Bienvenue sur la suite du forum à succès Pokémon Aube, Invité. Après l'incroyable assaut de la Team Zodiac, où en sont les choses sur l'île de Maïlys?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-

Aller en bas 
AuteurMessage
Ephira Kelly
La Fleur du Mal / Chef de la Boréale
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 20/02/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Ven 20 Fév - 14:22


C’était la pleine journée, pas un seul nuage n’était en vue et la forêt semblait plus calme que jamais enfin, ce n’était pas le cas de toute la forêt bien au contraire mais cette zone était une exception au tumulte ambiant que créaient les divers pokémons sauvages ou non pour une simple et bonne raison. Elle délimitait la frontière du territoire de Deoxys, aucun pokémon non autorisé n’aurait pu pénétrer cette ligne invisible et aucun humain n’aurait pu la franchir et faire demi-tour pour s’en vanter. Puis, on pu commencer à entendre un bruit de pas contre le tapis de plantes qui recouvrait le sol, cadencé et chronique avançant à une allure lente mais stable. Une petite silhouette avançait vers l’endroit où les gardes de l’armée du grand virus faisaient leurs ronde, accompagnée de trois pokémons à ses cotés. C’était une jeune femme à l’air doux et épanouie, sûre de ce qu’elle faisait se dirigeant vers ce lieu de mort comme si elle visitait un sanctuaire, abritée des rayons perçant du soleil par une fine ombrelle rosée. Une rosélia lui ouvrait la route alors qu’à sa droite lévitait une Momartik au bandeau rose et à sa gauche, une gardevoir un peu plus grande qu’elle tentait de la raisonner.

*Ephira c’est de la folie. Je sais que tu agis pour notre bien à toutes, mais pense un peu à ce qui pourrait t’arriver là bas.*

Toujours sans cesser de marcher, la jeune femme déporta un peu sa protection contre le soleil pour pouvoir sourire à sa partenaire, l’air décontractée au possible.

- Ne t’en fais pas pour moi Daisy. S’il juge comme nous que nos actions sont justes il me laissera la vie sauve. Dans le cas contraire, c’est que le monde qu’il prévoit ne nécessitera pas du soutient que je peux lui apporter.

La momartik tourna son regard inquiet et timide vers la jeune femme, apeurée par ses dernières paroles. Elle ne pouvait pas envisager de continuer sans elle, elle lui devait tout et elle aurait été perdu sans personne pour la guider, mais elle n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche que la demoiselle se chargeait de la calmer.

- S’il m’arrivait quelque chose, vous serez en charge de veiller les unes sur les autres et de perpétuer la tâche que nous avons voulu mener à bien. Rejoignez l’armée libératrice si vous en ressentez le besoin mais surtout, restez ensembles.

La créature spectrale hocha la tête sans quitter son air dépité à l’idée que sa guide puisse disparaitre d’un moment à l’autre sans qu’elle ne puisse rien y faire. Elles avaient traversées tant de choses ensembles toutes les sept qu’elle ne pouvait se résoudre à imaginer le futur sans la jeune femme qui l’avait libérée de son ancienne propriétaire. Tenue dans une petite pochette de tulle accrochée à la boucle de l’ombrelle se trouvaient les pokéballs des équipières de la jeune rousse et malgré son aversion pour ce moyen de transport, elle s’était résolue à les enfermer pendant un court moment de manière à ne pas être trop repérable en arrivant là bas. La discrétion devait être absolue et personne ne devait savoir ce qu’elle s’apprêtait à faire. C’était chose simple en même temps, elle n’avait tissé aucun lien, aucune relation avec rien ni personne sur cette île si bien que personne ne pourrait savoir quels desseins elle avait en tête. En précaution supplémentaire avait ordonné à Léna, sa soeur jumelle, de se déplacer en ville toute la journée en ne se cachant surtout pas et en ne parlant à personne. La soeur, soumise et facilement manipulable par Ephira avait accepté et offrirait un alibi de choix à la jeune femme si elle rencontrait le moindre problème.

Plus elle approchait de sa destination finale, plus elle semblait sereine et plus son visage semblait s’éclairer. Le seigneur des lieux pourrait lui offrir tant s’il entendait sa requête, elle deviendrait puissante, unique crainte et respectée et représenterait un idéal que de nombreux fidèles rêveraient d’atteindre en vain. Elle souhaitait plus que tout la libération des pokémons du joug des dresseurs et autres esclavagistes qu’elle avait eu l’occasion de rencontrer et s’était montrée très stricte face à cela. Seule la mort semblait être une punition assez juste face à de tels traitements et c’est pourquoi elle avait joué les veuves noires malgré ses 23 ans, trouvant un homme pour le charmer avant de le tuer pour libérer ses pokémons,  dans sa région natale avant d’entendre parler de l’acte du grand Deoxys lors du tournois.

Ce qu’il avait fait était choquant, brillant et surtout organisé d’une main de maitre. Il avait tant de fidèles devant lui qu’il ne pouvait pas être atteint et qu’il en sortait en plus de ça grandi par une attention générale. Elle s’était rendu alors compte qu’agir comme elle  l’avait fait, de manière discrète et dispersée dans toute la région ne pouvait la mener nulle part à long terme, alors qu’en oeuvrant de la sorte, en dirigeant de nombreux minions avides d’ordres et admiratifs de leurs chef n’importe quelle entreprise pouvait évoluer de manière florissante. Elle aurait pu se lancer à la recherche de fidèles, créant une secte rapidement grâce à ses talents de manipulatrice mais elle ne voulait pas bâcler les choses et voulait que personne ne puisse remettre en cause son autorité. Ce dont elle avait besoin, c’était d’un appui d’une confirmation que son soutient serait le bienvenu et ainsi elle pourrait mettre en branle toute une société, ouvrant la voie au grand Libérateur. On pouvait accuser un tel comportement de folie, mais au contraire les génies ne sont ils pas des fous qui s’ignorent après tout. Elle était prête, calme et confiante et s’arrêta alors que sa rosélia lui fit signe que le territoire avait été marqué par toute sorte de pokémons différents, signifiant que la zone du grand virus commençait à cet endroit précis. Elle remercia la plante avant de s’avancer devant elle, élevant la voix le plus fort que ses cordes vocales pouvaient lui permettre.


- Je me nomme Ephira et c’est en amie que je me présente au portes de ce territoire. Je souhaite m’entretenir avec le seigneur de ces lieux, le grand Deoxys et suis prête à coopérer de toutes les manières qui soient afin de le rencontrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deoxys
Acta est fabula


Messages : 66
Date d'inscription : 04/10/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Lun 23 Fév - 13:38

Rose:
 

Un rire.

C'était l'unique réponse auquel elle avait eu droit sur le coup. On la surveillait de loin, cherchant à voir si elle cachait des combattants surprises. Probablement dans des Pokéballs, pas vrai? Tant qu'elle ne faisait pas de mouvements pour les libérer, tout irait bien... enfin bien, mieux, disons. Après une petite minute, du mouvement secoua la végétation autour, des Pokémons de toutes sortes fixant la demoiselle sans ciller alors qu'ils s’avançaient vers elle. Un seul Pokémon s'approcha à quelques mètres, une Mistigrix au pelage immaculé. Vu la moue amusée et vaniteuse sur son visage, il y avait fort à parier que c'était elle qui avait rit au départ. Représentant le leader de ce petit groupe de surveillance, la chatte  passa une main dans son pelage d'un air détendu, soulevant légèrement ses oreilles. La femme était encerclée et le temps qu'elle sorte des Pokéballs, ils auraient tout le loisir de la déchiqueter. Rose ne sentait rien autour, ce qui confirmait que cette humaine était seule. La Mistigrix croyait sur le coup que c'était encore une tentative pour libérer des otages à l'aide de parlementaire, mais ce n'était pas le même mode de fonctionnement. Aucun des humains venant ici voulait voir Deoxys, la présence du légendaire était lourde et il se montrait sans pitié. Elle, par contre, semblait assez folle pour vouloir s'entretenir avec lui. Riant une nouvelle fois, Rose se mit à marcher en rond autour de l'humaine, jugeant son physique. Elle ressemblait un peu à son ancienne dresseuse, mais le Pokémon psy ne préféra pas s'éterniser là-dessus, consciente qu'elle se montrerait plus sévère juste à cause de cela. S'arrêtant devant elle, la Mistigrix prit la parole pour la première fois, sa voix mystérieuse résonnant dans le crâne de sa victime.

-' À partir de maintenant, vous vous appelez Tulipe. Je décide de ce que je fais de vous et votre survie est à mon bon vouloir. Vous n'irez pas voir Deoxys temps que nous ne saurons pas pourquoi vous êtes ici, alors soyez mignonne et retirer immédiatement vos Pokémons de vos Pokéballs. S'ils attaquent, nous serons sans pitié. '

Renommer les humains qui entraient sur le territoire était devenu la norme, bon nombre d'entre eux ignoraient les origines de leurs camarades et ceux-ci devaient vivre avec des prénoms toujours différents. C'était un moyen comme un autre de les faire sentir comme des moins que rien, Rose ignorant complètement le vrai nom de son interlocutrice. À partir de maintenant, elle s'appellerait Tulipe en leur présences et elle n'avait absolument rien à dire là-dessus. Et puis, c'était joli des tulipes, non? Les Pokémons autour resserraient les rangs, attendant de voir ce que la jeune femme allait libérer. Ce n'était pas la peine de mentir en disant qu'elle n'en avait pas, elle serait fouillée dans le cas contraire et probablement pas d'une manière qu'elle apprécierait. Se retrouver nue et seule dans la forêt, ca n'avait rien d'agréable pour les humains. Ces idiots préféraient se cacher sous des couches de tissus, mais vu leur fragilité, c'était presque normal. La Mistigrix reprit la parole, son esprit sondant les parcelles de l'humaine en même temps, cherchant à comprendre ses réactions.

-' Pourquoi est-ce que Deoxys voudrait d'un déchet comme vous? '

Les Pokémons autour grommelaient ou gloussaient, plutôt contents à l'idée que la leader pousse l'humaine dans ses retranchements. Plus l'entretien avancerait, plus elle se montrerait sans pitié. Elle voulait écraser Tulipe comme un citron et prendre toutes les informations qui en découleraient. Rose se disait que cela risquait d'être intéressant, se montrant plus curieuse que d'habitude. L'humaine avait-elle réellement un intérêt quelconque?

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ephira Kelly
La Fleur du Mal / Chef de la Boréale
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 20/02/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Lun 23 Fév - 20:12


Au moment où le rire sonore avait retenti, les trois pokémons s’étaient resserrées autour de la jeune femme alors que cette dernière ne bougea même pas d’un cil, attendant patiemment de voir ce qui allait se passer maintenant que le premier pas avait été fait. Elle se doutait bien que les négociations avec le légendaire ne seraient pas aisées et que ce dernier n’accepterait sans doute pas de prime abord de recevoir la visite d’une simple mortelle t’elle qu’elle était, mais elle gardait quand même foi en ses idéaux et ses projets et c’est ce qui l’avait conduit ici. Elle avait traversé tant de chose durant cette vie qui pouvait paraitre courte, et avait vu ce que d’autres n’oserait voir et ne regrettait rien en cela, tout ce qu’elle avait réalisé elle l’avait fait par choix et aujourd’hui ne faisait pas exception à la règle. Habituellement lorsqu’elle réalisait des actes tels que des libérations ou autres plans au dénouement incertain, Daisy tenait à visionner l’avenir de sa partenaire afin de s’assurer que rien ne lui arriverait de grave en cas de problème. Cette fois ci elle n’avait pas même osé le faire, elle ne voulait pas savoir ce qui pourrait advenir d’Ephira si les choses ne se passaient pas comme prévu et c’était pour cela qu’elle avait tenté maintes et maintes fois de la dissuader d’y aller. Elle n’y était bien entendu jamais parvenu, et en plus de ça, la jeune rousse lui avait dit que de visualiser son avenir ou non ne changerait en rien la finalité de cette rencontre, bien au contraire. En sachant qu’elle s’en serait sortie vivante, sa confiance en elle aurait pu devenir bien trop importante voir même potentiellement dangereuse alors qu’au contraire elle aurais pu faire demi tour au dernier moment en sachant que cela se passerait mal. Dans tous les cas selon elle fuir son destin le précipite, aussi elle n’aurait pas pu s’écarter de la vérité apparue à la psychiste un petit peu comme dans une tragédie grecque dont elle serait l’élément central.

Quelques instant plus tard, une mistigrix distinguée et moqueuse s’avança directement en face du petit groupe alors que d’autres pokémons de toutes sortes apparaissaient des arbres, des buissons et dévoilaient toutes sortes de camouflages élaborés. La jeune fille semblait admirative face à tant de stratagèmes mis en place et tenus de main de maitres prouvant une nouvelle fois que les oeuvres de pokémons surpassaient et surpasseraient toujours les rêves les plus fous que les hommes souhaitaient atteindre. Toujours était-il qu’elle observa silencieusement la chatte se rapprocher d’elle sûrement pour l’observer de plus près mais aussi pour se faire voir sans doute, comme pouvait en témoigner la manière dont sa patte avait vagabondé dans ce que l’anthropomorphisme pouvait forcer à qualifier de chevelure. D’ailleurs le sourire qu’affichait Ephira n’avait pas varié depuis que les gardes avaient commencés à apparaitre de tous les cotés, d’autant plus qu’elle était soulagée de constater que celle qui serait en charge de son interrogatoire serait une femelle et non un mâle. Elle aurait eu plus de mal à converser avec un représentant de l’autre sexe, d’une part à cause d’un féminisme accru et d’autre part parce qu’elle considérait que les femelles étaient des êtres toujours bien plus raffinées, subtiles et redoutables que leurs opposés. L’une dans l’autre, ces idées revenaient au même sans doute. Alors que la féline immaculée commençait à inspecter l’humaine en tournant autour d’elle t’elle une vaututrice qui aurait repéré une proie, la discrète momartik qui l’accompagnait porta un de ses voiles à sa bouche, tic d’inquiétude qu’elle avait développé il y a longtemps de cela un petit peu à la manière dont certaines personnes se rongent les ongles. Après avoir écouté les paroles télépathiques de la Mistigrix et sans savoir si ses compagnes les avaient elles mêmes entendues, elle posa gentiment une main sur le membre de la spectre des neiges tentant de la détendre un peu avant de répondre de sa voix douce.


Vous n’avez pas à craindre quoi que ce soit de moi ou de mes compagnes et vous me soulagez en me demandant de les libérer.

Smile:
 

Elle pencha un peu la tête agrandissant de quelques milimètres son sourire, et même si on aurait pu croire qu’il s’agissait là d’exagération venant de la part de quelqu’un qui avait l’ambition de rencontrer Deoxys en personne, la chatte découvrirait en lisant son esprit qu’il ne s’agissait nullement d’un jeu de sa part ou d’une toute autre manière de provoquer la chef de groupe. Bien au contraire à force de faire la comédie et de porter ce masque de mignonne petite fille, elle avait fini par agir naturellement de la sorte comme une actrice ne se dissociant plus de son personnage. La seule différence qui subsistait entre elle et une actrice déchue était sa capacité à passer d’une personnalité à l’autre en un claquement de doigt si le besoin s’en faisait sentir, mais en tout cas c’était le rôle de poupée exemplaire qui lui venait le plus spontanément depuis pas mal d’années maintenant.

Elle ne ressentait nullement l’envie de cacher l’existence de ses partenaires sinon, il aurait été idiot d’accrocher leur pokéball à la crosse de son ombrelle, ainsi visible de tous. Elle attrapa doucement la pochette qui ressemblait à celles dans lesquelles on conserve des dragées habituellement et agrandit une à une les trois sphères encore pleines pour libérer leurs occupantes. Apparurent aux cotés de la demoiselle tour à tour une Lockpin qui se contenta d’observer la troupe qui les entourait et envoyant des clins d’oeil aux quelques mâles qu’elle repérait, une Millobellus qui s’enroula immédiatement sur elle même afin de ne prendre le moins de place possible ainsi que pour finir une Magirêve qui commença déjà à frotter les extrémité de tissus qui lui servaient de membres antérieurs. Elles avaient des personnalités radicalement différentes mais étaient réellement indispensables à Ephira et ces dernières le lui rendaient bien. Elles les désigna dans l’ordre afin de les présenter car si les humains devaient être renommés, la jeune fille doutait fortement que le cas de figure soient identiques entre pokémons.


- Laissez moi vous présenter Vanity, Ruby et Morgane. Vous connaissez déjà l’identité de Daisy qui se trouve à mes cotés, d’Iris qui est cette timide momartik ainsi que celle de Dolores, la silencieuse rosélia. Je ne possède aucune autre compagne. Elle se tourna ensuite vers ses équipières pour les prévenir. Mesdemoiselles, tant que nous serons ici, je vous prierais de m’appeler par le nom que m’a donné la responsable devant vous c’est à dire “Tulipe”.

Elle n’était pas mécontente de ce nom de code qui lui avait été demandé de porter, au contraire elle devenait ainsi une délicate et fragile fleur s’en était presque poétique. Elle porta de nouveau son regard sur celle qui semblait être la leader de ce groupe de pokémon, toujours aussi sereine et détendue. Il aurait été idiot de paniquer, c’était inutile et elle aurait semblé suspecte aux yeux de tous alors qu’elle n’avait rien à cacher ni même à se reprocher face à eux. Après tout, c’était dans le même sens qu’eux qu’elle avait agit toutes ces années n’est ce pas, alors pourquoi serait-elle affolée à l’idée de le revendiquer face à des militants susceptibles de la comprendre. Elle ne releva pas le dénominatif dépréciatif qui venait de lui être associée par la chatte psychique et ne fit même pas attention aux réactions que cela avait suscité sur le reste de l’assemblée pour répondre sur le même ton, toujours égale à elle même.

- Parce que sa rébellion pousse les hommes aux portes de la guerre et, que serait une guerre sans traitre ni sabotage ?

Elle avait prononcé ces paroles en y pensant et en vivant pour chacun de ses mots. Oui elle était là sa finalité, apporter un soutien au légendaire libérateur en lui ouvrant la voie et en gangrénant de l’intérieur la société humaine. Ce qu’elle voulait c’était accélérer le processus, servir de catalyseur au grand virus en sorte et lui permettre d’avancer bien plus rapidement que ce qu’il ne le faisait aujourd’hui. Ses plans étaient les mêmes que ceux qu’elles appliquaient autrefois lorsqu’elle agissait seule mais là, en plus si elle trouvait un soutient de la part de Deoxys elle saurait trouver par la suite d’autres fidèles plus faibles et manipulables pour se salir les mains et appliquer ses ordres à la lettre. Son expression était restée inchangée mais son regard n’était plus le même, on pouvait ressentir en s’y plongeant que l’étincelle qui brillait au sein de l’âme de la jeune fille se transformait en flamme à la simple évocation de la domination totale de l’espèce des pokémons sur la race humaine. Elle ferma les yeux et hocha la tête avant de rajouter.

- Mon esprit est ouvert au votre, comme je l’ai déjà dit je suis là pour coopérer et répondre aux moindres questions que vous aurez à me poser.

Daisy sembla un instant inquiète à l’idée que les tréfonds de l’esprit de sa partenaire soient sondables par une pure inconnue qui se montrait qui plus est hostile et pourtant, elle reçu rapidement un signe de tête signifiant de la part de la jeune fille qu’elle savait ce qu’elle faisait. Pour le moment, tout se passait pour le mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deoxys
Acta est fabula


Messages : 66
Date d'inscription : 04/10/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Ven 27 Fév - 15:41

Cette femme ne se laissait pas démonter facilement. La Mistigrix passa une patte sur son visage, semblant réfléchir alors qu'elle suivait le fils des pensées de son interlocutrice. C'était compliqué d'épier les pensées des autres et elle laissait ses alliés Pokémons surveiller autour, triant les informations qu'elle recevait. Rose était devenue maître dans l'art de dénicher les détails importants et elle n'avait absolument aucun scrupule à fouiller dans les recoins intimes de ses victimes. Au contraire, tomber sur des éléments croustillants lui permettait de créer un sentiment de honte lorsque s'était exposé au grand jour. Écoutant les paroles de la nouvelle dénommée Tulipe, la Mistigrix fronça légèrement les sourcils. Rien n'indiquait dans son esprit qu'elle mentait à propos de ses Pokémons, ce qui pouvait être assez étonnant au premier abord. Rose décida de forcer un peu la main, s’enfonçant dans l'esprit de l'humaine en face. Le cerveau ne pouvait pas se mentir à lui-même et la chatte blanche était obligée d'accepter que Tulipe ne faisait pas d'histoire. Observant les Pokémons qu'elle avait libérée, la Mistigrix les survola rapidement, se fichant un peu de leurs pensées à elles. Elle regardait simplement l'avis de celles-ci à propos de leur dresseuse, n'y trouvant rien de mauvais sur le coup. Sifflant entre ses dents, Rose eut une sorte de sourire un peu forcé. Tulipe se prêtait bien au jeu imposé par son geôlier, demandant à ses alliées de l'appeler ainsi aussi. Les Pokémons du groupe se regardaient entre eux, ne sachant pas trop comment réagir. Mais la suite fut probablement ce qui créa le plus de déroute, dès l'instant ou Tulipe parla de traîtrise, les Pokémons se mirent à discuter entre eux. Rose haussa un sourcil, peu surprise de l'annonce. Elle avait fouillée l'esprit de la demoiselle avant, elle savait vers quoi le sujet allait se diriger. Cela ne changeait pas que c'était plutôt étrange, pourquoi une humaine désirerait accélérer le processus de son propre esclavage? Comme quoi le fait que les humains étaient vraiment aussi idiots que ce qu'ils croyaient était véridique. La Mistigrix leva les bras subitement, cherchant à faire taire les Pokémons qui l'entourait. Le silence revint lentement, un Granbull s'approchant de la chatte, l'air en colère.

-' Elle ment! '

-' Du calme. '

-' Ça ne se peut pas, Rose! Cette humaine est encore plus conne que les autres. '

-' Du calme, j'ai dit. Retourne à ta place. '

Faisant claquer son imposante mâchoire, le chien rose passa son regard sur Ephira, semblant vouloir lui écraser le cou entre ses dents. Il écouta néanmoins l'ordre de sa chef et retourna à sa place, les autres Pokémons gardant le silence pour éviter que Rose ne se fâche. Celle-ci reprit son air pensif, ignorant les paroles de son interlocutrice. Elle ne trouvait pas de traces de mensonges, mais c'était presque trop beau pour être vrai. Quelque chose ne fonctionnait pas, la Mistigrix savait que son pouvoir avait quand même une limite. Que Tulipe le veuille ou non, elle allait devoir passer devant Deoxys, tout les humains entrant dans le camps le faisait. Alors même si Rose passait tout son temps à l'interroger, l'humaine finirait par avoir ce qu'elle voulait de toute façon. Néanmoins son avis sur le bipède comptait pour le virus, il la recevrait différemment si elle lui disait que cela en valait la peine. Troublée par ce qu'elle voyait dans l'esprit d'Ephira, Rose décida de rallonger un peu son interrogatoire, elle déciderait ensuite de l’accueil auquel elle aurait le droit. Il ne fallait pas croire que Deoxys allait la recevoir avec du champagne, mais il éviterait peut-être de la torturer si elle se montrait intéressante. Il serait dommage de gaspiller un si beau visage, pas vrai?

-' Donc si je comprends bien, vous désirez vous retrouvez avec des menottes plus rapidement? N'est-ce pas un peu... comment vous dites... sadomasochiste? '

Les Pokémons chuchotaient entre eux, fixant l'humaine. La Mistigrix voulait cerner un minimum Tulipe, la trouvant au final fascinante. Les autres ne pouvaient pas comprendre, ils n'avaient pas vu l'intérieur de sa tête. Le Pokémon psy reprit rapidement la parole, poussant la patience pour voir si celle-ci finirait par se fâcher ou si elle était complètement soumise à son idéal.

-' Et vous pensez être capable de jouer dans la cour des grands toute seule? C'est une guerre ici, pas un concours mode. Nous n'avons pas besoin de boulets en plus, encore moins humain. '

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ephira Kelly
La Fleur du Mal / Chef de la Boréale
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 20/02/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Dim 1 Mar - 18:03


La simple question d’Ephira avait eu l’effet d’une bombe sur l’assemblée de gardes présente autour d’elle et si on se plaçait selon leur point de vue, il y avait de quoi se poser des questions. Le grand paradoxe du menteur pouvait être étendu et déformé pour parfaitement coller à cette situation, que fallait-il croire ? Après tout si elle avouait, et affirmait surtout, être une traitresse, comment savoir quel camp elle souhaitait vraiment poignarder dans le dos et comment savoir si elle n’était pas capable de le faire deux fois ? Au sein de l’esprit de n’importe qui cette question aurait pu devenir un véritable problème et jamais on aurait pu savoir qui aurait eu raison ou non d’offrir sa confiance à une telle personne, mais elle n’était pas en face de n’importe qui. Cette petite féline qui lui faisait face avait la fabuleuse aptitude de lire ses pensées et d’y découvrir ses buts et convictions ainsi, elle savait sans doute déjà que sa loyauté revenait déjà à Deoxys alors même qu’elle ne l’avait jamais rencontré.

Le jour où elle l’avait vu passer sur un ridicule écran de télévision, elle avait vu un visionnaire qui avait été en mesure de prendre en main le destin de l’humanité et de tous les pokémons pour pouvoir les placer au sommet de la chaine de la puissance qui régissait cet univers depuis des milliers d’années. Après tout, il n’était pas difficile de remarquer que l’homme était totalement dépourvu de tout instinct et de toute aptitude et s’il n’avait pas su maitriser le feu, jamais une telle espèce n’aurait eu une chance de survivre et de perdurer. Selon les légendes, un titan aurait offert ce savoir aux hommes après que son frère eu oublié de les doter d’un talent spécifique mais finalement, pourquoi l’avait t’il fait ? Par simple faiblesse, par pure pitié pour un animal trop sous développé pour survivre. L’histoire était belle mais qu’en était-il de la réalité dès à présent ? La jeune fille ne rêvait que d’une chose, réécrire l’histoire et replacer l’homme à la place qu’il a toujours mérité.

Elle observa silencieusement l’échange entre le bulldog géant et la chatte bipédique, sachant dès le départ que rien ne pouvait lui arriver tant que la chef du groupe n’en donnait pas l’ordre, mais gardant simplement à l’esprit le nom de la responsable. Ca pourrait peut être lui être potentiellement utile à un moment ou à un autre et si la mistigrix avait fait attention à tourner ses phrases de manière à ne pas relever d’informations la concernant, le chien venait de réduire ses efforts à néant. C’était devenu une sorte de réflexe chez la jeune fille, d’écouter et d’emmagasiner le plus d’informations possibles de manière absolument aléatoire au moment où ces dernières se présentaient afin de pouvoir les réutiliser par la suite. En même temps, elle était si mignonne et si douce, le granbull l’avait dit lui même elle avait l’air “plus conne que les autres” aussi qui se serait méfié des informations révélées à une personne pareille. Oui c’était là une de ses méthodes d’espionnage favorite, attendant simplement l’erreur de la part de son interlocuteur et agissant comme si elle n’avait rien remarqué. Ici, elle se contenta simplement de poser ses yeux sur le chien alors que ses puissantes mâchoires claquaient, non sans conserver son immuable sourire. A coté de cela, la lockpin et la gardevoir ne quittaient plus des yeux les massives dents qui claquait et leur propriétaire, attendant qu’il se soit remis en place pour se détendre à leurs tours.

La jeune fille avait toujours voué une confiance des plus totale à ses équipières que se soit dans leurs actions ou dans la protections qu’elles lui avaient offert pendant toutes ses années mais elle avait eu énormément de mal à leur faire accepter le fait qu’elles ne devaient en aucun cas la protéger aujourd’hui, peu importe ce qui pouvait arriver. Elles se contentaient donc d’observer, espérant silencieusement que tout se passerait bien tout en agissant le plus naturellement du monde. Plusieurs fois elles avaient eu envie de s’interposer Daisy en particulier, surtout lorsqu’elles avaient entendues les insultes à l’égard de leur partenaire mais elle avait serré les mâchoires et attendu que cela passe. En entendant la question de la pokémon psy, la gardevoir avait une nouvelle fois lancé un regard mauvais à la féline, parce qu’elle ne comprenait toujours pas la jeune femme malgré le fait qu’elle se soit initié au sein de son esprit et tentait de nouveau de la tourner en ridicule… Elle ne comprenait pas comment faisait la rousse pour conserver son air doux et son calme le plus serein, à croire que tout ceci glissait à la surface de son ombrelle comme de simples gouttes d’eau. Le regard d’Ephira se reposa sur Rose, sa voix adoptant un ton légèrement plus sérieux comme lorsqu’elle avait annoncé la raison de sa présence, sans pour autant varier l’expression de son visage.


- Ce n’est pas mon sort qui importe, ni même celui de quelques humains ou pokémons. Je ne serais moi même qu’un simple rouage, une insignifiante petite pièce d’un puzzle gigantesque. Retirez cette pièce et le tableau ne sera jamais complet, prenez la individuellement elle ne ressemblera à rien, mais une fois liée et placée là où elle doit être, plus rien ne la dissocie de l’image finale.

La momartik ne pouvait détacher son regard de la jeune femme pendant qu’elle parlait, buvant littéralement ses paroles. Elle se demandais souvent si elle avait besoin de réfléchir avant de parler de manière si claire, fluide et sensée ou si elle arrivait simplement à parler ainsi naturellement. Selon Daisy, elle n’avais pas besoin de préparation et les phrases lui venaient aussi naturellement que possible. On ne se doutait pas que ce mignon petit visage et cet air adorable cachait aussi une puissante force d’esprit de raisonnement qui sortait facilement du commun. La question suivante fit se croiser tous les regards des équipières de la jeune femme, à croire qu’elles attendaient presque qu’une question de ce genre soit posée à la demoiselle. Cette dernière semblait elle même amusée par une telle remarque et tout en laissant s’échapper un petit rire cristallin, elle répondit d’un air innocent.

- Personne ne s’est jamais plaint de mon travail.

Des ricanements quelque peu étouffés émanèrent des six partenaires de la jeune rousse, ne pouvant se retenir face à une telle réponse de sa part. Elles six connaissait très bien la raison de l’absence de critique concernant ce qu’Ephira considérait comme son “travail”, tout simplement parce que les personnes ayant pu profiter de ses services n’étaient plus de ce monde pour en discuter. Elle laissa planer le doute un instant au près des gardes, visionnant mentalement les images des crimes les plus importants qu’elle avait dû perpétrer. Il s’agissait bien évidement pour elle, des libérations de ses coéquipières qui avant de devenir ses partenaires, faisaient partie d’équipe de différents dresseurs qui les brimaient toutes de manières différentes. La seule exception à cette règle était Daisy qui avait rejoint Ephira de manière plus personnelle, mais c’était une autre histoire qui ne concernait qu’elle, la momartik et la gardevoir. Elle espérait qu’ainsi, Rose pourrait visionner en même temps qu’elle ses souvenirs et voir l’étendue de ses capacités rien qu’en travaillant seule. Après elle avait certes libéré d’autres pokémons mais aucun n’était resté avec elle, c’est pourquoi elle choisit de se concentrer principalement sur ses crimes les plus probants. Elle avait toujours oeuvré avec efficacité et discrétion pour le moment, si bien qu’aucune autorité n’avait réussi à établir un lien entre elle et un des crimes pour le moment. Elle repris néanmoins la parole après cette longue pause pour en expliquer un peu plus aux non télépathes.

- Je comprend tout à fait vos appréhensions quand à accepter le soutient de l’humaine que je suis, mais pensez simplement une minute. Si au lieu de risquer de perdre d’importants éléments tels que les vôtres en les envoyants au front, vous perciez une première brèche en utilisant des hommes ? Je ne parle pas de vos prisonniers qu’il serait trop dangereux de libérer mais plutôt de personnes qui seraient volontaires, qui travailleraient en tout anonymat pour votre cause, sous une même bannière.

La jeune fille espérait attiser la réflexion et la curiosité de l’assemblé de pokémon ici présente avec ce nouveau discours. Elle ne plaisantait en rien en parlant ainsi, agir de la sorte leur permettrait de baisser les risques de captures ou de pertes importantes en cas d’assaut ou d’attaques et cela leur permettrait surtout d’éviter de s’impliquer ouvertement par la suite. Si l’attention générale était tournée sur des individus dangereux faisant des ravages dans l’île au nom de Deoxys, leurs attaques s’en seraient que plus surprenantes et ainsi plus dévastatrices. Après il fallait quelqu'un pour guider ces gens et leur expliquer quoi faire mais elle voulait aborder ce genre de sujets qu’avec le maitre de ces lieux, pour le moment elle ne se contenta que de sourire une nouvelle fois en penchant la tête en rajoutant.

- Après, n’oublions pas que tout travail mérite salaire.

_________________





Thème principal
 

_________________





Thème principal