hum. Mais je vous en pris, asseyez-vous si vous le souhaitez. »
Termina-il, en passant de l'autre côté, dos à la vitre blindée, tout en fixant du regard le jeune homme. Plus le brun y pensait, plus il se disait qu'Ôkami était trop jeune, pour être dans le conseil de tête d'une organisation comme Aurore. Alberto se disait, en plaquant doucement ses paumes sur le bureau, que si Ribbons savait se montrer digne de sa confiance, il saurait lui tendre la main pour l'aider. Après tout, Alberto avait été à la tête de quelques équipes dans la Zenith SARL, alors il pouvait peut-être aider le jeune garçon. Tout cela était à voir, mais ce n'était pas une hypothèse impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ribbons Deroze
Ôkami/Jigsaw
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 10/09/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Jeu 2 Oct - 13:43

Apprendre à mieux se connaître ? C'était pour cela qu'il avait demandé à le voir ? Ribbons, malgré la confiance naturelle qu'il accordait aux membres de l'Aurore et qui plus est au Libérateur Gaïa, ne pouvait se détacher de ce sentiment d'inquiétude : il sentait quelque chose d'autre derrière ce simple « apprendre à se connaître ».
Balayant ses doutes d'un geste discret de la tête, il prit place sur le fauteuil en face de lui. Gaïa devait sans doute ne pas avoir confiance en lui. Serait-ce à cause de son accoutrement ? De son jeune âge ?


« Parlons de nous, alors, dit-il d'un air qui se voulait décontracté. Autant commencer par ce que nous avons en commun. Je suis rentré chez les Aurore pour honorer un proche, quelqu'un qui aimait ce monde et qui aimait la vie. Malheureusement, cette même vie qu'elle aimait lui a été... ôtée. Par les Zodiacs, ces gens avec si peu de considération pour la vie humaine. Alors, lorsque Isis m'a demandé si je voulais la rejoindre, j'y ai vu comme un signe, un signe que je pourrai aider les gens, empêcher les tragédies comme celles-ci de se reproduire, empêcher que d'autres personnes vivent avec le même sentiment de culpabilité que celui que je ressens en chaque instant. »

Il s'arrêta un moment, constatant que, bien que voulant d'abord préserver sa vie privée, il avait fini par se laisser emporter et avait déjà dévoilé plus qu'il n'aurait d'abord voulu. Tant pis, peut-être pourrait-il alors demander plus de la part de son interlocuteur. Il reprit alors d'une voix presque guillerette :

« Et vous ? Qu'est-ce qui a pu entraîner un homme comme vous et une jeune femme dans une telle organisation ? »

Au fond, Ribbons ne connaissait pas non plus ses interlocuteurs. Il avait juste appris que Febe était muette et communiquait via ses Pokémons. Mais il ignorait tout de leur histoire, comment ils en étaient arrivés là.

_________________







"Those who do not appreciate life do not deserve life."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alberto & Febe
Il protettivi / Gaïa
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 17/08/2014
Age : 20

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Jeu 2 Oct - 18:33

Oui,c'était clair, Ôkami était bien plus à l'aise que Alberto pour parler. Là où le brun était plus rigide dans sa posture et formel dans ses paroles, le jeune homme semblait bien plus décontracté. Il conta ainsi son histoire, comment Isis était venue le chercher pour le recruter et son histoire était pour le moins… Classique ? La perte d'un être cher, la culpabilité, la haine de la Ligue et l'envie d'aider les citoyens étaient des raisons classiques. Alberto se releva lentement sur la fin du discours de l'homme aux cheveux verts, se disant qu'il manquait clairement des données dans cette histoire. Est-ce que il les cachait volontairement ou était-ce un plan d'Isis ? Car une telle histoire était courante… Pour les citoyens. Il est vrai qu'il portait en lui la base de l'idée de l'organisation Aurore, mais cela était loin d'être suffisant pour Alberto. S'il disait la vérité et qu'Isis était allé spontanément le rencontrer pour lui proposer le poste de Libérateur, alors il fallait demander plus d'informations à la dirigeante, ce qui allait se révéler difficile étant donné que la femme avait un emploi du temps surchargé. Par contre, s'il mentait, il y avait deux solutions possibles : soit Isis lui avait demandé de ne rien révéler, en ayant des projets particuliers pour lui, soit il avait choisi lui-même de cacher des choses sur les raisons d'Isis ainsi que son but, ce que Alberto trouverait inacceptable. Ainsi, il préférait imaginer qu'Isis menait la danse, sans pour autant laisser l'autre hypothèse de côté. Mais bien évidemment, Ôkami s’intéressa également aux histoires du duo. Alberto se retint de plonger sa main dans ses cheveux, n'ayant pas vraiment prévu de quoi dire sur cela. Bon, il suffisait de dire la vérité sans se précipiter ni stresser. Une petite inspiration et c'était parti, calmement.

« Hum. J'imagine que vous avez entendu parler de l'incident d'il y a quelque années. Un raid de sbires Zodiac permit par une mauvaise sécurisation de la zone qu'ils visaient, provoquant des morts, de gros dégâts matériel ainsi que mon incarcération pour négligence, malgré mon innocence. Après cela, la Zenith SARL m'acceptait et je prouvais rapidement ma valeur ainsi que mon innocence aux yeux d'Isis. Ainsi, elle me permit de prendre en charge la sécurisation de la Tour Zenith. Puis vint la Guerre et enfin la proposition d'Isis. Et fut ainsi que je pris le titre de Libérateur sous le nom de Gaïa. Depuis ce jour, je tiens à faire respecter les valeurs d'origine de l'organisation, tout en faisant en sorte de protéger les citoyens, pas seulement ceux adhérents à l'Aurore, mais tous, sans exceptions. Il fit une légère pause, avant de reprendre, en tournant le regard vers la blonde qui les observant silencieusement, toujours adossée au mur. Pour ce qui est de Febe, je lui laisse l'occasion de conter elle-même son histoire. » Termina-il, espérant que Febe ne serait pas trop sauvage dans ses paroles et qu'elle n'enverrait pas balader le jeune homme aux cheveux verts. Puis après un petit moment de réflexion, la blonde fixant le nouveau Libérateur, elle se décida à répondre.

* Je suis son assistante et sa protégée. Il n'y a rien d'autre à dire sur moi.*

Eh bien, ce n'était pas si mal, franchement. Elle ne l'avait pas repoussé trop violemment et était restée posée. Alberto aurait presque pu applaudir sa protégée, mais cela aurait pu paraître blessant envers le jeune homme. Quoi qu'il en était, la conversation devait continuer et là, Alberto avait des idées dont une en particulier. Il ré-focalisa son attention sur Ôkami, en croisant doucement ses bras au niveau de son torse, droit comme les statues de Lakit. Il était temps pour cette discussion de déborder un peu sur le travail, tout en restant dans le personnel.

« Avez-vous des projets pour l'organisation ? Ou des méthodes particulières pour le recrutement ou la pérennisation de l'Aurore ? J'aimerais que l'on puisse s'accorder sur tout cela, pour le bon fonctionnement de l'organisation. »

Oui, Alberto n'était pas dupe et il avait eu vent des rumeurs courants sur le nouveau Libérateur et ses méthodes. Ainsi, sa question n'était qu'un genre de test camouflé sous l'ignorance d'une nouvelle rencontre. Si les rumeurs s'averaient réelles et que Deroze ne parvenait pas à fournir d'explications valables, il risquait de s’attirer le mauvais œil de Gaïa. Et cet œil surveille très bien, pas seulement la Tour Zenith, mais la majorité des installations de la Zenith SARL de part Maïlys. Alors, Ribbons, es-tu vraiment ce que les gens disent de toi ? Alberto attendait sa réponse, les bras toujours croisés, son regard ne lâchant pas le visage de son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ribbons Deroze
Ôkami/Jigsaw
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 10/09/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Jeu 2 Oct - 19:47

Alors qu'il exposait son histoire, paradoxalement, Ribbons sentait la méfiance monter chez son interlocuteur. Il ne le croyait pas ? Tant pis pour lui.
Gaïa se mit alors à raconter sa propre histoire. Victime d'une erreur judiciaire, hein ? D'où cette rancoeur envers la ligue ?
La jeune femme, elle, se présenta brièvement par télépathie. Ribbons plissa imperceptiblement des yeux : c'était donc quasiment avéré : elle était muette et elle utilisait son Pokémon psy pour communiquer. Il ne put s'empêcher de lui adresser un petit sourire alors que Gaïa reprenait la parole.


« Avez-vous des projets pour l'organisation ? Ou des méthodes particulières pour le recrutement ou la pérennisation de l'Aurore ? J'aimerais que l'on puisse s'accorder sur tout cela, pour le bon fonctionnement de l'organisation. »

Oh... c'était donc ça. Le mot méthode était en effet bien choisi et Ribbons put aisément voir où Gaïa voulait en venir. Parlait-il de ses méthodes en général pour accomplir les missions qui lui étaient confiées ? Ou bien de sa méthode personnelle ? Il eut d'ailleurs une pensée pour le jeu qu'il avait lancé en partant de son atelier de Mégapagopolis.

« Gaïa, dit-il calmement en se penchant en avant, un coude sur la table. Vous n'êtes pas idiot et moi non plus. Je regrette que cet entretien change si vite de ton, mais puisque vous semblez vouloir aborder ce sujet, qu'il en soit ainsi. J'adhère aux idées de cette organisation, que l'on soit bien d'accord. Je veux, comme vous, la voir fleurir. Mais il est vrai que j'emploie quelquefois des méthodes un peu différentes des autres. Celles-ci semblent pourtant avoir fait leur preuve. J'ai, comme vous, la confiance d'Isis. Quant aux rumeurs sur ces méthodes... »

Il allait démentir ce que l'on disait sur lui, mais il préférait d'abord s'assurer qu'ils parlaient bien des mêmes :

« Quoique... je serais curieux de savoir quelles rumeurs vous sont parvenues. Que dit-on sur moi ? Dans l'organisation ? En dehors ? »

L'ambiance s'était indéniablement tendue et le sourire amical de Ribbons avait presque disparu. S'il voulait connaître sa méthode, très bien, mais serait-il seulement en mesure de la comprendre ?

_________________







"Those who do not appreciate life do not deserve life."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alberto & Febe
Il protettivi / Gaïa
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 17/08/2014
Age : 20

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Jeu 2 Oct - 22:03


Hum ? Ôkami semblait bien plus réceptif aux paroles d'Alberto lorsque celui-ci parla de « méthodes », lui apportant un élément de réponse qu'il attendait. Ses paroles et la perte de son petit sourire voulaient presque tout dire, mais quelque chose qui était plus beau était le fait qu'il cherchait à se justifier en disant qu'Isis acceptait ses actes. Gaïa avait-il dit que le jeune homme ne respectait pas les idéaux de l'Aurore ? Non. Avait-il clairement exprimé des doutes quant aux méthodes de Ribbons ? Non plus. Ôkami se vendait lui-même lorsqu'il parlait, Alberto retenant un petit sourire. En disant un simple mot, il avait réussi à ébranler la confiance du jeune homme et ce succès n'était pas pour lui déplaire. Mais rapidement, l'autre Libérateur dût se rendre compte de son erreur, car il se reprenait lui-même, lorsqu'il était prêt à parler plus en profondeur des rumeurs, avant de demander à Gaïa quelles étaient les rumeurs qu'il avait entendu, malgré que Alberto n'en ait jamais parlé. Encore une fois, il y avait deux choix possibles : soit Ribbons était au courant que Alberto avait un œil sur tout, soit il insinuait que les rumeurs allaient de bon train. La première option semblait la plus logique et la moins dangereuse à imaginer. Ainsi, le premier Libérateur attendit que son homologue, haussant un sourcil avec un léger sourire en coin tout en pinçant légèrement des lèvres.

«  Hum ? Ai-je une seule fois remis en cause votre loyauté, Ôkami ? Si Isis vous a engagé, elle devait avoir d'excellentes raisons. Pour ce qui est de vos méthodes et qui plus est des rumeurs… Il leva son bras droit jusqu'à son menton, le frottant légèrement. Hum. Il faut que je vous avoue qu'elles sont nombreuses et que, malgré le respect que vous portent certains, d'autres vous trouve fou ou extrémiste, autant dans l'organisation que chez les citoyens de Maïlys. Bien évidemment, ils ne peuvent pas se permettre de vous contester en face, voilà pourquoi ils créent des rumeurs. Pour ce qui est de mon avis sur ces rumeurs, il est assez mitigé et il le restera tant que je ne serai pas devant le fait accompli. Après tout, je ne peux pas me permettre de juger quelqu'un sans le connaître réellement ou avoir des véritables preuves. Il marqua une courte pause, avant de croiser de nouveau ses bras, avec toujours son petit sourire, en fixant son homologue. Certes, Isis semble comprendre et permettre vos méthodes, mais j'aimerai également les connaître, si cela ne vous dérange pas. Peut-être serais-je d'accord avec celle-ci, au final ? »

Il resta ainsi, les bras croisés, ne lâchant pas du regard Ôkami. La discussion avait clairement dérivée et il serait difficile de revenir à une entente et un sujet normal sans l'avoir terminée. Bien sûr, Alberto ne voulait pas refroidir sa relation avec son homologue, il voulait simplement mieux comprendre ces étranges méthodes, pour se faire une idée plus concrète, comme il l'avait dit. Par contre, la jeune fille, elle, n'était clairement pas encline à écouter les paroles d'un homme qu'elle considérait déjà comme fou. Mais pour ne pas aller contre le sens de son frère de cœur, elle allait attendre la réponse du garçon aux cheveux verts, celui-ci aillant intérêt à ne pas dire une seule connerie, car l'avis de la blonde risquait de piquer un peu. D'ailleurs, son début de colère pouvait déjà se voir légèrement, avec son regard dur et son habitude de manipuler le nœud qu'elle avait autour du cou pour se calmer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ribbons Deroze
Ôkami/Jigsaw
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 10/09/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Ven 3 Oct - 10:56

Il n'apparut que maintenant à Ribbons que son collègue ne le remettait pas en doute. Il se contentait de s'informer, c'était tout. Mais ce petit sourire ne lui disait rien qui vaille. Non, c'était vraiment comme si derrière ces questions banales et son apparente innocence, il cherchait à piéger le jeune homme. Quel dommage, un tel manque de confiance au sein d'une même organisation, entre deux membres considérés comme égaux.
Mais après tout, Ribbons était-il véritablement en mesure de parler de confiance, lui qui avait également pris des précautions en vue de cet entretien ?
Connaître ses méthodes, hein ?


« À vrai dire, avoua Ribbons en reprenant une posture plus décontractée, je n'ai jamais expliqué mes méthodes autrement qu'en les exposant à la personne, alors plus réceptives en conditions réelles. Mais il serait quelque peu inconvenant de vous y soumettre ici et maintenant, aussi vais-je faire mon possible pour l"expliquer du mieux que je peux... avec des mots... plutôt qu'avec des actes. »

Il fut saisi d'une quinte de toux et se leva, toussant encore quelques secondes avant de reprendre, les mains derrière le dos, le regard vers la droite de la salle, sa voix soudainement plus rauque :

« Nous vivons sur Maïlys, une île isolée, où tout est possible. Il y en a pour tous les goûts comme on dit. Les gens aspirent tous à une vie paisible. Et pourtant... pourtant certains ne font que souiller le don qui leur a été fait. Le don le plus merveilleux et le plus précieux que l'on puisse recevoir : leur vie. Ils gâchent leur vie. Mais pas seulement. Ils ternissent également celles des autres. »

Ribbons sentait qu'il manquait de concret, que de belles paroles comme celles-ci ne suffiraient pas :

« Avez-vous déjà été dans un centre de désintoxication, Gaïa ? Avez-vous déjà côtoyé les drogués et vécu parmi eux pendant un temps ? Ces gens, qui viennent encore et encore, tous les jours... ils évitent les peines carcérales et deviennent accros aux produits de substitution, vous appelez ça une guérison ? L'addiction n'est PAS un problème simple. Ces gens n'ont AUCUN respect... pour les vies qu'ils ruinent, que ce soit la leur... celles de leur entourage... ou celles de ceux qui veulent les aider... »

Il se retourna enfin vers Gaïa, gardant Febe dans le coin de son oeil :

« J'ai trouvé... une autre méthode. Et elle fonctionne. Pour comprendre la valeur de la vie... il faut voir la mort en face. Oui. Lorsque l'on a vu la mort de face... alors on se rend compte à quel point la vie est précieuse... »

Une nouvelle quinte de toux secoua le jeune libérateur dont la voix s'éclaircit pour reprendre :

« J'ai beaucoup de respect pour vous, Gaïa, et j'apprécierais véritablement que vous compreniez mon point de vue et mes intentions. »

Ribbons était sincère. Il savait qu'il avait l'appui d'Isis, mais il ne voudrait pas se faire des semblants d'ennemis au sein de l'Aurore, qui plus est l'autre Libérateur. Certains le considéraient comme fou, très bien. Certains le considéraient comme extrémiste, pourquoi pas. Mais peu lui importait l'avis de gens qu'il ne connaissait pas. Pour l'instant, seul lui importait l'avis de son collègue, son égal, et éventuellement de son assistante à qui il avait adressé quelques regards pendant son discours.

_________________







"Those who do not appreciate life do not deserve life."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alberto & Febe
Il protettivi / Gaïa
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 17/08/2014
Age : 20

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Ven 3 Oct - 12:13

Et Ribbons décida de répondre, semblant se décontracter de nouveau en présentant ses méthodes, en avouant que cela était plus difficile à expliquer avec un discours plutôt qu'un exemple. Si les rumeurs s’avéraient réelles, c'était certain que Alberto n'aurait pas voulu jouer les cobayes et encore moins voir la blonde subir l'exemple d'Ôkami. Alors après avoir légèrement toussé, faisant hausser un sourcil au brun, il commença à parler, ses paroles ressemblant plus à un exposé ou un discours préparé à l'avance que s'il avait choisi ses mots à l'instant. Ainsi, il parla de personnes gâchant leurs vies et celles de leurs proches. Pour le moment, Gaïa était d'accord avec son homologue, ne pouvant pas réfuter que ce genre de personnes existaient. Puis il donna un exemple, qui, malheureusement, ne parla pas à Alberto, avant de finir finalement sur l'idée générale de sa méthode : mettre ce genre de personnes face à la mort pour qu'elles comprennent la valeur de la vie. Le premier Libérateur serra les dents, en se disant que, malgré tout, les rumeurs avaient une part de vérité. Ribbons mettait les gens dans des situations proches de la mort et il ne serait pas étonnant que ces personnes ne meurent de cela. Et Alberto n’adhérait pas à cette idée, loin de là. Il resta un moment silencieux, alors que Ôkami lui avouait avoir du respect pour lui et espérer qu'il comprendrait. Alberto pencha légèrement sa tête en arrière en plongeant sa main dans ses cheveux, sans quitter le jeune homme du regard.

«  Eh bien. Hum. Il baissa sa main, croisant de nouveau les bras, en continuant. Si Isis vous donne son aval pour cela, je ne peux que l'accepter. Et votre méthode n'est pas idiote, mais j'ai du mal à y adhérer. Je n'est pas de projets aussi bien construit que vous, mais sachez que je veillerai à la bonne santé de nos citoyens, avocats, anciens, jeunes, dépravé, riche ou pauvre, bons ou mauvais. La vie n'est, certes, pas une chose à gâcher. Mais elle n'appartient que à la personne qui la vie. Nul autre n'a droit de jouer avec. »

Il continua de fixer le jeune homme un instant, avant de relâcher doucement la pression qu'il se donnait. S'il continuait ainsi, il allait finir par dire n'importe quoi et il passerait pour un idiot face à son homologue. Réfléchissant avant d'ouvrir la bouche, Alberto se prépara à poursuivre alors que la jeune fille se décollait du mur. Elle avait elle aussi entendu les paroles de Ribbons et elle le trouvait toujours aussi fou. Elle avait également remarqué les regards furtifs qu'il lui lançait et elle se posait ainsi des questions du type : est-il gêné de parler de cela face à la blonde ? Mais il y avait surtout une partie de son discours qui intéressait Febe, qui parlait sans ouvrir la bouche tout en marchant lentement vers le garçon aux cheveux verts, son frère de cœur haussant un sourcil interrogateur, jusqu'à ce qu'elle commence à parler, le visage du brun se décomposant alors que celui de la jeune femme restait toujours le même, ferme, ses yeux transperçant son interlocuteur.


* Je veux essayer. Exposez-moi votre méthode par la pratique, Ôkami. Les actes valent plus que les paroles. On ne croit que ce que l'on voit. Ainsi vous aurez de quoi prouver la puissance de vos méthodes à Gaïa. Et à moi également. La vie vaut-elle vraiment autant que vous voulez ne le faire croire ? Montrez-nous, Ôkami. Montrez-moi, Ribbons Deroze.* Termina-elle, sans avoir lâché du regard son interlocuteur. Non, elle n'avait pas peur du Libérateur et de ses étranges méthodes. Et elle était curieuse de voir celles-ci à l'oeuvre et de rencontrer cette « mort ». Est-ce que Ribbons allait arriver à lui faire apprécier la vie à sa juste valeur ? Sa dernière phrase était clairement une provocation, ce qui ne plaisait pas vraiment à Alberto, qui restait silencieux, en entendant la blonde presque le supplier mentalement, sans que le nouveau Libérateur ne l'entende.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ribbons Deroze
Ôkami/Jigsaw
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 10/09/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Ven 3 Oct - 18:17

Ribbons constatait avec déception que ses paroles n'avaient pas autant atteint son collègue qu'il aurait pu le vouloir. Il considérait tout le monde sur un pied d'égalité. Une vision juste et équitable, mais qui n'était malheureusement pas partagée par tout le monde. Et pas seulement par le Libérateur aux cheveux verts. Ces gens, qui volent, violent et tuent, considèrent-ils les gens comme leurs égaux ? Ont-ils cette vision égalitaire de la société ? Si l'on donnait le pouvoir à l'un d'entre eux, l'utiliserait-il comme le Libérateur brun ? Ou pour son propre intérêt ?
Alors que Ribbons allaient répondre avec ces arguments, Febe s'avança et commença à parler par télépathie. Un peu habitué à ce mode de communication, Ribbons la laissa parler en masquant sa surprise : elle voulait... essayer ? C'était insensé.
Lorsqu'elle eut fini, il retint habilement le fou rire qui voulait sortir et ne répondit qu'avec un sourire :


« Ma très chère Febe... avec ces paroles, je peux voir que vous ne comprenez toujours pas le but de mes expériences. Il ne s'agit pas d'un test à un instant t. Il s'agit d'une possibilité de rédemption pour quelqu'un à qui il ne reste plus aucune chance. Du peu que je sais sur vous, vous n'avez rien ou peu à vous reprocher. Vous n'avez pas, par votre existence et vos actions, ruiné de nombreuses vies sans vous en soucier. Vous ne pouvez donc pas être sujette à ce genre d'expérimentation, ce serait de la torture pure et simple. Mes sujets d'expérimentation sont classés selon des critères assez précis, ne me prenez pas pour un sadique complet. »

Il avait dit ces mots d'un ton rassurant, essayant à nouveau de calmer ses interlocuteurs. En effet, il avait senti de l'agressivité dans la voix télépathique et s'il y avait une chose qu'il voulait éviter, c'était se mettre cette jeune femme à dos. Et puis, même dans l'éventualité où il avait accepté de la soumettre à un test, il n'avait pas pensé à prévoir la manière dont Gaïa pouvait réagir. Peut-être se serait-il interposé, peut-être aurait-il simplement arrêté le test une fois son calme perdu.
Ribbons se rappela soudain de l'un des jeux qu'il avait lancé en partant. Peut-être pouvait-il leur montrer de quoi il s'agissait.


« Je ne propose jamais ça d'habitude. Mais plutôt que de vous soumettre directement au test vous qui n'avez rien à voir avec cela, je peux vous montrer celui qui est en train de se dérouler en ce moment, dans mon atelier, à Mégapagopolis. Ne voyez pas cela comme du voyeurisme de ma part, mais pour bien comprendre, il faut être capable de savoir ce que ressent le sujet en chaque instant. Je ne cherche qu'à vous convaincre, vous n'avez pas à vous sentir obligés de regarder, le spectacle, évidemment, peut être peu esthétique. »

C'était une simple proposition, rien d'obligatoire, mais peut-être pourrait-ce satisfaire la curiosité de la jeune femme, à moins que son protecteur ne juge cela trop inapproprié pour elle.

_________________







"Those who do not appreciate life do not deserve life."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alberto & Febe
Il protettivi / Gaïa
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 17/08/2014
Age : 20

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Ven 3 Oct - 20:06


Les paroles semblaient fortement amuser Ôkami, celui-ci se retenant de rire alors que le regard dur de la jeune femme ne cillait pas, alors qu'il expliquait en quoi il serait impossible que Febe fasse ces tests. Elle n'avait rien à se reprocher ? Gâché aucune vie ? Comment le garçon aux cheveux verts pouvait prétendre connaître ainsi la blonde ? Mais au moins, il n'était pas tombé dans l'envie de montrer et de prouver ses méthodes via la blonde, ponctuant ses paroles par le fait qu'il n'était pas un sadique complet, ce qui fit tiquer Alberto. « Sadique complet » ? Soit le jeune homme avouait avoir une part de sadisme, soit il avait du mal à manier l'art de la parole, à l'instar du brun. D'ailleurs, celui-ci était soulagé que sa protégée ne devienne pas un cobaye. Mais Ribbons ne s'arrêta pas là et reprit la parole, faisant une proposition, tout en insinuant qu'il s'agissait d'une fleur, celle-ci semblant plus être à l'intention de la blonde que Gaïa. Il voulait lui montrer son atelier et ce qui s'y produisait en ce moment-même ? Alors sa méthode de rédemption pouvait se dérouler sans sa présence ? Alberto était curieux de mieux connaître cette manière de faire, mais il ne se sentait pas capable de voir un humain souffrir et être à l'article de la mort sans bouger le petit doigt. De plus, il ne voulait pas quitter la Tour Zenith, jugeant qu'il serait mal venu de la laisser sans sa surveillance.

Ainsi, il ne pouvait clairement partir. Mais la jeune femme, elle, lui transmit son envie de suivre le garçon aux cheveux improbables, certaine qu'elle saurait observer ces méthodes et en tirer quelques notes. Ce qui n'était en soi pas une mauvaise idée. Par le biais de la garçonne, il allait avoir les informations qu'il souhaitait, confiant en la mémoire de sa protégée et de sa poupée de sable, tout en restant dans la tour. Alors que la jeune femme restait silencieusement devant Ôkami, Alberto tapa un numéro à deux chiffres sur un clavier de son bureau, avant de parler dans un micro, jetant de temps à autre des regards vers les deux jeunes gens.


« Amadéo, Alfiero. Si vous voulez bien descendre, j'aurais besoin de vous au plus vite.
Une fois son annonce donnée au 99ème étage, il se remit droit, en croisant de nouveau les bras en fixant le jeune homme. Malheureusement, je ne pas vous accompagner : j'ai quelques obligations qui me force à rester dans la tour. Par contre, Febe veut bien vous accompagner. On cogna fort à la porte, avant que le brun ne lâche un « Entrez », les grandes portes s'ouvrant pour laisser apparaître Amadéo, le Betochef d'Alberto ainsi que son Coatox, Gaïa hochant doucement la tête en les voyant. Amadéo et Alfiero, je vous demande d'accompagner Febe, pendant qu'elle sera avec Ôkami ici présent. »

Les deux pokémons hochèrent leurs têtes, d'une façon plus solennelle pour le colosse et d'une façon exagérée de la part du Coatox qui souriait en ricanant doucement comme ces grenouilles savaient si bien le faire. Remarquant l'accord de ses pokémons, Alberto s'approcha de ceux-ci, détachant leurs balls de sa ceinture, avant de les rappeler à l'intérieur et de finalement se retourner vers sa protégée pour lui donner les deux sphères, celle-ci les mettant à côté de ses balls personnelles, sans rien dire et sans gestes superflus. Très bien, ils allaient partir, à moins que Ribbons avait des objections à cela. D'ailleurs, peut-être fallait-il justifier la transmission des deux compagnons d'Alberto à la jeune femme ? Cela pouvait encore passer pour un manque de confiance de sa part, alors il fallait mettre les choses à plat.


«  Ne vous méprenez pas, Ôkami. Je confis mes pokémons à Febe pour assurer sa sécurité. Je ne voudrais pas abuser de votre bonté, voilà tout. »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ribbons Deroze
Ôkami/Jigsaw
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 10/09/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Ven 3 Oct - 21:22

Ribbons ne broncha pas lorsque Gaïa précisa que deux puissants Pokémons allaient accompagner Febe, mais fut néanmoins surpris de savoir qu'il allait la laisser presque seule avec lui. C'était une marque de confiance dont le jeune Libérateur se sentait honoré. Lorsque Gaïa le rassura sur ses intentions, Ribbons s'inclina même légèrement avant de prendre congé avec la jeune femme.

Ils prirent un van pour revenir à Mégapagopolis et lorsqu'ils y furent, Ribbons se gara devant un immeuble à première vue abandonné. La façade n'avait clairement pas eu de rafraichissement depuis au moins plusieurs années. Le rez-de-chaussée était clairement en ruine mais le jeune homme mena son invitée à l'étage supérieur où l'ensemble semblait soudain plus solide :


« Vous m'excuserez, mademoiselle Febe, mais je n'avais pas du tout prévu de recevoir une invitée de marque. Le tout est encore en chantier et en désordre, mais après tout, comme le disait ce scientifique du 19ème siècle,  « Si un bureau mal rangé dénote un esprit brouillon, que dénote un bureau vide ? » ».

Il constata que le Coatox suivait toujours la blonde, observant lui aussi les alentours. De nombreuses tables étaient disposées et sur chacune, des plans, des engins pas tous achevés, des schéma froissés. Sur l'une d'elle, plus large que les autres, un drap complètement opaque cachait le contenu de la table.
Enfin, tout au fond, dans un petit renfoncement, un bureau moins en fouillis que les autres, avec simplement une lampe, un verre d'eau, quelques plans, des crayons, une règle et un compas. Deux chaises avaient été disposées derrière ce bureau, comme si Ribbons attentait quelqu'un.
Derrière le bureau, dans des vitrines, de nombreux médicaments étaient minutieusement entreposés et, à côté de ces vitrine, un grand coffre-fort était disposé.


« Mademoiselle Febe, par ici je vous prie. Je sais que vous êtes venue pour observer le test, mais malheureusement, je ne peux pas me permettre de vous y exposer. C'est pourquoi je vous demanderai de rester cachée, dans cette salle juste à côté. Elle dispose d'une vitre teintée qui vous permettra de voir sans être vue. Je vais vous laisser plusieurs choses. Tout d'abord, ceci, au cas où vous n'en n'auriez pas, ce téléphone vous permettra de contacter Gaïa si jamais vous vous sentiez mal. Ensuite, ces deux interrupteurs, le rouge et le bleu, que je vous demanderai d'activer chacun à un moment précis. Une fois dans la salle, vous pourrez bien sûr garder vos Pokémons, mais je en prie, veuillez ne pas faire de bruit, personne ne doit savoir que vous êtes ici. »

Ce disant, il l'avait menée à la salle en question. Normalement petite, elle se trouvait agrandie par l'ordre qui y régnait. Là encore, à part une chaise roulante, trois tables avaient été mises bout à bout et quatre écrans y étaient disposés. Sur chaque écran était une vidéo qui semblait chacune retranscrire la vue d'une caméra de surveillance. Elles montraient quatre salles différentes. Toutes étaient vides, sauf une où trois personnes étaient allongées, visiblement sans connaissance.

« Le jeu va bientôt commencer. Si vous avez des questions, c'est maintenant, sinon, nous utiliserons de nos Pokémons pour communiquer par télépathie, il me semble que vous êtes familière avec cette méthode. »

Ce disant, il avait lâché une Poké-ball et Angst, son Spectrum, en était sorti, faisant une grimace à l'invitée :

« Angst, s'il te plait, un peu de tenue. Lui, c'est Angst, le présenta-t-il. Se cachant lui aussi, il vous retransmettra les informations que je jugerai utiles de vous donner. »

Tout avait été dit et effectué pour que la jeune femme se sente le plus à l'aise possible. Il ne voulait pas l'effrayer, que ce soit par son atelier ou par ses actes.

_________________







"Those who do not appreciate life do not deserve life."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alberto & Febe
Il protettivi / Gaïa
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 17/08/2014
Age : 20

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Sam 4 Oct - 11:15

Fort heureusement, le jeune Libérateur ne semblait pas objecter à l'idée de voir les deux combattants accompagner la jeune femme. D'ailleurs, après un petit salut incliné, Ôkami enleva la blonde à son homologue, Febe ne faisant que le suivre sans rien dire, avant de monter dans un van et de se déplacer dans Megapagopolis. Le voyage fut silencieux, malgré que la jeune femme avait gardé son Balbuto entre ses bras. Elle trouvait que discuter serait inutile, car, après tout, elle verrait tout de ses yeux une fois arrivé dans l'atelier du jeune homme. Atelier qui se révéla être un de ces anciens immeubles abandonnés de la grande ville, mais qui restaient tout de même assez insignifiant pour que les responsables de la capitale passe à côté. Immédiatement, comme le voulait Alberto, elle libéra Alfiero, jugeant que le Bétochef aurait plus de mal à les suivre, avec ses minuscules jambes. De plus, il pourrait fragiliser encore plus la structure de l'atelier du Libérateur. Il n'allait donc sortir qu'encas d'urgence, sa ball tremblant déjà sur la ceinture de Febe. Elle suivit donc son hôte au premier étage, celui-ci semblant moins enclin à s’effondrer que le rez-de-chaussée, alors que le Libérateur s'excusait du désordre, la jeune femme ne répondant pas,trop occupée à observer les alentours. Elle remarqua les feuilles sur les tables, semblant être des sortes de plans, mais elle était trop loin pour les étudier en profondeur. Par contre, un chose qui lui sauta aux yeux, c'était le bureau qui lui faisait face. Il y avait deux chaises. Ribbons avait-il un collaborateur ? Ce ne serait pas impossible qu'il y ait des personnes qui voyaient la vie comme il la voyait. Mais la blonde ne s'avança pas plus dans ses réflexions, se disant que son frère de cœur saurait faire de meilleures suppositions.

Par ailleurs, Ribbons poursuivait sa discussion à sens unique, en disant qu'il ne pouvait pas exposer la jeune femme directement au « test » et l'invitant à s'installer dans une salle non loin, avec une vitre teintée permettant de voir la situation sans être remarqué. Il lui confia également un téléphone, pour appeler l'autre Libérateur si besoin et… deux interrupteurs, qu'il lui demanda d'activer lorsqu'il le demandera. Il voulait que Febe participe à l’expérience ? Oui, il s'agissait de cela, quoi d'autre ? Il ne devait pas avoir besoin d'autres personnes pour tenir ces deux boutons d'habitude. Comprenant cela, non sans appréhension quant au pouvoir de ces interrupteurs, elle hocha doucement la tête, avant de suivre le garçon aux cheveux verts dans la pièce à côté, où ne trônaient que trois tables, quatre écrans, une chaise roulante et bien sûr la vitre teintée. S'attardant sur les images que diffusaient les écrans, la blonde remarqua que l'un d'eux montraient trois humains couchés. Puis Ôkami parla du commencement d'un jeu, demandant si Febe avait des questions. Elle fit un signe négatif de la tête, en se disant que ces trois personnes dans l'écran allaient être les jouets dans ce jeu. Le Libérateur invoqua un Spectrum après avoir expliqué qu'ils communiqueraient par télépathie et que le spectre transmettrait les informations qu'Ôkami voudrait transmettre. Elle hocha doucement la tête, avant d'aller poser les affaires que Ribbons lui avait confié sur la table. Sa plus grande peur était de voir la réaction d'Alberto si elle venait à aider le nouveau Libérateur dans ses euthanasies sadiques. Elle tira finalement la chaise roulante vers elle, en la tournant, avant de s'asseoir, dos aux écrans et face au Libérateur, jetant un regard furtif vers le Coatox qui était adossé dans l'encadrement de la porte, avant de reporter son attention complète sur le jeune homme, parlant en l'étudiant du regard.


* Vous pouvez commencer quand vous voulez, Ribbons. Je suis prête.* Dit-elle, plongeant son regard droit dans celui du Libérateur. Oui, elle était prête à voir les méthodes du jeune homme à l’œuvre et elle espérait qu'il offre un beau spectacle qu'elle pourrait conter à Gaïa. Mais elle n'était pas la seule à être prête : Amadéo s’agitait dans sa ball et était prêt à intervenir, voir à arrêter Ôkami si celui-ci allait trop loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ribbons Deroze
Ôkami/Jigsaw
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 10/09/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Sam 4 Oct - 16:34

La petite s'avéra docile, ce qui plut particulièrement à Ribbons, qui ne put s'empêcher de noter la minuscule pause qu'elle avait noté au moment de prendre les interrupteurs.
Lorsque, une fois assise, elle lui dit qu'il pouvait commencer, il répondit avec un sourire :


« Oh mais ce n'est pas à moi qu'il faut dire cela, c'est à nos petits sujets. »

Il avait désigné les écrans derrière elle, mais avant qu'il ait pu en dire plus, un puissant bruit sourd ébranla la bâtisse, suivi de bruits de pas effrénés.


« Très bien Febe, il est l'heure de commencer notre jeu. Oh et une dernière chose... »


Il sortit un revolver de sa poche arrière et le lui donna :

« Essayez de ne pas l'utiliser, mais c'est au cas où les choses tournent vraiment mal. Je n'y crois pas, mais cela fat partie des possibilités. »


Sans même attendre de réponse, il referma la porte et tira un rideau pour en cacher l'accès. Puis il alla tranquillement s'asseoir sur sa chaise et, depuis celle-ci, attrapa quelques médicaments sur les vitrines.
Entre-temps, les trois personnes sur les moniteurs semblaient avoir repris connaissance : on dénotait un jeune homme, un homme plus âgé et une jeune femme.
Faisant soudain irruption dans l'atelier, trois personnes apparurent : deux hommes et une femme, chacun un revolver au poing. L'un était brun et ce fut celui-là qui parla en premier :


« Lève les mains ! À genoux ! »

Ribbons s'exécuta, toujours tenu en joue par les deux hommes, tandis que la femme procédait à une fouille corporelle rapide :

« Il est clean. »

Le deuxième homme, un peu moins bien bâti que son collègue mais tout de même costaud, s'approcha du Libérateur alors que celui-ci se rasseyait sur sa chaise :

« Eh... On a fini par te coincer. Embarquez-le, on décampe. »

« À vrai dire, monsieur Mattews, je vais devoir rester ici jusqu'à ce que vous vous soyez débarrassé de votre problème. »

« ...quel problème ? »

« Le problème sur cette table. »

Du regard, il avait désigné la table recouvert par le drap opaque. Inquiets, les trois personnes l'encerclèrent et, d'un coup, Mattews enleva le drap, révélant alors la même chose que la salle dans laquelle Febe était enfermée : quatre écrans, sur trois tables, montrant la même chose que les autres. Mattews sembla soudain tétanisé.

« Qu'est-ce qui ne va pas ? »

« Je crois... Je crois que c'est mon fils là. Putain il a mon fils. »


Il retourna auprès de Ribbons :

« Qu'est-ce que c'est que ce bordel ? »

« Votre fils Daniel, vous vous rappelez, n'est-ce pas ? »

« Qu'est-ce qu'il fout sur ces moniteurs ? »

« Cela fait un moment que je n'ai pas fait attention aux moniteurs, mais je dirais qu'à l'heure qu'il est, il doit être renfermé dans un coin de la pièce, craignant légitimement pour sa vie. Il lui reste deux heures, deux heures et le poison qu'il est en train d'inhaler le fera saigner par tous les orifices de son corps. »


Mattews était paralysé de peur et de colère mais articula cependant distinctement :

« Où est-il ? »

« Il est dans un endroit sûr. »

« Très bien. Que voulez-vous de moi ? »

« Un peu de votre temps... »

« Je n'ai pas de temps. Encore moins si ce que tu me dis est vrai. »

« Vous m'avez demandé ce que je voulais, je vous ai répondu. »[/b]

Mattews soupira :

« Et à supposer que je vous accorde un peu de mon temps... ? »

« Je ne veux parler qu'à vous, tous les autres doivent sortir. »


Mattews sembla hésiter et se concerta avec ses amis. Ribbons en profita pour adresser la parole à Febe via son Spectrum :

*Febe, voici Eric Mattews, Edward Riggs et Kerry Gan. Tous les trois anciens membres d'un gang qui a jadis fait trembler Mégapagopolis. Ils ont retrouvé ma piste, comme vous pouvez le constater, mais il s'avère que l'une des personnes présente sur les moniteurs que vous avez sous les yeux est bien Daniel Mattews, le fils d'Eric. Il a trop peur de le perdre pour me faire quoi que ce soit, alors pour l'instant, restez cachée. Je peux peut-être profiter de cette courte pause pour répondre aux questions que vous vous posez ?*

Pendant ce temps, sur l'écran, les trois personnes étaient maintenant pleinement conscientes et, après s'être rapidement présentées, elles essayaient de trouver un moyen de sortir de la pièce dans laquelle elles étaient enfermées.

_________________







"Those who do not appreciate life do not deserve life."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alberto & Febe
Il protettivi / Gaïa
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 17/08/2014
Age : 20

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Sam 4 Oct - 20:05

Hum ? Ce n'était pas à lui qu'appartenait le début du jeu mais aux personnes qui étaient dans les écrans ? Malheureusement, Febe n'eut pas plus d'information, puisqu'un bruit sourd au rez-de-chaussée retentit, Ôkami annonçant que le jeu commençait à ce moment-là, confiant un revolver à la blonde avant de s'éclipser, fermant la porte derrière lui. Alors qu'elle observait et jugeait l'arme de poing, remarquant qu'elle avait toute ses balles et se disant qu'elle était ni mauvaise, ni excellente, mais qu'elle pourrait tout de même en tirer quelque chose. Autre que simplement du plomb, bien évidemment. Puis elle entendit les personnes qui avaient défoncé la porte arriver dans la pièce où était Ribbons, entendant très bien les paroles de ceux-ci. Devait-elle aller l'aider ou avait-il prévu tout cela ? Febe était curieuse d'en savoir plus et laissa la scène se faire, sans bouger de son siège, tout en plaçant son revolver entre son pantalon et sa culotte.

« Je crois... Je crois que c'est mon fils là. Putain il a mon fils. »

Son fils ? C'était l'un des assaillants qui avait parlé. Ainsi, la jeune fille était presque certaine que le Libérateur avait prévu cette visite. Mais elle ne bougea pas, continuant de se concentrer sur ce qu'elle entendait. Ainsi, le fils était l'une des personnes sur les moniteurs ? Des trois personnes qu'elle voyait sur son écran, Febe n'en discerna qu'une seule qui pouvait correspondre. Ribbons faisait du chantage en enlevant les enfants de ses ennemis ? Car oui, ces trois personnes étaient clairement des ennemis d'Ôkami et pas simplement des chasseurs de primes étant donné qu'il avait capturé l'un des enfants de ceux-ci et qu'il avait précisé qu'ils avaient retrouvé sa trace, par la télépathie de son Spectrum. D'ailleurs, pour terminer, le jeune homme demanda si elle avait des questions, celle-ci répondant immédiatement, en fixant l'écran d'ordinateur.


« Prise d'otage ? Chantage ? »

Oui, simplement quelques mots, mais il n'en fallait pas vraiment plus aux yeux de la blonde. Elle était presque certaine que Ribbons allait réfuter ce qu'elle venait de dire, mais au moins, elle aurait une réponse. Elle aurait pu également attendre la suite, mais puisque Ôkami voulait des questions, il en avait deux. En attendant sa réponse, elle observait les gens qui s'étaient réveillés dans l'écran, une nouvelle question lui venant naturellement.


« Qui sont les autres ? Avec Daniel Mattews. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ribbons Deroze
Ôkami/Jigsaw
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 10/09/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Sam 4 Oct - 20:57

« Prise d'otage ? Chantage ? »

Ribbons n'exprima aucune joie ou excitation dans sa réponse, au contraire, elle semblait presque ternie de regret.

*Ce sont des choses nécessaires, malheureusement. Je pense savoir ce que vous en pensez, mais s'il-vous plait, suivez cette partie jusqu'au bout. Vous allez bientôt en apprendre plus... Quant aux deux personnes, il s'agit d'anciens membres de gangs eux aussi. Xavier a été un trafiquant de drogue pendant plusieurs années, ayant plus que souvent recours à une violence sans nom, et Amanda était une droguée qui vivait aux crochets de la société sans jamais chercher à s'en sortir par elle-même.*

Eric finit par revenir, les bras en croix, s'offrant totalement :

« Ok. Parlons. »

« Asseyez-vous, Eric. »


Il avait désigné la deuxième chaise près de son bureau, mais plutôt que de s'y rendre et de s'asseoir aux côtés de l'homme qui retenait son fils, l'ancien chef de gang tira la chaise et s'assit en face du ravisseur, laissant discrètement couler un talkie-walkie près du pied de la chaise pour que ses amis, restés en retrait dans l'entrepôt, puissent entendre.

« Je veux faire un jeu. Les règles sont simples. Tout ce que vous avez à faire c'est rester ici et parler avec moi. Si vous réussissez à faire cela assez longtemps, vous reverrez votre fils sain et sauf. Nous n'avons pas été convenablement présentés : je on m'appelle Ribbons. »

« Je pensais que vos préfériez qu'on vous appelle le tueur au puzzle. »

« Non, non, dit-il un sourire au visage. C'est dans votre milieu que ce surnom est né, je ne l'ai jamais cherché. Les pièces de puzzle que je découpe sur mes victimes sont une métaphore pour exprimer le fait qu'il manquait quelque chose à cette personne, une pièce vitale du puzzle humain : l'instinct de survie. »

« Tout ça est très intéressant... Ribbons. Mais là je préférerais que vous me parliez de... »

« Je suis en train de vous parler. Mais vous n'écoutez pas. N'oubliez pas les règles. »

« Je vous écoute. Mais tout ce que j'entends, c'est les mêmes conneries que j'entends à chaque fois que je coince un taré de votre espèce. »

« Une approche intéressante. N'êtes-vous pas censé me convaincre que vous êtes mon ami, me piégeant dans une sensation de sécurité ? »

« C'est difficile de faire ça avec quelqu'un qui retient mon fils. »

« Daniel ? Que voudriez-vous me faire là tout de suite, hein ? Qu'auriez-vous fait il y a cinq ans ? Auriez-vous suivi les règles ? Ou m'auriez-vous brisé la mâchoire avec une lampe torche ? »

« Vous semblez... très bien me connaître. »

« Vous vous sentez plus en sécurité maintenant que vous avez quitté le milieu ? »

« Je ressens plein de trucs là tout de suite. »

« Mais vous vous sentez en vie, et c'est ça qui est important. »

Sur les moniteurs, les trois personnes avaient fini par sortir de la pièce, non sans savoir été mis au courant par une cassette audio du poison qui courait dans leur veines : ils avaient donc moins de deux heures pour trouver les trois antidotes dispersés dans les quatre pièces.

« ...voyez-vous, nous sommes maintenant en présence d'une espèce humaine qui n'a plus tout l'arsenal instinctif de survivre et selon la théorie de Darwin... »

« Mais qu'est-ce que vous voulez BORDEL ? »

Eric avait frappé la table de rage et Ribbons n'avait pas eu le temps de sauver son verre d'eau dont le contenu se répandit à terre.

« Je vous ai dit ce que je voulais. »

« Non ! Vous avez dit que vous vouliez faire un jeu, puis vous avez dit que vous vouliez parler, vous parlez, mais ça ne veut RIEN dire ! »

« Quel est le remède contre le cancer, Eric ? »

La question avait brisé le rythme rapide de la conversation :

« Quoi ? »

« Le remède contre le cancer., quel est-il ? »

« J'en sais rien, avoua-t-il en s'essuyant le visage. Mais je sais que ce n'est pas tuer et torturer de gens qui le guérit. »

« Je n'ai jamais tué qui que ce soit de ma vie, la décision leur revenait. »

« Vous savez, pointer une arme contre la tempe de quelqu'un et leur dire de tirer la gâchette reste un meurtre. »

« Depuis quand forcer quelqu'un est-il un problème pour vous ? »

Eric sembla se faire pointer ses erreurs passées. Comme s'il ne pouvait pas en vouloir à quelqu'un qui lui faisait ce qu'il semblait faire il y a quelques années.

« Pourquoi tenez-vous tant à revoir votre fils ? »

« Mais... parce que c'est mon fils. » dit-il presque au bord des larmes.

« Il me semble que la mort imminente de votre fils vous rend enclin à tout lui pardonner. Pourquoi faut-il toujours qu'une vie soit en jeu pour en arriver là ? »

Ribbons avait posé la question aussi bien à son interlocuteur qu'à Febe qui, il le savait, suivait toute la conversation.

« J'ai toujours aimé mon fils, ça n'a jamais changé. »

« Oh, mais si. Tout a changé. Voyez-vous, l'approche de la mort change tout. Si je devais vous dire le jour et l'heure exacte de votre mort, tout votre monde en serait ébranlé. Je le sais. Savez-vous ce que l'on ressent lorsqu'on vous fait vous asseoir... et que l'on vous dit que vous allez mourir ? Soudain le compte à rebours est lancé. En un instant, votre monde est chamboulé, vous ne voyez plus, vous ne sentez plus de la même façon. Vous savourez chaque chose, que ce soit un verre d'eau ou une marche dans le parc. Le compte à rebours continue, mais la plupart des gens ignorent tout de cela et ironiquement, cela leur empêche de vitre pleinement leur vie. »

« On peut changer tout ça, Ribbons. »

« Oui mais peut-on vous changer ? Moi, je suis condamné. J'ai un cancer. »

Eric sembla soudain pris d'un bref rire nerveux :

« Vous utilisez votre cancer comme une excuse pour ce que vous faites ? »

« Non. Ce n'est pas mon cancer qui m'a décidé. C'est le moment où j'ai décidé de mettre fin à ma vie. J'étais résolu à mourir lorsque je me suis jeté du haut de cette falaise. Mais à mon grand étonnement, j'étais encore en vie. Mon corps, qui n'était pas assez fort pour combattre les cellules cancéreuses, avait survécu à ce plongeon du haut d'une falaise. Je me suis alors dit que je consacrerai le restant de mes jours à tester de quoi est faite l'âme humaine. Vous comprenez, Eric ? »

Eric releva la tête qu'il avait mise dans ses mains.

« Je vous donne l'occasion de faire quelque chose de bien. Dites-moi où est mon fils. Je vous aiderai. »

« Je n'ai pas besoin de votre aide. Et je peux voir que vous ne comprenez toujours pas : Ce qui n'apprécient pas la vie ne méritent pas de vivre. »

« Mon fils apprécie sa vie. »

« Oui, mais appréciez-vous la votre ? Appréciez-vous celle de votre fils ? »

« Oh la ferme ! »

D'un geste, il se leva et retourna vers ses amis alors que Ribbons essayait vainement et mollement de le retenir :

« N'oubliez pas les règles... si vous voulez revoir votre fils... »

Le garçon ferma alors les yeux :

[color=purple]*Vous n'avez pas encore eu toutes vos réponses, chère Febe, mais je pense que vous aurez désormais quelque chose à dire à notre cher Gaïa lorsque vous rentrerez. Peut-être êtes-vous maintenant plus à même de comprendre. Peut-être même avez-vous compris ce jeu.*

Sur l'écran, les trois personnes commençaient à se disputer. L'homme accusait la femme de les avoir entraîné là-dedans et était à deux doigts d'en venir aux mains, la femme se défendait elle et le garçon, qu'elle semblait avoir pris en affection.


HJ:
 

_________________







"Those who do not appreciate life do not deserve life."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alberto & Febe
Il protettivi / Gaïa
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 17/08/2014
Age : 20

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Dim 5 Oct - 10:19

La prise d'otage et ce chantage étaient des choses nécessaires ? Febe fronça légèrement les sourcils en entendant cela résonner dans son esprit, mais elle ne répondit rien, laissant Ôkami accueillir le père, alors que Remo commençait à enregistrer la discussion dans son cerveau, à l'instar de la jeune femme. Les règles du jeu de garçon étaient simples : le père devait poursuivre la discussion autant qu'il pouvait et son fils serait libéré. Puis l'incompréhension s'installa dans le cerveau de la jeune à mesure que la discussion avançait. Le tueur au puzzle ? Ribbons ne semblait pas réfuter cette accusation, bien au contraire. Alors il découpait des pièces de puzzle sur ses victimes comme pour une métaphore exprimant qu'il leur manquait quelque chose ? L'instinct de survie ? Puis la conversation se poursuivit, le Libérateur semblant mettre à bout l'homme face à lui, jusqu'à parler de l'annonce de la mort, celle-ci chamboulant la vie de celui qui la reçoit avant de dire que… lui-même avait un cancer et qu'il avait tenté de se suicider ? Febe mit cette information de côté, alors que le jeune homme continuait de parler, demandant à l'homme s'il appréciait sa vie et celle de son fils, le mettant finalement à bout, non sans lui rappeler les règles.

Peu de temps après, Ôkami parla de nouveau à la blonde par la télépathie, lui disant qu'elle n'avait pas encore toutes les réponses qu'elle espérait, mais qu'elle aurait tout de même quelque chose à dire à Alberto en rentrant. Demandant même si elle comprenait son jeu. Elle sourit doucement, l'air moqueur, en se disant qu'elle n'avait pas compris grand-chose à cette discussion et qu'elle risquait de partir avec plus de questions que de réponses. Puis elle observa un instant son écran, voyant que les prisonniers étaient sortis de leur cellule et qu'elles commençaient à se disputer. Elle avait vu la vidéo avec eux et, malgré qu'elle n'avait pas le son, l'image lui suffit pour comprendre que Ribbons les avait empoisonné et leur proposait de trouver les antidotes dans les quatre pièces avant deux heures. Ce dernier point fit froncer de nouveau les sourcils de la jeune femme, qui se souvenait que le Libérateur avait parlé d'un compte à rebours avant la mort. Voulait-il leur faire subir ce compte à rebours ? Mais les empoisonner n'était pas un peu excessif ? Lui qui disait que les personnes venaient elles-mêmes à se tuer, il se contredisait en les empoisonnant, selon la jeune fille. De plus, il mettait en danger la vie d'une personne, le fils, qui semblait déjà apprécier sa vie. Encore une fois, cela représentait une contradiction. Peut-être qu'il voulait simplement voir comment les autres, le père, le dealer et la droguée réagissaient à ce décompte ? Peut-être que…


*Sont-ils vraiment en danger, Ribbons ?*

La question était simple et la réponse l'était toute autant. S'il répondait que, oui, ils étaient en danger de mort par sa faute, il tomberait rapidement dans l'estime de la blonde et il lui serait difficile de remonter. Par contre, si cela n'était qu'une mascarade, une fable, simplement pour voir la réaction du dealer et de la femme, l'avis de la jeune femme resterait mitigé. Peut-être que ce poison n'était qu'imaginaire, pour les forcer à vivre comme s'il s'agissait de leurs derniers instants. En tout cas, Febe espérait qu'il s'agissait de cela. Elle avait d'autres questions en tête, comme savoir s'il était réellement atteint d'un cancer, mais celle-ci était la plus importante, pour le moment. D'ailleurs, la jeune femme avait oublié de répondre aux questions du garçon aux cheveux verts. Ainsi, immédiatement après son premier message télépathique, elle en envoya un autre, jouant en même temps avec le nœud à son cou.


* Malheureusement, j'ai encore de mal à comprendre, Ribbons.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ribbons Deroze
Ôkami/Jigsaw
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 10/09/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Dim 5 Oct - 18:23

*Sont-ils vraiment en danger, Ribbons ?*

La question étira un sourire sur le visage du Libérateur qui attendit le deuxième constat pour répondre.

*Malheureusement, j’ai encore du mal à comprendre, Ribbons.*

*Oh mais vous semblez déjà comprendre un point important : le danger est réel pour ces personnes, mais il ne vient pas forcément de là on l’on croit qu’il vient. Le produit que je leur ai injecté ne provoque que quelques saignements au bout d’une certaine durée, ils ne risquent rien de ce côté-là. Quant à l’air qu’ils respirent, celui-là n’a rien de spécial, il est sain. Mais comme je l’ai dit, le danger risque de venir d’autre part…*

Il n’eut pas le temps d’en dire plus, Eric était revenu vers lui, une poignée de plans entre les mains. Il les déchira devant les yeux du Libérateur qui sembla rester de marbre.

«  Cela ne va pas vous aider à retrouver votre fils… »

« Si vous tuez mon fils je vous tue. »

D’un revers, il projeta tout le contenu d’une table à terre, brisant les quelques prototypes.

« Nous savons tous les deux la sorte de personne que vous êtes. Vous êtes ce genre de personnes à tirer sur un homme sans défense, ce genre de personne à porter un faux témoignage juste pour vous amuser, ce genre de personnes que sa femme quitte et que son fils déteste… »

« FERME TA PUTAIN DE GUEULE !! »

Ribbons se contenta d’hocher la tête en fermant un instant les yeux.

« Il y a quelques chose que je ne vous ai pas dit, Eric… »

« Je ne vous écoute plus ! », dit-il en renversant une autre table.

« Oui, ça, j’avais compris, mais c’est aussi pour vos collègues qui m’écoutent à travers ce talkie-walkie… bureau marron. Deuxième tiroir. »

Sans même chercher à se cacher, Kerry ouvrit le tiroir en question alors qu’Eric la rejoignait : à l’intérieur se trouvaient deux fiches : celles de Xavier et d’Amanda.

« Je suis à peu près certain que vous les aviez oublié, mais je crois que eux ne vous ont pas oublié : dans les deux cas, vous avez été celui qui les a balancé aux flics. Votre fils joue à un jeu avec des gens qui ne vous aiment pas vraiment. Ce serait dommage qu’ils apprennent qui il est. »

Ribbons ne put retenir un petit sourire qu’il effaça bien vite.

Sur les moniteurs, Xavier avait fini par agresser violemment Amanda après que celle-ci ait réussi à s’injecter une dose de l’antidote. Ayant fui devant la violence, Daniel courrait désormais sans but dans les quatre salles, cherchant plus à se cacher du meurtrier qu’à réellement s’enfuir. Xavier, après avoir étranglé Amanda à mort, eut son attention attirée par une photo sur l’un des couloirs : il s’agissait d’une photo d’Eric et Daniel avec une légende griffonnée à la main : « Tel père, tel fils. »

De son côté, Eric , après avoir observé ce spectacle, nettoya les larmes de rage qui perlaient sur ses yeux, saisit son revolver et alla vers Ribbons.
Dans la salle, Angst, le Spectrum, qui ne manquait pas une miette du spectacle, fit signe à Febe de rester encore tranquille un instant.
Arrivé au niveau du garçon, Eric fit voler la table sur le côté et empoigna violemment le garçon. Après un moment, il le jeta à terre :


« Eh bien, voilà Eric Mattews qui se réveille. »

Il lui donna un coup de pied au visage à terre, le faisant abondamment saigner du nez.

« Il ne reste plus très longtemps désormais, avant que votre fils ne pisse le sang à terre. »

Eric le releva à nouveau et le jeta contre le coffre-fort. Ribbons ne résistait pas, comme s’il n’en n’avait pas la force. Au contraire, il semblait clairement se laisser faire. Eric posa alors son genou sur le torse du garçon, dégagea le talkie-walkie d’un revers de main et plaça son revolver dans la bouche du Libérateur :

«  Ok, c’est entre toi et moi, maintenant. Dis-moi où est mon fils. »

Ribbons semblait vouloir dire quelque chose, mais le canon du revolver et le sang dans sa bouche l’empêchaient d’articuler clairement. Eric retira alors son arme un moment pour que le garçon puisse articuler :

« G… Game over. Je vais… vous amener à l’endroit. »

« Ok, mais on y va tout de suite ! Juste toi et moi ! »

Ribbons désigna un interrupteur qu’Éric pressa : le sol sous eux descendit alors, emportant la table à terre et les deux chaises, laissant la vitrine de médicaments et le coffre-fort. Les deux amis du gangster étaient restés sans rien faire, sachant que leur ami avait finalement perdu son calme. Ne sachant maintenant plus quoi faire, ils essayèrent de rejoindre les deux hommes par la trappe, mais celle-ci s’était efficacement refermée.
Dans la salle d’observation, le Spectrum d’adressa à la jeune femme :


*Ne t’inquiète pas pour Ribbons, je pense qu’il avait prévu ce genre d’évènements. Regarde plutôt.*

Il saisit alors une télécommande placée derrière les écrans, visa les écrans les plus proches de lui et aussitôt, tous les écrans se figèrent, arborant clairement le signe « Pause ».

*Ce n’est pas du direct, commenta-t-il. Ça a été enregistré. Ce test-là est fini depuis longtemps. Mais regarde plutôt ça…*

Il fit le décompte sur ses doigts, prenant la jeune femme comme témoin : 5… 4… 3… 2… 1…

Le coffre-fort s’ouvrit alors. Surpris et ne pouvant voir ce qu’il contenait, les deux amis d’Eric s’avancèrent armes au poing. Lorsqu’ils virent enfin ce qu’il contenait, ils restèrent bouche bée : Daniel était à l’intérieur, vivant, un masque à oxygène sur le visage.


*Impressionnant, n’est-ce pas ? Mais ne vous inquiétez pas, il reste encore un dernier tour, il me semble que Ribbons vous a laissé ceci.*

Alors que Kerry et Edouard évacuaient le garçon, le Spectrum fit quelques réglages dans les écrans, en débranchant un et le rebranchant sur une autre piste vidéo. Il dévoila alors Eric, seul dans une salle, visiblement sans connaissance, le pied enchaîné et relié au mur. Il mit alors une cassette dans le magnétoscope et lança lecture sur un autre écran. Il s’agissait d’une vidéo de Ribbons qui s’adressait directement à la caméra :

« Bonjour Gaïa. Et bonjour mademoiselle Febe. Vous m’excuserez, j’espère, pour vous avoir contraint à regarder ce spectacle, mais je peux vous assurer que ce n’est pas sans raison. Cet homme que vous avez vu se débattre pendant deux heures est également responsable de votre inculpation après les évènements d’il y a plusieurs années, montrant de fausses preuves dans le simple but de vous faire inculper. Beaucoup de temps a passé mais a-t-il vraiment compris tout ce que je lui ai dit ? Descendu à l’étage inférieur, tout un mécanisme, incluant Akuma, mon fidèle Démolosse, était en place pour l’immobiliser et le mettre en mon pouvoir, mais aujourd’hui, c’est vous qui pouvez sauver une vie : allez-vous pardonner à cet homme et lui permettre de continuer à vivre ? Ou votre rancune est-elle encore trop vive et choisissez-vous de l’exécuter pour tout le mal qu’il a fait autour de lui ? Le bleu ou le rouge, respectivement… la Vie ou la Mort. Le choix est vôtre. »

La cassette s’arrêta et le Spectrum observait stoïquement la réaction de la blonde.

HJ:
 

_________________







"Those who do not appreciate life do not deserve life."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alberto & Febe
Il protettivi / Gaïa
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 17/08/2014
Age : 20

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Dim 5 Oct - 20:05


Hum ? Visiblement, Febe avait eu raison en pensant que l'injection avait été inoffensive pour les trois personnes, mais ne montra aucune trace de joie, hochant simplement la tête à cette révélation. Certes, le compte à rebours que Ribbons leur avait conté été fictif, mais le danger était clairement là, sous les yeux de la jeune fille qui observait la droguée se faire étrangler sur l'écran alors que d'autres violences se faisaient dans la salle d'à côté, les bruits d'objets brisés et tables tombant étant très distincts, prouvant que cet Eric n'y allait pas de main morte lorsqu'il était en colère, avant que son amie et lui-même ne découvrent des dossiers sur, selon Ribbons, les personnes enfermées avec le fils de son assaillant. Peu de temps après, la violence reprit, alors que Febe relevait la tête pour se lever, jugeant qu'il serait préférable de ne pas aller plus loin, avant de se faire stopper par un signe du Spectrum du Libérateur, hochant doucement la tête en se recalant dans son siège. Puis elle entendit finalement Ôkami capituler sous les coups de l'homme en furie, proposant à celui-ci de le conduire jusqu'à son fils. Encore une fois, la jeune fille voulu se relever, avant que la voix du spectre ne résonne de nouveau dans sa tête, celui-ci lui disant de ne pas s’inquiéter pour son dresseur, prenant et mettant ensuite les vidéos sur « pause », expliquant au final qu'il ne s'agissait simplement d'enregistrements. Puis il y eu du bruit dans la pièce d'à côté, Febe ne pouvant entendre que les retrouvailles entre les deux personnes restantes et le fils de l'homme qui avait attaqué le Libérateur.

Par contre, rien n'était encore fini pour la jeune femme : le Spectrum trafiqua quelques choses avec les câbles, un des écrans finissant par diffuser l'image du père, enchaîné et inconscient. Mais il ne s'arrêta pas là. Ainsi, il installa une cassette dans un lecteur, celui-ci diffusant à son tour une vidéo… D'Ôkami. Celui-ci s'excusa du spectacle, avant d'avouer qu'Eric, celui qui l'avait attaqué, avait été l'un des faux témoins lors du procès de Gaïa, pour l'incident qui le fit aller en prison quelques années plus tôt. La jeune femme sentit son cœur s’accélérer, alors qu'elle jouait de nouveau avec son nœud, en fixant l'homme inconscient sur l'autre vidéo, tout en écoutant les paroles du Libérateur. Il lui laissait le choix de la vie ou de la mort de l'homme ? Pardonner ou condamner ? Ce n'était pas à Febe de décider, elle dont les doigts valsaient au dessus de la manette rouge. Cet homme avait fait du mal à son frère de cœur. Mais est-ce que cela lui faisait vraiment mériter la mort ? C'était dans des moments comme ceux-ci qu'elle regrettait d'être muette et de ne pas pouvoir utiliser le téléphone que lui avait confié Ôkami pour appeler Gaïa et connaître son avis. Il fallait donc qu'elle réfléchisse comme le ferait Alberto, pour ne rien regretter. Ainsi, elle se leva, en poussant la chaise vers l'arrière, passant doucement la main dans ses cheveux et … ouvrant son manteau et sa chemise, laissant voir son soutien-gorge noir, avant d'extraire un couteau à cran d'arrêt de l'intérieur de sa chemise, sans aucune gêne vis-à-vis du Spectrum et du Coatox.

Cela fait, elle se pencha légèrement vers la table, son choix étant fait. Malgré tout, elle hésita un instant avant de finalement choisir l'interrupteur de couleur… Bleue. Alberto n'aurait pas voulu tuer cet homme, mais lui laisser une chance de se racheter auprès de lui. Immédiatement après, elle libéra le Betochef de sa ball, avant de se précipiter vers la porte pour l'ouvrir, écartant au passage le rideau qui la cachait. Elle ne savait pas si Ribbons, l'enfant, le duo ou le père étaient toujours là, mais il fallait tout de même rester sur ses gardes. Voilà pourquoi elle était sortie avec dans une main son couteau et dans l'autre le revolver d'Ôkami, prête à tirer ou à trancher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ribbons Deroze
Ôkami/Jigsaw
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 10/09/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Lun 6 Oct - 18:49

Après avoir maîtrisé et enchaîné Eric Mattews, Ribbons se tint à l'extérieur de la salle où il l'avait enfermé. Il reçut le message télépathique par son Spectrum que tout était en place pour le dernier test : celui de Febe. Malheureusement, si son jeu avait été réglé à la minute près, il n'avait pas prévu que Gaïa lui-même ne serait pas de la partie et il était donc bien plus probable que la jeune femme choisisse de l'épargner, ce qu'elle fit.
Poussant un soupir satisfait, il regarda la chaîne de détacher du corps inconscient et lui dit, bien qu'il ne l'entende pas :

« Félicitations. Vous êtes encore en vie. Lorsque vous vous réveillerez, vous retrouverez votre fils. La plupart des gens sont si ingrats... de la vie qui leur a été donnée. Mais pas vous, plus maintenant... Game over. »

Il ferma la porte et actionna un interrupteur. Une deuxième porte s'ouvrit alors sur l'extérieur, révélant le corps d'Eric au grand jour. Pendant ce temps, Kerry avait choisi d'amener le garçon à l'hôpital tandis qu'Edouard restait chercher Eric. Il ne tarda pas, après être redescendu, à trouver le corps de son ami et, après s'être assuré qu'il était en vie, l'évacua sans remarquer Ribbons qui, le visage encore en sang, le regardait par une vitre teintée.

Le Libérateur remonta alors à l'étage où il trouva la jeune femme armée et prête à en découdre. Pour ne pas l'effrayer, il leva les bras lorsqu'il parla :


« Eh bien, mademoiselle Febe... Qu'en avez-vous pensé ? Comprenez-vous désormais ma méthode ? Comprenez-vous, au-delà de l'Aurore, les raisons qui me motivent ? Maintenant que vous avez vu tout cela, peut-être pouvons-nous retourner auprès de Gaïa ? »

Alors qu'il s'était avancé dans la grande salle, il sortit une serviette d'un tiroir et s'épongea le visage afin d'en enlever le sang. Il ne s'était pas tiré indemne de ce jeu : une arcade explosée, le nez en sang, plusieurs saignements dans la bouche... mais le reste allait plutôt bien.

_________________







"Those who do not appreciate life do not deserve life."


Dernière édition par Ribbons Deroze le Mar 7 Oct - 23:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alberto & Febe
Il protettivi / Gaïa
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 17/08/2014
Age : 20

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Lun 6 Oct - 22:35

Febe avançait, droite et méfiante, à pas feutrés, sa toupie flottant à ses côtés, suivit de loin par le Bétochef et le Coatox, ceux-ci prêts à faire le travail que leur avait confié Alberto, à savoir protéger la jeune fille face à d'éventuels agresseurs. Puis elle entendit finalement un bruit, une personne qui montait par les escaliers, tout son corps se tendant alors qu'elle préparait son arme à tirer, avant de finalement la baisser lentement, sans pour autant lâcher aucune des deux armes. Pourquoi s'était-elle détendu ? Pour une raison simple : la personne face à elle n'était pas dangereuse, en tout cas pour le moment. Premièrement par son aspect ensanglanté et deuxièmement, car il s'agissait d'Ôkami. D'ailleurs, celui-ci engagea presque immédiatement la conversation, demandant à la blonde ce qu'elle avait pensé de l'application de sa méthode et si elle la comprenait finalement, avant de proposer de rejoindre Alberto à la Zenith SARL. Sa dernière idée était loin d'être mauvaise, car, après tout, ils n'avaient plus rien à faire dans ce bâtiment, malgré que Febe aurait voulu rencontrer cet « Eric ». Enfin, maintenant qu'elle y repensait vraiment, Gaïa pourrait toujours le retrouver et suivre sa piste, à présent. Ainsi, elle s'approcha du jeune homme, sans lâcher son revolver ni le couteau, avant de secouer la tête de droite à gauche, Remo établissant de nouveau le lien mental.

*Je crois comprendre mieux votre méthode, oui. Par contre, vos raisons restent malheureusement floues à mes yeux.*

Elle soutint pendant quelques secondes le regard du jeune homme, se disant que les réponses à ces questions n'appartenaient que à son frère de coeur et que… Elle serra des dents en entendant le Coatox glousser derrière elle, avant que celui-ci ne lui explique ce qui le faisait rire ainsi. Non. Non, même pour Febe, c'était trop gênant ! Elle avait oublié de refermer sa chemise dans le feu de l'action et venait de se rendre compte, une fois la tension retombée, qu'elle présentait clairement sa poitrine au Libérateur, même s'il y avait la présence du soutien-gorge. Réalisant cela, elle se retourna d'un coup, rangeant aussi bien et rapidement que possible ses armes avant de reboutonner sa chemise et sa veste, le feu au visage. Oui, elle rougissait, comme toutes les filles, non ? Elle voulait agir comme toutes les filles, des fois. Qu'est-ce qu'elle disait, après avoir été gênées ainsi, habituellement ? Ah oui, elle avait une idée.

* Tu n'as rien vu, okay ?...*


Et merde. Sa voix était plus faible et hésitante que d'habitude, de quoi faire connaître sa gêne à Ribbons, ce qu'elle ne voulait clairement pas. Elle ne voulait pas passer pour une de ces filles faibles, bon sang. Elle serra fort le ruban au niveau du cou de la chemise pour jouer avec, attendant par la suite que la couleur rouge quitte ses joues. Franchement, les deux combattants n'auraient pas pu la prévenir avant ? Surtout Alfiero qui continuait de rire, alors qu'Amadéo esquissait simplement un petit sourire en coin. Et pourquoi elle avait réagit comme ça ? Elle se sentait idiote, sur le coup. Prenant finalement une grande respiration pour mettre un terme à sa manœuvre de relaxation, elle envoya un nouveau message télépathique, avec un peu plus de tenue et de platitude, comme elle le faisait habituellement.


* On y va ?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ribbons Deroze
Ôkami/Jigsaw
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 10/09/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Lun 6 Oct - 23:01

Elle commençait à comprendre, et peut-être qu'à travers elle, Gaïa comprendrait lui aussi. C'était tout ce qui importait, cela valait bien le visage passablement déformé.
Alors qu'il relevait les yeux pour chercher du regard son flacon de mercurochrome, il croisa celui de la blonde, écarlate, en train de reboutonner sa chemise.


* Tu n'as rien vu, okay ?...*


« Cela va de soi » dit-il sans même y avoir prêté attention et en appliquant le mercurochrome sur son visage.

Il sentit une gêne de la part de la blonde lors du silence qui suivit : était-ce parce qu'elle était impressionnée par ce qu'elle venait de voir ? Non, c'était peu probable, sans doute était-elle dans l'immédiat plus préoccupée d'avoir laissé passer un moment une émotion comme la gêne à travers ce mur émotionnel d'habitude impénétrable.

*On y va ?*

« Nous sommes partis. »

Il referma sa trousse à pharmacie : il s'était appliqué quelques pansements, avait avalé quelques médicaments et, après avoir rappelé son Spectrum, escorta la jeune fille jusqu'à l'extérieur. Il referma son atelier, y compris la porte par laquelle Edouard avait emporté Eric, et remonta à bord de son véhicule. Il était encore en état de conduire, il suffirait d'être prudent.

HJ:
 

_________________







"Those who do not appreciate life do not deserve life."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alberto & Febe
Il protettivi / Gaïa
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 17/08/2014
Age : 20

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Mar 7 Oct - 17:11

Hum ? Au moins, Ribbons n'était pas de ces garçons qui jouissaient simplement en voyant un sous-vêtement. D'ailleurs, il ne sembla même pas arrêter ses activités pour s'attarder sur la jeune femme, favorisant la disparition de la gêne chez celle-ci. Dans tout les cas, une fois ses soins terminés, il accepta la demande de partir de la blonde, avant de rappeler son Spectrum dans sa ball, Febe faisant de même avec le Betochef et le Coatox de son frère de cœur, prenant son Balbuto entre ses bras. Cela fait, elle suivit le Libérateur à travers le bâtiment, celui-ci fermant les portes derrières lui, alors que son invitée continuait tranquillement son chemin vers le van, montant finalement dans celui-ci, du côté passager, en attendant Ôkami. D'ailleurs, celui-ci vint plus rapidement qu'elle le pensait, pour mettre le pied sur la pédale et faire accélérer le véhicule, empruntant rapidement les routes de la capitale pour retourner à la Tour Zenith.

Ils roulèrent donc ainsi pendant cinq bonnes minutes, pendant lesquelles aucun des deux ne daignait parler à l'autre, la jeune fille regardant simplement la route défiler devant elle, droite sur son siège, avec les mains sur les genoux et la poupée de sable immobile entre ceux-ci. Cela aurait pu durer encore quelques minutes, si Febe n'avait pas remarqué quelque chose, au bout du boulevard bouchonné : un contrôle de police. Cela pouvait être plutôt problématique, avec les armes que transportait la jeune fille, sans l'âge légal pour cela, et les blessures du conducteur. De plus, il n'y avait pas de moyen d'échapper au contrôle : les policiers s'étaient placés avant la première intersection. Ribbons ne pouvait donc pas faire demi-tour, ni refuser le contrôle étant donné que les Libérateurs s'étaient présentés comme de simples citoyens. Mais il ne pouvait pas non plus traverser le barrage, si ? Febe, en voyant cela, soupira doucement. Il restait encore du temps avant d'y arriver, de quoi laisser au Libérateur de quoi se préparer au contrôle.


*J'espère que vous avez une idée, Ribbons.*

En disant cela, elle avait tourné la tête vers le Libérateur, l'observant silencieusement. Est-ce qu'il saurait se préparer correctement à ce genre de chose ? Est-ce qu'il trouverait les arguments adéquates pour passer sans encombres ? Febe était impatiente de voir la suite, vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ribbons Deroze
Ôkami/Jigsaw
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 10/09/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Mar 7 Oct - 23:07

Ribbons, fatigué, conduisait en pilotage automatique. Il connaissait la route et ses embranchements, les petits raccourcis et conduisait les yeux mi-clos.
Cependant, son regard s'acéra lorsqu'il remarqua le barrage de police qui lui bloquait le passage quelques centaines de mètres plus loin. Il n'avait pas forcément prévu ce genre de complication. Peu importait, il se débrouillerait.
En un instant, il jaugea la situation : un homme au visage lacéré en compagnie d'une jeune femme armée... Ca ne pouvait pas passez inaperçu.

Tant pis. En quelques secondes, il s'arracha tous les pansements sur le visage, révélant son arcade ouverte et sa joue en sang. Le nez avait arrêté de saigner grâce au coton qu'il s'était mis dans la narine : il le retira aussi, laissant un peu de sang couler jusque dans sa bouche.
Il regarda Febe : elle était armée. Son couteau était dans son soutien-gorge, mais elle avait encore le revolver à la main. En un éclair et sans prendre le temps de lui demander, il le lui prit, ouvrit le barillet, laissa les balles couler à terre sous les pédales, le lui remit dans les mains et se passa la main sur la joue :


« Veuillez m'excuser. »

Puis, d'un geste efficace, il lui barbouilla la joue, faisant comme si elle avait reçu des éclaboussures de sang sur le visage.
Lorsqu'il s'arrêta, il salua les gendarmes calmement, presque jovialement :


« Monsieur, dit le premier l'air suspicieux. Vous voulez bien nous dire ce qui vous est arrivé ? »

« Comment ? fit le garçon comme s'il ne savait pas de quoi ils parlaient. Ah, ça ! Haha, je suis maquillé pour une fête déguisée. Le thème c'est l'apocalypse de Zombie. C'est bien fait non ? »

« Et la p'tite dame ? Pourquoi elle est armée comme ça ? C'est dans le costume aussi ? »

« Bien sûr, moi je fais le zombie et ma copine fait la survivante. Voyez, elle a même du sang sur la joue après avoir massacré des zombies à la pelle. Quant à cette arme, tenez. »

Il prit le revolver, le plaça sur sa tempe et appuya sans hésitation sur la gâchette, laissant le « clic » caractéristique d'une arme vide parler pour lui.

« De mieux en mieux imités, ces jouets des grandes surfaces. »

« Oui, bon, papiers du véhicule. »


Le reste était en règle et malgré le regard de travers des gendarmes, ils finir par repartir au bout de quelques instants.

« Désolé pour votre joue et cette mascarade, mademoiselle Febe. Il y a des mouchoirs sur le siège arrière pour vous essuyer si vous voulez. »

Même s'il avait parfaitement joué la comédie, Ribbons ne pouvait pas complètement neutraliser la douleur qui revenait du fait qu'il avait retiré ses pansements. Il trouva la force de conduire encore jusqu'à la Tour Zénith où il finit par se garer. Il prit lui-même des mouchoirs et s'épongea à nouveau le visage. Il n'avait plus de pansements sous la main, il prit donc la boîte avec lui et sortit du véhicule, se dirigeant vers l'ascenseur qui les mènerait au bureau de Gaïa.

HJ:
 

_________________







"Those who do not appreciate life do not deserve life."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alberto & Febe
Il protettivi / Gaïa
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 17/08/2014
Age : 20

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   Mer 8 Oct - 17:54


Eh bien, Ribbons ne perdait pas de temps. A peine Febe avait-elle signalé le barrage à celui-ci qu'il enlevait tout ses pansements, sous incompréhension de la jeune fille. Enfin, s'il faisait cela si rapidement, c'était qu'il avait une idée précise en tête, non ? D'ailleurs, il prit l'arme des mains de la blonde, celle-ci pensant que c'était pour la cacher, avant de vider le barillet sur le sol et de finalement reposer l'arme vide entre les mains de son invitée, celle ne bougeant pas pendant la manœuvre, entendant finalement le Libérateur s'excuser. Sur le coup, elle n'avait pas vraiment compris, mais lorsqu'il lui caressa la joue avec sa main ensanglantée. Puis ils arrivèrent enfin au barrage de police, l'un des représentants de la loi venant à eux, visiblement perplexe par le couple qu'il avait face à lui, avant que le jeune homme ne lui invente une histoire comme quoi ils étaient déguisés pour une soirée, avant de prendre l'arme, la coller contre sa tempe et de tirer à vide, sous le regard toujours perplexe du policier qui se contenta de demander simplement les papiers du véhicule. Febe se permit de juger rapidement l'homme, en se disant qu'il était du genre incompétent, à ne pas reconnaître une vraie arme et de vraies blessures. Il devait sûrement avoir été pistonné par un ami ou être stagiaire, pour être si peu informé.

Une fois le barrage passé, Ribbons reprit le pilotage semi-automatique de son van, tout en s'excusant de ce qu'il avait fait à la joue de la blonde et de la petite histoire qu'il avait inventé, le tout la faisant sourire doucement. Il avait réussi à passer cette étape avec une certaine originalité, comme l'avait osé espérer la jeune fille et la remarque sur le sang sur son visage amusa la blonde, qui prit le paquet de mouchoirs à l'arrière, afin de s'essuyer doucement le visage, reprenant rapidement une mine plus sérieusement avant de répondre par télépathie au garçon aux cheveux verts.


«  Ne vous excusez pas, Ribbons. Le sang n'a rien de gênant. Et vous avez bien réagit à ce passage. »

Peu de temps après cela, le van entra sur le parking et ils descendirent de celui-ci pour se diriger vers l'ascenseur, non sans que Ôkami et ses blessures soient observés par les Citoyens et les employés de Zenith. Mais franchement, Febe s'en fichait et poursuivait son chemin pour finalement entrer dans la cage de l'ascenseur, taper le numéro de l'étage où siégeait son frère de cœur, sans chercher à engager la conversation pendant l'ascension, se contentant de regarder l’œil de la caméra en serrant son Balbuto contre elle. D'ailleurs, derrière cette caméra, il y avait Alberto qui surveillait, les yeux un instant sur ses documents, un instant sur les écrans diffusant des images de chaque étages, de chaque pièces, chacun leur tour. Bien évidemment, le bureau de Gaïa n'était pas le cœur de ce système de vidéo-surveillance, mais celui-ci lui suffisait pour garder un œil sur ce qui se passait dans la tour, tout en travaillant. Et là, il avait vu Ôkami et Febe monter en utilisant l'ascenseur, logiquement pour le rejoindre. Ainsi il se leva, avant d'aller dans son plus grand bureau, non sans refermer la porte derrière lui, se préparant à accueillir les deux personnes en restant dos à son bureau de bois, les bras croisés. D'ailleurs, à peine eut-il terminé sa préparation que les grandes portes s'ouvraient pour laisser apparaître le second Libérateur et la jeune fille à ses côtés. Mais il y avait quelque chose qui clochait : Ôkami avait des blessures. S'était-il battu ? Peut-être contre Febe ? Alberto devait savoir. Il garda une voix neutre et forte, sans décroiser les bras, fixant chacun leur tour le garçon et la fille.

« Bon retour, Ôkami. La mise en pratique s'est bien passée ? Hum. Vous êtes blessé, que s'est-il passé ? » Dit-il, en haussant un sourcil interrogateur à l'intention du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé]Qu'y a-t'il sous ces Rubans Roses ? [Ribbons Deroze]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [ASTUCE] Optimiser la durée de la batterie sous Android et le HD2
» [TUTO] Configurer ses boite mail free et hotmail sous SFR
» Mise sous tutelle des S.D.F.???
» [REQUETE] SFR TV sous Android?
» suppression des sous-titres et passage du 704x396 au 640x480

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Aube Saison 2 : Version Zénith :: Maïlys - Zones Civilisées :: Ruines de la Zénith SARL-
Sauter vers: