Bienvenue sur la suite du forum à succès Pokémon Aube, Invité. Après l'incroyable assaut de la Team Zodiac, où en sont les choses sur l'île de Maïlys?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hel & Hallinskidi savent se faire attendre !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hel & Hallinskidi
Lost in the wild
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 08/08/2014
Age : 23

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Hel & Hallinskidi savent se faire attendre !   Lun 20 Oct - 19:19


Espèce : Momartik
Sexe : Féminin
Nom/Surnom : Hel
Capacité Spéciale : Corps Maudit


Espèce : Pharamp
Sexe : Masculin
Nom/Surnom : Hallinskidi
Capacité Spéciale : Statik


Rang désiré : Stratège et Politicien – Chefs du Village Pokémon
Groupe : Pokémon
Niveaux : MAX

Histoire :

Chapitre un : Hel

La nuit était noire. Deux Oniglalis veillaient sur leur portée : sept enfants, six mâles, une femelle. Ils avaient vu le jour moins d'une semaine plus tôt et leur mère était toujours fatiguée de la ponte et d'avoir couvé les sept œufs. Le père était assez âgé, mais toujours puissant, et il protégeait sa grande famille du mieux qu'il pouvait, et ils avaient assez de provisions pour tenir un long moment.

Mais pas assez long. La mère ne récupérait pas assez rapidement, et les sept petits étaient de vrais morfales. Et comme si ça ne suffisait pas, ils se battaient à longueur de journée, obligeant leur génitrice à les surveiller en permanence, sans jamais avoir de repos, retardant sa guérison. Et finalement, ce qui devait arriver arriva : ils tombèrent à court de nourriture.

Deux alternatives s'offraient au père : sortir chasser en grande quantité, ou récupérer peu mais régulièrement. Il sortit sans savoir quelle option il allait choisir, en décrétant qu'il aviserait selon la situation. Il ne revint pas assez rapidement.

Des humains, chasseurs, le virent quitter sa caverne et trouvèrent le refuge de la famille. La mère fut écartée définitivement sans difficulté, et les petits furent capturés dans des Pokéballs. Leurs ravisseurs étaient membres de la Team Rocket et ils venaient de mettre la main sur les seuls Stalgamins sauvages de Kanto et de Johto : une véritable mine d'or.

Heureusement, leurs activités illégales ne durèrent pas longtemps : avant qu'ils n'aient le temps de mettre en place un système de reproduction intensif, Peter passa par là, et comme pour tous les autres membres de la Team Rocket, il les écrasa.

Au fil des années, il confia les Stalgamins à des dresseurs, jusqu'à ne conserver que la femelle, qu'il finit par donner à un dresseur nommé Anacho.

Celui-ci avait un rêve : dompter la glace. Il était accompagné d'un Farfuret aussi taciturne que lui. Malgré ça, c'était la liberté pour la petite Stalgamin, surnommée BadGirl par l'humain. Liberté toute relative, malgré tout : elle n'avait pas vraiment le choix de ce qu'elle pouvait faire. Tant que ses désirs s'accordaient avec ceux d'Anacho, tout se passait bien. Lorsqu'elle faisait autre chose que ce qu'il voulait ou attendait, il la grondait – gentiment – lui expliquant que ce n'était pas bien, ou qu'il ne fallait pas faire ça. Il n'était pas cruel, loin de là, mais malheureusement, les Pokémons n'étaient pas perçus à leur juste valeur, comme avec beaucoup de dresseurs.

Le temps passa et le petit groupe en vint à quitter leur maison. Ils partirent par une nouvelle région qui leur était totalement inconnue. Au cours de leur épopée, ils firent diverses rencontres et l'équipe du dresseur continua à s'agrandir.

Le groupe rencontra et affronta le spécialiste de la Glace de la région. Un entraînement suivi ceci. Pour BadGirl, ce fut l'occasion de déterminer dans quelle branche elle serait la plus à l'aise : Oniglali ou Momartik ? Il ne fallut pas beaucoup de temps pour réaliser qu'elle avait la mentalité d'une spectre des neiges.

Puis l'incident arriva.

Anacho se battit contre un homme masqué, un criminel. La dernière manche opposa la Stalgamin avec un Grindur. Le Pokémon Glace triompha de son adversaire, mais dans une dernière attaque, la graine épineuse blessa tous les spectateurs. Y compris Anacho. Profitant du chaos, le criminel prit la fuite, non sans menacer BadGirl.

Heureusement, le dresseur survécu, mais lui, tout comme son Pokémon, étaient profondément affectés par cet événement. Tous deux se firent la promesse de se venger. Et pour obtenir la puissance nécessaire à cette vengeance, ils mirent la main sur une Pierre Aube, et BadGirl devint une Momartik.

Comme si son caractère habituel, ainsi que l'incident, son évolution augmenta grandement son agressivité et sa rage. Elle n'avait plus qu'un but : venger son dresseur.

Celui-ci mit du temps avant de « revenir à la raison », mais il y parvint, ce qui n'était pas le cas pour la Momartik. Et ce qui devait arriver arriva : ils croisèrent une nouvelle fois la route du criminel. A cette occasion, Anacho découvrit qu'il s'agissait de son demi-frère. Si pour les deux humains, tout changeait, la réciproque n'était pas vraie pour BadGirl. A vrai dire, elle ne parvenait pas à comprendre ce qui changeait. Si elle croisait l'un de ses frères et qu'il lui faisait du mal, elle n'hésiterait pas à l'affronter et à le tuer s'il le fallait.

Lorsqu'elle eut une opportunité de tuer Angstorm, le criminel, elle fut stoppée par Sneaffle, le Dimoret. Leur amitié fut instantanément brisée.

Le temps passa et Anacho repoussait l'heure du dialogue avec son Pokémon.

Et il y eut la troisième rencontre. Une fois de plus, BadGirl tenta de tuer Angstorm. Et elle aurait réussi, si Anacho n'avait pas prévenu son ennemi. Il fut sauvé in extremis, et il prit la fuite.

Le soir, le dresseur voulu discuter. Mais c'était trop tard. Ca faisait trop longtemps que la Momartik était bloquée, frustrée. A peine sortie de sa Pokéball, elle assomma son dresseur, affronta et vainquit Sneaffle, son ancien ami, avant de prendre la fuite.

Elle changea de nom, repoussant ce symbole d'asservissement, et se nomma Hel.
Et elle était libre.

Chapitre deux : Hallinskidi

Pleine journée, un troupeau de Wattouat, dans les pleines voisines de Mégapagopolis. Ceuxi-ci “appartenaient” à des humains qui s’occupaient d’eux : ils étaient nourris, tondus et chauffés et avaient de l’espace libre.. Leur vie n’était pas très passionnante, mais ils ne manquaient pas de quelque chose en particulier. Ce n’était pas la liberté, mais pour eux, qui n’avaient connus que ça, c’était le paradis.

Tout changea le jour où la Team Zodiac attaqua. Ils pillèrent la ferme et dispersèrent le troupeau. L’un des criminels profita de l’occasion pour s’approprier l’un des Wattouat, un mâle à l’air intelligent qu’il surnomma Ghlarshen.

Cet homme était tyrannique. Il était doué et malin, mais il était d’un sadisme incommensurable. Il forçait ses Pokémons à lui obéir par la force et les punissait s’ils n’étaient pas à la hauteur. Rapidement, une relation de Maître/Esclaves s’instaura fondée sur la peur.

Ghlarshen et ses collègues d’infortune furent obligés de tuer des civils, de pauvres innocents qui n’avaient fait que se mettre en travers de leur route. S’ils tentaient de se rebeller, le Zodiac - qui se faisait appeler Maître -, les électrocutait.

Le Wattouat devint de plus en plus puissant, évoluant à deux reprises jusqu'à devenir un Pharamp terriblement puissant. Et terriblement triste.

Maître tenta de le faire Méga-évoluer, mais ce fut un échec à chaque fois. Les punitions se faisaient de plus en plus terribles, mais Ghlarshen n’y pouvait rien : il n’avait pas confiance en son dresseur, il ne l’aimait pas.

Son sauvetage vint avec la fin de la Guerre de l’Étoile. Dernier encore en état de se battre dans l’équipe, il dut affronter un puissant Ursaring. Asservissement contre Liberté. Le Pokémon “sauvage” fut victorieux. Mais plutôt que de devoir s’avouer vaincu, le Maître intervint en personne, fouettant l’ours au ventre, le blessant profondément.

L’affrontement était terminé. L’Ursaring n’était pas capable de continuer le combat, et Ghlarshen pouvait encore tenir debout. Celui-ci était d’ailleurs agréablement surpris. Même s’il avait blessé un Pokémon, son dresseur était intervenu en personne pour le protéger. Enfin, c’était ce qu’il croyait. Rapidement, il comprit son erreur. Le Zodiac, fou de rage d’avoir du se battre, ordonna au Pharamp d’achever son adversaire. Il refusa, et les sanctions s'enchaînèrent. Il avait beau être résistant à la foudre, il ne pouvait pas tenir indéfiniment. Les yeux chargés de regret, il acheva l’Ursaring. S’il n’avait pas obéi, le Zodiac l’aurait fait lui-même, d’une manière bien moins clémente.

Mais le calvaire du Pharamp toucha à sa fin : la Team Zodiac fut vaincue, et le Maître arrêté. Ses Pokémons furent interrogés, questionnés et lus psychiquement. Leur innocence prouvée, ils purent retrouver la liberté.

La liberté. Pour la première fois de sa vie, l’Agneau avait le choix. Il pouvait aller où il voulait. Et mieux, il pouvait choisir son nom, rejeter ce symbole d’asservissement. Il se nomma Hallinskidi.
Et il était libre.

Chapitre trois : Hel & Hallinskidi

Hel errait, sans but précis. Mais ça lui allait. Elle savourait enfin une liberté bien méritée. Mais malgré tout, quelque chose la dérangeait. Pendant toute sa vie, elle avait appartenu à un groupe, mais elle était maintenant seule. Et cette solitude lui pesait.

Hallinskidi était tout aussi perdu qu’elle. Il était reparti à la ferme qui l’avait vu grandir mais il ne restait que quelques ruines brûlées, restes d’un autre passage des Zodiacs. Tous les autres Pokémons avaient disparus, le Galifeu compris. Le Pharamp n’avait plus aucune attache nulle part.

Tous deux vaquèrent chacun de leur côté pendant plusieurs semaines.

Puis ce qui devait arriver arriva : leurs routes se croisèrent.

Un Pokémon - surtout aussi puissant et expérimenté - sait reconnaître quand un de ses congénères a été en contact avec un dresseur et une Pokéball. Aussi, tous deux s’arrêtèrent lorsqu'ils se virent, cherchant le dresseur de l’autre. Introuvables, mais le sentiment perdurait.

Tous les deux voulaient protéger leur liberté. Et aucun des deux ne chercha à comprendre ce qu’il se passait vraiment. Un combat sans pitié débuta. Les deux adversaires s’affrontèrent jusqu'à tomber de fatigue.

« Tu n’auras pas ma liberté ! »

Un instant de silence après cette phrase prononcée simultanément. Les deux Pokémons se regardèrent, stupéfaits, réalisant enfin la réalité des événements. Hel éclata de rire tandis que le Pharamp levait un sourcil étonné.

La nuit tombant, et étant tous les deux vulnérables après leur affrontement, ils joignirent leurs forces afin de se trouver un abri digne de ce nom. La nuit fut longue, mais tous deux apprirent à se connaître plus en profondeur. Ils découvrirent qu’ils avaient beaucoup plus en commun qu’ils ne l’auraient cru au premier abord.

Hel écouta les discours enflammés de Hallinskidi, avant de le questionner doucement sur ses plans. Constatant qu’ils étaient inexistants ou bancals, la Momartik proposa des idées, fit des suggestions. Ce fut au tour du Pharamp de l’écouter.

Lorsque le jour se leva, ils n’avaient pas dormi un seul instant. Épuisés de leurs efforts et de leur nuit agitée, ils se reposèrent toute la journée, sans quitter leur abri.

A leur départ, ils étaient alliés, unis par un désir commun : apporter la liberté à leurs semblables. Ils avaient beau avoir eu des histoires différentes, ils aimaient tous les deux autant ce droit de vivre comme ils l’entendaient. Et pour eux, la Liberté ne pouvait être atteinte qu’en remettant les humains à leur place.

Deux mois s’écoulèrent pendant lesquels ils vadrouillèrent sur toute l’île, tentant de rallier les Pokémons sauvages à leur cause. Ils apprirent beaucoup de choses sur leur mode de vie et les coutumes. C’était également comme ça qu’ils entendirent parler du Village Pokémon.

Un havre de paix et de liberté pour les Pokémons.

Voilà ce qu’ils cherchaient. Mais ce n’était pas assez. Un village n’était pas suffisant, la preuve était là : ils étaient obligés de se cacher. Et pour eux, il allait falloir remettre les humains à leur place, par la force si nécessaire. Cette idée ne les faisait pas peur, mais ils connaissaient leur point faible : la capture. Une simple Pokéball pouvait mettre fin à l’assaut d’un Pokémon sauvage.

Ils cherchèrent une solution, mais ni l’un, ni l’autre, n’était ingénieur. Mais leur quête avait commencé à faire du bruit. Certains Pokémons avaient commencé à devenir plus menaçants, plus agressifs, tandis que d’autres faisaient parler d’eux. Et c’est avec ce bouche à oreille qu’ils rencontrèrent Digitong, le Métalosse. Ce Pokémon artificiel, libéré de son allégeance avait créé un dispositif permettant de simuler l’état de capture provoqué par une Pokéball.

Le duo ne comprit pas tous les détails techniques, mais une chose était sûre : ils avaient la réponse devant eux.

Forts de cette rencontre, ils se mirent en route vers le Village Pokémon. Là-bas, ils se heurtèrent à un mur : celui de la peur et de la crainte. Les humains étaient trop puissants, et la dirigeante ne souhaitait pas risquer son village et ses habitants.  C’était compréhensible, mais incroyablement frustrant. Lors de cette rencontre, Hallinskidi découvrit que son ancien adversaire, l’Ursaring, avait été chef du Village avant la Dédenne. Lorsqu'il parla du sort de l’ours, il fut presque jeté dehors.

Mais une loi leur imposait de leur faire passer un test, où un Juge rendrait sa décision. Si sur le papier, la quête semblait plutôt simple, ils se rendirent rapidement compte que c’était loin d’être le cas. Ce fut un véritable calvaire pour le duo, en particulier pour le Pharamp.

Et comme si l’épreuve physique ne suffisait pas, ils se retrouvèrent face à un adversaire invincible : une sorte d’ombre, écho de l’Ursaring. Celui-ci écrasa lamentablement le Pharamp, lui faisant passer ses idées à coup de poing. Néanmoins, malgré le manque de subtilité apparente, le message passa : l’Ursaring était comme les humains : invulnérable, infini, surpuissant.

Ce fut en se rendant, et en laissant parler la diplomatie qu’il parvint à passer l’épreuve. Et c’était comme ça qu’ils pourraient atteindre leur but : en négociant.

Cresselia apparut au duo, révélant son statut de Juge, et leur expliquant que l’Ursaring n’était pas mort, mais parti fonder un havre de paix dans une autre région. Puis elle apposa son symbole sur le tissu donné par la Dédenne.

Ils avaient réussi l’épreuve. En changeant de méthode, leur objectif devenait atteignable, et digne de se battre. Mieux encore : ils étaient maintenant à la tête du Village.

Ils apporteraient la Liberté aux Pokémons et feraient en sorte qu’ils ne s’égarent pas sur la voie de la guerre.

Caractère :
Hel :

La Momartik est colérique, froide et calculatrice. Elle en veut mortellement à Angstorm pour l’avoir menacée et avoir blessé son ancien dresseur. Même si elle déteste également Anacho pour l’avoir “manipulée”, elle ne pardonne pas le Zodiac. Sa rancune est sans limite, à un tel point qu’elle en veut également à Sneaffle, le Dimoret, d’avoir protégé et défendu son dresseur.

Elle a tendance à être obsessionnelle : après avoir goûté à la liberté, elle est prête à tout pour la garder et la rendre universelle. Si son but est noble, elle n’a pas peur d’utiliser les grands moyens.

Depuis sa rencontre avec le Pharamp, elle s’est attachée à lui et est devenue très (très très) proche de lui. Elle est capable d’activer la Méga-évolution de son compagnon. Malgré tout, elle ne mâche pas ses mots en sa compagnie et l’insulte régulièrement, dans le but de le forcer à réagir.

N’étant pas très à l’aise en public, elle le laisse s’occuper des grands discours et de convaincre les gens, ses rares tentatives ayant en général mal tourné.

Hallinskidi :

Le Pharamp se comporte très différemment en public et en privé. S’il a tendance à être renfermé, ronchon et grognon en privé, il change du tout au tout lorsqu'il doit s’exprimer devant un auditoire où il laisse parler une aisance naturelle et un charisme surprenant. Si son expérience négative n’a concerné qu’un seul humain, elle a été assez intense pour le dégoûter totalement de cette espèce. Il ne doute pas que certains dresseurs sont bons, mais ce n’est pas la vie qu’il désire. Son unique objectif est d’offrir un choix aux Pokémons : qu’ils restent avec les humains, ou qu’ils partent, mais qu’aucun ne soit retenu contre son gré, comme il l’a été.

Il est tenace et n’aime pas abandonner. La seule exception est pour Thorben le Lunaire qu’il a assassiné. Il s’en veut à mort pour ce crime qu’il ne voulait pas commettre - et qu’il n’a pas commis - et aurait été prêt à se laisser tuer pour réparer ce tord.

C’est un meneur-né : il a le charisme et la volonté de faire bouger les gens.

Apparence physique :

La gemme frontale de Hallinskidi est sa Pharampite.
Hel possède une gemme Sésame à sa ceinture, permettant de déclencher la Méga-évolution de son partenaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ang & Palut
Dancing Mad
avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 08/08/2014
Age : 21
Localisation : Dans un vase sur un tapis

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Hel & Hallinskidi savent se faire attendre !   Lun 20 Oct - 19:30

Et à la surprise générale, je valide !

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Hel & Hallinskidi savent se faire attendre !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Y'en a qui ne savent pas quoi faire...
» Coupe file... Astuces pour ne pas attendre pour voir un personnage
» La vraie liberté ne consiste pas à faire ce qu'on veut...
» comment faire du glacage avec du sirop
» Faire du vintage avec Photoshop

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Aube Saison 2 : Version Zénith :: Avant Propos :: Fiches Persos et Carnets de routes :: Fiches Persos-
Sauter vers: