Bienvenue sur la suite du forum à succès Pokémon Aube, Invité. Après l'incroyable assaut de la Team Zodiac, où en sont les choses sur l'île de Maïlys?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ephira Kelly
La Fleur du Mal / Chef de la Boréale
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 20/02/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Ven 20 Fév - 14:22


C’était la pleine journée, pas un seul nuage n’était en vue et la forêt semblait plus calme que jamais enfin, ce n’était pas le cas de toute la forêt bien au contraire mais cette zone était une exception au tumulte ambiant que créaient les divers pokémons sauvages ou non pour une simple et bonne raison. Elle délimitait la frontière du territoire de Deoxys, aucun pokémon non autorisé n’aurait pu pénétrer cette ligne invisible et aucun humain n’aurait pu la franchir et faire demi-tour pour s’en vanter. Puis, on pu commencer à entendre un bruit de pas contre le tapis de plantes qui recouvrait le sol, cadencé et chronique avançant à une allure lente mais stable. Une petite silhouette avançait vers l’endroit où les gardes de l’armée du grand virus faisaient leurs ronde, accompagnée de trois pokémons à ses cotés. C’était une jeune femme à l’air doux et épanouie, sûre de ce qu’elle faisait se dirigeant vers ce lieu de mort comme si elle visitait un sanctuaire, abritée des rayons perçant du soleil par une fine ombrelle rosée. Une rosélia lui ouvrait la route alors qu’à sa droite lévitait une Momartik au bandeau rose et à sa gauche, une gardevoir un peu plus grande qu’elle tentait de la raisonner.

*Ephira c’est de la folie. Je sais que tu agis pour notre bien à toutes, mais pense un peu à ce qui pourrait t’arriver là bas.*

Toujours sans cesser de marcher, la jeune femme déporta un peu sa protection contre le soleil pour pouvoir sourire à sa partenaire, l’air décontractée au possible.

- Ne t’en fais pas pour moi Daisy. S’il juge comme nous que nos actions sont justes il me laissera la vie sauve. Dans le cas contraire, c’est que le monde qu’il prévoit ne nécessitera pas du soutient que je peux lui apporter.

La momartik tourna son regard inquiet et timide vers la jeune femme, apeurée par ses dernières paroles. Elle ne pouvait pas envisager de continuer sans elle, elle lui devait tout et elle aurait été perdu sans personne pour la guider, mais elle n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche que la demoiselle se chargeait de la calmer.

- S’il m’arrivait quelque chose, vous serez en charge de veiller les unes sur les autres et de perpétuer la tâche que nous avons voulu mener à bien. Rejoignez l’armée libératrice si vous en ressentez le besoin mais surtout, restez ensembles.

La créature spectrale hocha la tête sans quitter son air dépité à l’idée que sa guide puisse disparaitre d’un moment à l’autre sans qu’elle ne puisse rien y faire. Elles avaient traversées tant de choses ensembles toutes les sept qu’elle ne pouvait se résoudre à imaginer le futur sans la jeune femme qui l’avait libérée de son ancienne propriétaire. Tenue dans une petite pochette de tulle accrochée à la boucle de l’ombrelle se trouvaient les pokéballs des équipières de la jeune rousse et malgré son aversion pour ce moyen de transport, elle s’était résolue à les enfermer pendant un court moment de manière à ne pas être trop repérable en arrivant là bas. La discrétion devait être absolue et personne ne devait savoir ce qu’elle s’apprêtait à faire. C’était chose simple en même temps, elle n’avait tissé aucun lien, aucune relation avec rien ni personne sur cette île si bien que personne ne pourrait savoir quels desseins elle avait en tête. En précaution supplémentaire avait ordonné à Léna, sa soeur jumelle, de se déplacer en ville toute la journée en ne se cachant surtout pas et en ne parlant à personne. La soeur, soumise et facilement manipulable par Ephira avait accepté et offrirait un alibi de choix à la jeune femme si elle rencontrait le moindre problème.

Plus elle approchait de sa destination finale, plus elle semblait sereine et plus son visage semblait s’éclairer. Le seigneur des lieux pourrait lui offrir tant s’il entendait sa requête, elle deviendrait puissante, unique crainte et respectée et représenterait un idéal que de nombreux fidèles rêveraient d’atteindre en vain. Elle souhaitait plus que tout la libération des pokémons du joug des dresseurs et autres esclavagistes qu’elle avait eu l’occasion de rencontrer et s’était montrée très stricte face à cela. Seule la mort semblait être une punition assez juste face à de tels traitements et c’est pourquoi elle avait joué les veuves noires malgré ses 23 ans, trouvant un homme pour le charmer avant de le tuer pour libérer ses pokémons,  dans sa région natale avant d’entendre parler de l’acte du grand Deoxys lors du tournois.

Ce qu’il avait fait était choquant, brillant et surtout organisé d’une main de maitre. Il avait tant de fidèles devant lui qu’il ne pouvait pas être atteint et qu’il en sortait en plus de ça grandi par une attention générale. Elle s’était rendu alors compte qu’agir comme elle  l’avait fait, de manière discrète et dispersée dans toute la région ne pouvait la mener nulle part à long terme, alors qu’en oeuvrant de la sorte, en dirigeant de nombreux minions avides d’ordres et admiratifs de leurs chef n’importe quelle entreprise pouvait évoluer de manière florissante. Elle aurait pu se lancer à la recherche de fidèles, créant une secte rapidement grâce à ses talents de manipulatrice mais elle ne voulait pas bâcler les choses et voulait que personne ne puisse remettre en cause son autorité. Ce dont elle avait besoin, c’était d’un appui d’une confirmation que son soutient serait le bienvenu et ainsi elle pourrait mettre en branle toute une société, ouvrant la voie au grand Libérateur. On pouvait accuser un tel comportement de folie, mais au contraire les génies ne sont ils pas des fous qui s’ignorent après tout. Elle était prête, calme et confiante et s’arrêta alors que sa rosélia lui fit signe que le territoire avait été marqué par toute sorte de pokémons différents, signifiant que la zone du grand virus commençait à cet endroit précis. Elle remercia la plante avant de s’avancer devant elle, élevant la voix le plus fort que ses cordes vocales pouvaient lui permettre.


- Je me nomme Ephira et c’est en amie que je me présente au portes de ce territoire. Je souhaite m’entretenir avec le seigneur de ces lieux, le grand Deoxys et suis prête à coopérer de toutes les manières qui soient afin de le rencontrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deoxys
Acta est fabula


Messages : 66
Date d'inscription : 04/10/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Lun 23 Fév - 13:38

Rose:
 

Un rire.

C'était l'unique réponse auquel elle avait eu droit sur le coup. On la surveillait de loin, cherchant à voir si elle cachait des combattants surprises. Probablement dans des Pokéballs, pas vrai? Tant qu'elle ne faisait pas de mouvements pour les libérer, tout irait bien... enfin bien, mieux, disons. Après une petite minute, du mouvement secoua la végétation autour, des Pokémons de toutes sortes fixant la demoiselle sans ciller alors qu'ils s’avançaient vers elle. Un seul Pokémon s'approcha à quelques mètres, une Mistigrix au pelage immaculé. Vu la moue amusée et vaniteuse sur son visage, il y avait fort à parier que c'était elle qui avait rit au départ. Représentant le leader de ce petit groupe de surveillance, la chatte  passa une main dans son pelage d'un air détendu, soulevant légèrement ses oreilles. La femme était encerclée et le temps qu'elle sorte des Pokéballs, ils auraient tout le loisir de la déchiqueter. Rose ne sentait rien autour, ce qui confirmait que cette humaine était seule. La Mistigrix croyait sur le coup que c'était encore une tentative pour libérer des otages à l'aide de parlementaire, mais ce n'était pas le même mode de fonctionnement. Aucun des humains venant ici voulait voir Deoxys, la présence du légendaire était lourde et il se montrait sans pitié. Elle, par contre, semblait assez folle pour vouloir s'entretenir avec lui. Riant une nouvelle fois, Rose se mit à marcher en rond autour de l'humaine, jugeant son physique. Elle ressemblait un peu à son ancienne dresseuse, mais le Pokémon psy ne préféra pas s'éterniser là-dessus, consciente qu'elle se montrerait plus sévère juste à cause de cela. S'arrêtant devant elle, la Mistigrix prit la parole pour la première fois, sa voix mystérieuse résonnant dans le crâne de sa victime.

-' À partir de maintenant, vous vous appelez Tulipe. Je décide de ce que je fais de vous et votre survie est à mon bon vouloir. Vous n'irez pas voir Deoxys temps que nous ne saurons pas pourquoi vous êtes ici, alors soyez mignonne et retirer immédiatement vos Pokémons de vos Pokéballs. S'ils attaquent, nous serons sans pitié. '

Renommer les humains qui entraient sur le territoire était devenu la norme, bon nombre d'entre eux ignoraient les origines de leurs camarades et ceux-ci devaient vivre avec des prénoms toujours différents. C'était un moyen comme un autre de les faire sentir comme des moins que rien, Rose ignorant complètement le vrai nom de son interlocutrice. À partir de maintenant, elle s'appellerait Tulipe en leur présences et elle n'avait absolument rien à dire là-dessus. Et puis, c'était joli des tulipes, non? Les Pokémons autour resserraient les rangs, attendant de voir ce que la jeune femme allait libérer. Ce n'était pas la peine de mentir en disant qu'elle n'en avait pas, elle serait fouillée dans le cas contraire et probablement pas d'une manière qu'elle apprécierait. Se retrouver nue et seule dans la forêt, ca n'avait rien d'agréable pour les humains. Ces idiots préféraient se cacher sous des couches de tissus, mais vu leur fragilité, c'était presque normal. La Mistigrix reprit la parole, son esprit sondant les parcelles de l'humaine en même temps, cherchant à comprendre ses réactions.

-' Pourquoi est-ce que Deoxys voudrait d'un déchet comme vous? '

Les Pokémons autour grommelaient ou gloussaient, plutôt contents à l'idée que la leader pousse l'humaine dans ses retranchements. Plus l'entretien avancerait, plus elle se montrerait sans pitié. Elle voulait écraser Tulipe comme un citron et prendre toutes les informations qui en découleraient. Rose se disait que cela risquait d'être intéressant, se montrant plus curieuse que d'habitude. L'humaine avait-elle réellement un intérêt quelconque?

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ephira Kelly
La Fleur du Mal / Chef de la Boréale
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 20/02/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Lun 23 Fév - 20:12


Au moment où le rire sonore avait retenti, les trois pokémons s’étaient resserrées autour de la jeune femme alors que cette dernière ne bougea même pas d’un cil, attendant patiemment de voir ce qui allait se passer maintenant que le premier pas avait été fait. Elle se doutait bien que les négociations avec le légendaire ne seraient pas aisées et que ce dernier n’accepterait sans doute pas de prime abord de recevoir la visite d’une simple mortelle t’elle qu’elle était, mais elle gardait quand même foi en ses idéaux et ses projets et c’est ce qui l’avait conduit ici. Elle avait traversé tant de chose durant cette vie qui pouvait paraitre courte, et avait vu ce que d’autres n’oserait voir et ne regrettait rien en cela, tout ce qu’elle avait réalisé elle l’avait fait par choix et aujourd’hui ne faisait pas exception à la règle. Habituellement lorsqu’elle réalisait des actes tels que des libérations ou autres plans au dénouement incertain, Daisy tenait à visionner l’avenir de sa partenaire afin de s’assurer que rien ne lui arriverait de grave en cas de problème. Cette fois ci elle n’avait pas même osé le faire, elle ne voulait pas savoir ce qui pourrait advenir d’Ephira si les choses ne se passaient pas comme prévu et c’était pour cela qu’elle avait tenté maintes et maintes fois de la dissuader d’y aller. Elle n’y était bien entendu jamais parvenu, et en plus de ça, la jeune rousse lui avait dit que de visualiser son avenir ou non ne changerait en rien la finalité de cette rencontre, bien au contraire. En sachant qu’elle s’en serait sortie vivante, sa confiance en elle aurait pu devenir bien trop importante voir même potentiellement dangereuse alors qu’au contraire elle aurais pu faire demi tour au dernier moment en sachant que cela se passerait mal. Dans tous les cas selon elle fuir son destin le précipite, aussi elle n’aurait pas pu s’écarter de la vérité apparue à la psychiste un petit peu comme dans une tragédie grecque dont elle serait l’élément central.

Quelques instant plus tard, une mistigrix distinguée et moqueuse s’avança directement en face du petit groupe alors que d’autres pokémons de toutes sortes apparaissaient des arbres, des buissons et dévoilaient toutes sortes de camouflages élaborés. La jeune fille semblait admirative face à tant de stratagèmes mis en place et tenus de main de maitres prouvant une nouvelle fois que les oeuvres de pokémons surpassaient et surpasseraient toujours les rêves les plus fous que les hommes souhaitaient atteindre. Toujours était-il qu’elle observa silencieusement la chatte se rapprocher d’elle sûrement pour l’observer de plus près mais aussi pour se faire voir sans doute, comme pouvait en témoigner la manière dont sa patte avait vagabondé dans ce que l’anthropomorphisme pouvait forcer à qualifier de chevelure. D’ailleurs le sourire qu’affichait Ephira n’avait pas varié depuis que les gardes avaient commencés à apparaitre de tous les cotés, d’autant plus qu’elle était soulagée de constater que celle qui serait en charge de son interrogatoire serait une femelle et non un mâle. Elle aurait eu plus de mal à converser avec un représentant de l’autre sexe, d’une part à cause d’un féminisme accru et d’autre part parce qu’elle considérait que les femelles étaient des êtres toujours bien plus raffinées, subtiles et redoutables que leurs opposés. L’une dans l’autre, ces idées revenaient au même sans doute. Alors que la féline immaculée commençait à inspecter l’humaine en tournant autour d’elle t’elle une vaututrice qui aurait repéré une proie, la discrète momartik qui l’accompagnait porta un de ses voiles à sa bouche, tic d’inquiétude qu’elle avait développé il y a longtemps de cela un petit peu à la manière dont certaines personnes se rongent les ongles. Après avoir écouté les paroles télépathiques de la Mistigrix et sans savoir si ses compagnes les avaient elles mêmes entendues, elle posa gentiment une main sur le membre de la spectre des neiges tentant de la détendre un peu avant de répondre de sa voix douce.


Vous n’avez pas à craindre quoi que ce soit de moi ou de mes compagnes et vous me soulagez en me demandant de les libérer.

Smile:
 

Elle pencha un peu la tête agrandissant de quelques milimètres son sourire, et même si on aurait pu croire qu’il s’agissait là d’exagération venant de la part de quelqu’un qui avait l’ambition de rencontrer Deoxys en personne, la chatte découvrirait en lisant son esprit qu’il ne s’agissait nullement d’un jeu de sa part ou d’une toute autre manière de provoquer la chef de groupe. Bien au contraire à force de faire la comédie et de porter ce masque de mignonne petite fille, elle avait fini par agir naturellement de la sorte comme une actrice ne se dissociant plus de son personnage. La seule différence qui subsistait entre elle et une actrice déchue était sa capacité à passer d’une personnalité à l’autre en un claquement de doigt si le besoin s’en faisait sentir, mais en tout cas c’était le rôle de poupée exemplaire qui lui venait le plus spontanément depuis pas mal d’années maintenant.

Elle ne ressentait nullement l’envie de cacher l’existence de ses partenaires sinon, il aurait été idiot d’accrocher leur pokéball à la crosse de son ombrelle, ainsi visible de tous. Elle attrapa doucement la pochette qui ressemblait à celles dans lesquelles on conserve des dragées habituellement et agrandit une à une les trois sphères encore pleines pour libérer leurs occupantes. Apparurent aux cotés de la demoiselle tour à tour une Lockpin qui se contenta d’observer la troupe qui les entourait et envoyant des clins d’oeil aux quelques mâles qu’elle repérait, une Millobellus qui s’enroula immédiatement sur elle même afin de ne prendre le moins de place possible ainsi que pour finir une Magirêve qui commença déjà à frotter les extrémité de tissus qui lui servaient de membres antérieurs. Elles avaient des personnalités radicalement différentes mais étaient réellement indispensables à Ephira et ces dernières le lui rendaient bien. Elles les désigna dans l’ordre afin de les présenter car si les humains devaient être renommés, la jeune fille doutait fortement que le cas de figure soient identiques entre pokémons.


- Laissez moi vous présenter Vanity, Ruby et Morgane. Vous connaissez déjà l’identité de Daisy qui se trouve à mes cotés, d’Iris qui est cette timide momartik ainsi que celle de Dolores, la silencieuse rosélia. Je ne possède aucune autre compagne. Elle se tourna ensuite vers ses équipières pour les prévenir. Mesdemoiselles, tant que nous serons ici, je vous prierais de m’appeler par le nom que m’a donné la responsable devant vous c’est à dire “Tulipe”.

Elle n’était pas mécontente de ce nom de code qui lui avait été demandé de porter, au contraire elle devenait ainsi une délicate et fragile fleur s’en était presque poétique. Elle porta de nouveau son regard sur celle qui semblait être la leader de ce groupe de pokémon, toujours aussi sereine et détendue. Il aurait été idiot de paniquer, c’était inutile et elle aurait semblé suspecte aux yeux de tous alors qu’elle n’avait rien à cacher ni même à se reprocher face à eux. Après tout, c’était dans le même sens qu’eux qu’elle avait agit toutes ces années n’est ce pas, alors pourquoi serait-elle affolée à l’idée de le revendiquer face à des militants susceptibles de la comprendre. Elle ne releva pas le dénominatif dépréciatif qui venait de lui être associée par la chatte psychique et ne fit même pas attention aux réactions que cela avait suscité sur le reste de l’assemblée pour répondre sur le même ton, toujours égale à elle même.

- Parce que sa rébellion pousse les hommes aux portes de la guerre et, que serait une guerre sans traitre ni sabotage ?

Elle avait prononcé ces paroles en y pensant et en vivant pour chacun de ses mots. Oui elle était là sa finalité, apporter un soutien au légendaire libérateur en lui ouvrant la voie et en gangrénant de l’intérieur la société humaine. Ce qu’elle voulait c’était accélérer le processus, servir de catalyseur au grand virus en sorte et lui permettre d’avancer bien plus rapidement que ce qu’il ne le faisait aujourd’hui. Ses plans étaient les mêmes que ceux qu’elles appliquaient autrefois lorsqu’elle agissait seule mais là, en plus si elle trouvait un soutient de la part de Deoxys elle saurait trouver par la suite d’autres fidèles plus faibles et manipulables pour se salir les mains et appliquer ses ordres à la lettre. Son expression était restée inchangée mais son regard n’était plus le même, on pouvait ressentir en s’y plongeant que l’étincelle qui brillait au sein de l’âme de la jeune fille se transformait en flamme à la simple évocation de la domination totale de l’espèce des pokémons sur la race humaine. Elle ferma les yeux et hocha la tête avant de rajouter.

- Mon esprit est ouvert au votre, comme je l’ai déjà dit je suis là pour coopérer et répondre aux moindres questions que vous aurez à me poser.

Daisy sembla un instant inquiète à l’idée que les tréfonds de l’esprit de sa partenaire soient sondables par une pure inconnue qui se montrait qui plus est hostile et pourtant, elle reçu rapidement un signe de tête signifiant de la part de la jeune fille qu’elle savait ce qu’elle faisait. Pour le moment, tout se passait pour le mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deoxys
Acta est fabula


Messages : 66
Date d'inscription : 04/10/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Ven 27 Fév - 15:41

Cette femme ne se laissait pas démonter facilement. La Mistigrix passa une patte sur son visage, semblant réfléchir alors qu'elle suivait le fils des pensées de son interlocutrice. C'était compliqué d'épier les pensées des autres et elle laissait ses alliés Pokémons surveiller autour, triant les informations qu'elle recevait. Rose était devenue maître dans l'art de dénicher les détails importants et elle n'avait absolument aucun scrupule à fouiller dans les recoins intimes de ses victimes. Au contraire, tomber sur des éléments croustillants lui permettait de créer un sentiment de honte lorsque s'était exposé au grand jour. Écoutant les paroles de la nouvelle dénommée Tulipe, la Mistigrix fronça légèrement les sourcils. Rien n'indiquait dans son esprit qu'elle mentait à propos de ses Pokémons, ce qui pouvait être assez étonnant au premier abord. Rose décida de forcer un peu la main, s’enfonçant dans l'esprit de l'humaine en face. Le cerveau ne pouvait pas se mentir à lui-même et la chatte blanche était obligée d'accepter que Tulipe ne faisait pas d'histoire. Observant les Pokémons qu'elle avait libérée, la Mistigrix les survola rapidement, se fichant un peu de leurs pensées à elles. Elle regardait simplement l'avis de celles-ci à propos de leur dresseuse, n'y trouvant rien de mauvais sur le coup. Sifflant entre ses dents, Rose eut une sorte de sourire un peu forcé. Tulipe se prêtait bien au jeu imposé par son geôlier, demandant à ses alliées de l'appeler ainsi aussi. Les Pokémons du groupe se regardaient entre eux, ne sachant pas trop comment réagir. Mais la suite fut probablement ce qui créa le plus de déroute, dès l'instant ou Tulipe parla de traîtrise, les Pokémons se mirent à discuter entre eux. Rose haussa un sourcil, peu surprise de l'annonce. Elle avait fouillée l'esprit de la demoiselle avant, elle savait vers quoi le sujet allait se diriger. Cela ne changeait pas que c'était plutôt étrange, pourquoi une humaine désirerait accélérer le processus de son propre esclavage? Comme quoi le fait que les humains étaient vraiment aussi idiots que ce qu'ils croyaient était véridique. La Mistigrix leva les bras subitement, cherchant à faire taire les Pokémons qui l'entourait. Le silence revint lentement, un Granbull s'approchant de la chatte, l'air en colère.

-' Elle ment! '

-' Du calme. '

-' Ça ne se peut pas, Rose! Cette humaine est encore plus conne que les autres. '

-' Du calme, j'ai dit. Retourne à ta place. '

Faisant claquer son imposante mâchoire, le chien rose passa son regard sur Ephira, semblant vouloir lui écraser le cou entre ses dents. Il écouta néanmoins l'ordre de sa chef et retourna à sa place, les autres Pokémons gardant le silence pour éviter que Rose ne se fâche. Celle-ci reprit son air pensif, ignorant les paroles de son interlocutrice. Elle ne trouvait pas de traces de mensonges, mais c'était presque trop beau pour être vrai. Quelque chose ne fonctionnait pas, la Mistigrix savait que son pouvoir avait quand même une limite. Que Tulipe le veuille ou non, elle allait devoir passer devant Deoxys, tout les humains entrant dans le camps le faisait. Alors même si Rose passait tout son temps à l'interroger, l'humaine finirait par avoir ce qu'elle voulait de toute façon. Néanmoins son avis sur le bipède comptait pour le virus, il la recevrait différemment si elle lui disait que cela en valait la peine. Troublée par ce qu'elle voyait dans l'esprit d'Ephira, Rose décida de rallonger un peu son interrogatoire, elle déciderait ensuite de l’accueil auquel elle aurait le droit. Il ne fallait pas croire que Deoxys allait la recevoir avec du champagne, mais il éviterait peut-être de la torturer si elle se montrait intéressante. Il serait dommage de gaspiller un si beau visage, pas vrai?

-' Donc si je comprends bien, vous désirez vous retrouvez avec des menottes plus rapidement? N'est-ce pas un peu... comment vous dites... sadomasochiste? '

Les Pokémons chuchotaient entre eux, fixant l'humaine. La Mistigrix voulait cerner un minimum Tulipe, la trouvant au final fascinante. Les autres ne pouvaient pas comprendre, ils n'avaient pas vu l'intérieur de sa tête. Le Pokémon psy reprit rapidement la parole, poussant la patience pour voir si celle-ci finirait par se fâcher ou si elle était complètement soumise à son idéal.

-' Et vous pensez être capable de jouer dans la cour des grands toute seule? C'est une guerre ici, pas un concours mode. Nous n'avons pas besoin de boulets en plus, encore moins humain. '

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ephira Kelly
La Fleur du Mal / Chef de la Boréale
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 20/02/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Dim 1 Mar - 18:03


La simple question d’Ephira avait eu l’effet d’une bombe sur l’assemblée de gardes présente autour d’elle et si on se plaçait selon leur point de vue, il y avait de quoi se poser des questions. Le grand paradoxe du menteur pouvait être étendu et déformé pour parfaitement coller à cette situation, que fallait-il croire ? Après tout si elle avouait, et affirmait surtout, être une traitresse, comment savoir quel camp elle souhaitait vraiment poignarder dans le dos et comment savoir si elle n’était pas capable de le faire deux fois ? Au sein de l’esprit de n’importe qui cette question aurait pu devenir un véritable problème et jamais on aurait pu savoir qui aurait eu raison ou non d’offrir sa confiance à une telle personne, mais elle n’était pas en face de n’importe qui. Cette petite féline qui lui faisait face avait la fabuleuse aptitude de lire ses pensées et d’y découvrir ses buts et convictions ainsi, elle savait sans doute déjà que sa loyauté revenait déjà à Deoxys alors même qu’elle ne l’avait jamais rencontré.

Le jour où elle l’avait vu passer sur un ridicule écran de télévision, elle avait vu un visionnaire qui avait été en mesure de prendre en main le destin de l’humanité et de tous les pokémons pour pouvoir les placer au sommet de la chaine de la puissance qui régissait cet univers depuis des milliers d’années. Après tout, il n’était pas difficile de remarquer que l’homme était totalement dépourvu de tout instinct et de toute aptitude et s’il n’avait pas su maitriser le feu, jamais une telle espèce n’aurait eu une chance de survivre et de perdurer. Selon les légendes, un titan aurait offert ce savoir aux hommes après que son frère eu oublié de les doter d’un talent spécifique mais finalement, pourquoi l’avait t’il fait ? Par simple faiblesse, par pure pitié pour un animal trop sous développé pour survivre. L’histoire était belle mais qu’en était-il de la réalité dès à présent ? La jeune fille ne rêvait que d’une chose, réécrire l’histoire et replacer l’homme à la place qu’il a toujours mérité.

Elle observa silencieusement l’échange entre le bulldog géant et la chatte bipédique, sachant dès le départ que rien ne pouvait lui arriver tant que la chef du groupe n’en donnait pas l’ordre, mais gardant simplement à l’esprit le nom de la responsable. Ca pourrait peut être lui être potentiellement utile à un moment ou à un autre et si la mistigrix avait fait attention à tourner ses phrases de manière à ne pas relever d’informations la concernant, le chien venait de réduire ses efforts à néant. C’était devenu une sorte de réflexe chez la jeune fille, d’écouter et d’emmagasiner le plus d’informations possibles de manière absolument aléatoire au moment où ces dernières se présentaient afin de pouvoir les réutiliser par la suite. En même temps, elle était si mignonne et si douce, le granbull l’avait dit lui même elle avait l’air “plus conne que les autres” aussi qui se serait méfié des informations révélées à une personne pareille. Oui c’était là une de ses méthodes d’espionnage favorite, attendant simplement l’erreur de la part de son interlocuteur et agissant comme si elle n’avait rien remarqué. Ici, elle se contenta simplement de poser ses yeux sur le chien alors que ses puissantes mâchoires claquaient, non sans conserver son immuable sourire. A coté de cela, la lockpin et la gardevoir ne quittaient plus des yeux les massives dents qui claquait et leur propriétaire, attendant qu’il se soit remis en place pour se détendre à leurs tours.

La jeune fille avait toujours voué une confiance des plus totale à ses équipières que se soit dans leurs actions ou dans la protections qu’elles lui avaient offert pendant toutes ses années mais elle avait eu énormément de mal à leur faire accepter le fait qu’elles ne devaient en aucun cas la protéger aujourd’hui, peu importe ce qui pouvait arriver. Elles se contentaient donc d’observer, espérant silencieusement que tout se passerait bien tout en agissant le plus naturellement du monde. Plusieurs fois elles avaient eu envie de s’interposer Daisy en particulier, surtout lorsqu’elles avaient entendues les insultes à l’égard de leur partenaire mais elle avait serré les mâchoires et attendu que cela passe. En entendant la question de la pokémon psy, la gardevoir avait une nouvelle fois lancé un regard mauvais à la féline, parce qu’elle ne comprenait toujours pas la jeune femme malgré le fait qu’elle se soit initié au sein de son esprit et tentait de nouveau de la tourner en ridicule… Elle ne comprenait pas comment faisait la rousse pour conserver son air doux et son calme le plus serein, à croire que tout ceci glissait à la surface de son ombrelle comme de simples gouttes d’eau. Le regard d’Ephira se reposa sur Rose, sa voix adoptant un ton légèrement plus sérieux comme lorsqu’elle avait annoncé la raison de sa présence, sans pour autant varier l’expression de son visage.


- Ce n’est pas mon sort qui importe, ni même celui de quelques humains ou pokémons. Je ne serais moi même qu’un simple rouage, une insignifiante petite pièce d’un puzzle gigantesque. Retirez cette pièce et le tableau ne sera jamais complet, prenez la individuellement elle ne ressemblera à rien, mais une fois liée et placée là où elle doit être, plus rien ne la dissocie de l’image finale.

La momartik ne pouvait détacher son regard de la jeune femme pendant qu’elle parlait, buvant littéralement ses paroles. Elle se demandais souvent si elle avait besoin de réfléchir avant de parler de manière si claire, fluide et sensée ou si elle arrivait simplement à parler ainsi naturellement. Selon Daisy, elle n’avais pas besoin de préparation et les phrases lui venaient aussi naturellement que possible. On ne se doutait pas que ce mignon petit visage et cet air adorable cachait aussi une puissante force d’esprit de raisonnement qui sortait facilement du commun. La question suivante fit se croiser tous les regards des équipières de la jeune femme, à croire qu’elles attendaient presque qu’une question de ce genre soit posée à la demoiselle. Cette dernière semblait elle même amusée par une telle remarque et tout en laissant s’échapper un petit rire cristallin, elle répondit d’un air innocent.

- Personne ne s’est jamais plaint de mon travail.

Des ricanements quelque peu étouffés émanèrent des six partenaires de la jeune rousse, ne pouvant se retenir face à une telle réponse de sa part. Elles six connaissait très bien la raison de l’absence de critique concernant ce qu’Ephira considérait comme son “travail”, tout simplement parce que les personnes ayant pu profiter de ses services n’étaient plus de ce monde pour en discuter. Elle laissa planer le doute un instant au près des gardes, visionnant mentalement les images des crimes les plus importants qu’elle avait dû perpétrer. Il s’agissait bien évidement pour elle, des libérations de ses coéquipières qui avant de devenir ses partenaires, faisaient partie d’équipe de différents dresseurs qui les brimaient toutes de manières différentes. La seule exception à cette règle était Daisy qui avait rejoint Ephira de manière plus personnelle, mais c’était une autre histoire qui ne concernait qu’elle, la momartik et la gardevoir. Elle espérait qu’ainsi, Rose pourrait visionner en même temps qu’elle ses souvenirs et voir l’étendue de ses capacités rien qu’en travaillant seule. Après elle avait certes libéré d’autres pokémons mais aucun n’était resté avec elle, c’est pourquoi elle choisit de se concentrer principalement sur ses crimes les plus probants. Elle avait toujours oeuvré avec efficacité et discrétion pour le moment, si bien qu’aucune autorité n’avait réussi à établir un lien entre elle et un des crimes pour le moment. Elle repris néanmoins la parole après cette longue pause pour en expliquer un peu plus aux non télépathes.

- Je comprend tout à fait vos appréhensions quand à accepter le soutient de l’humaine que je suis, mais pensez simplement une minute. Si au lieu de risquer de perdre d’importants éléments tels que les vôtres en les envoyants au front, vous perciez une première brèche en utilisant des hommes ? Je ne parle pas de vos prisonniers qu’il serait trop dangereux de libérer mais plutôt de personnes qui seraient volontaires, qui travailleraient en tout anonymat pour votre cause, sous une même bannière.

La jeune fille espérait attiser la réflexion et la curiosité de l’assemblé de pokémon ici présente avec ce nouveau discours. Elle ne plaisantait en rien en parlant ainsi, agir de la sorte leur permettrait de baisser les risques de captures ou de pertes importantes en cas d’assaut ou d’attaques et cela leur permettrait surtout d’éviter de s’impliquer ouvertement par la suite. Si l’attention générale était tournée sur des individus dangereux faisant des ravages dans l’île au nom de Deoxys, leurs attaques s’en seraient que plus surprenantes et ainsi plus dévastatrices. Après il fallait quelqu'un pour guider ces gens et leur expliquer quoi faire mais elle voulait aborder ce genre de sujets qu’avec le maitre de ces lieux, pour le moment elle ne se contenta que de sourire une nouvelle fois en penchant la tête en rajoutant.

- Après, n’oublions pas que tout travail mérite salaire.

_________________





Thème principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deoxys
Acta est fabula


Messages : 66
Date d'inscription : 04/10/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Mer 4 Mar - 21:43

La Mistigrix roula des yeux en entendant la première réponse. C'était bien les humains ça, prendre des phrases longues et inutiles pour énoncer une idée pourtant très simple au départ. Cela faisait jolie et intelligent, comme disait son ancienne dresseuse. C'était surtout pompeux et énervant, les Pokémons autour montrant clairement des signes d'impatience. Ils n'étaient pas aussi réceptifs que les humains à cette manière de discuter et la majorité d'entre eux voulaient simplement en finir et la mettre aux travaux forcés. La chatte blanche jeta d'ailleurs un regard dégoûté vers la Momartik, celle-ci portant un peu trop de respect vers sa maîtresse.  Frôlant son esprit avec le sien, Rose avait rapidement décidé de ne plus lire celui-ci, considérant qu'il était remplit d'inepties. Un vrai toutou. Miaulant d'un air ennuyé, la Pokémon fit signe aux autres, certains quittant le cercle pour repartir faire les sentinelles. Cela semblait d'ailleurs les satisfaire, jetant à peine un regard à l'hurluberlu en face d'eux. Ils avaient été trop soumis par l'espèce humaine pour réellement croire ce qu'elle disait, la croyant bonne à finir dans les cachots avec les autres. Rose voyait évidemment autre chose, mais elle considérait qu'il valait mieux ne pas trop l'ébruiter aux plus simples d'esprits. Ceux-ci pourraient réellement se fâcher et la tuer sans demander d'avis, la Mistrigrix ne pouvant pas tous les contrôler à la fois. Posant les pattes contre son ventre, Rose effleura à peine les pensées de l'humaine. Elle avait déjà creusé un peu dans cette partie-là, se contentant de suivre le fils sans chercher à aller plus loin.  Rose paraissait pensive, frottant doucement sa fourrure alors qu'elle réfléchissait à la situation. Tulipe avait clairement démontré dans son esprit qu'elle n'avait absolument aucun scrupule à tuer les siens si c'était pour sauver des Pokémons. Elle ne semblait pas avoir d'attache pour sa propre espèce... ou tout du moins presque pas. La Mistigrix soupira, se frottant la tête quelques secondes. Que faire? La traîner directement vers Deoxys? Ou lui faire un détour par la prison? Rose ne savait pas comment le virus réagirait à la présence de Tulipe et autant dire qu'elle ne voulait pas être celle blâmée pour sa colère.

-' Hum? '

Relevant la tête, Rose sentit de l'agitation autour d'elle. L'humaine venait de réussir à percer une brèche dans le comportement des Pokémons, qui semblaient tout de suite plus intéressés par ce qu'elle disait. C'était intéressant de sa part, elle avait su tirer son épingle du jeu. Ses paroles avaient de l'effet et la Mistigrix était elle même impressionnée du changement brusque de l'environnement, hochant doucement la tête. Évidemment l'idée d'épargner des vies Pokémons était alléchante, pourquoi se battre au sang si des humains étaient assez fous pour le faire à leurs places? Discutant entre eux, Rose allait répondre à l'humaine qu'elle pouvait les suivre, mais celle-ci brisa d'un coup tout ce qu'elle venait de gagner en moins d'une seconde. Une seule phrase et c'était terminé, sa chance venait de s'envoler.

-'... Pardon? '

La situation venait de basculer. Les Pokémons, qui se montraient plus ouverts à sa présence, devinrent d'un seul coup agressif. Se mettant à crier et à se rapprocher de l'humaine, la Mistigrix se mit à secouer la tête d'un air déçue. Il y aurait mieux fait pour l'humaine d'arrêter son discours au premier paragraphe, le deuxième étant de meilleure circonstance devant Deoxys.  Elle venait de briser ce qu'elle avait gagnée et les Pokémons n'allaient pas retourner en arrière. Rose ne chercha pas à se mettre entre les autres et l'humaine, c'était son problème à présent. Elle était obligée de se ranger du côté de la majorité, se contentant de donner les ordres.

-' Écartez vous de votre humaine. Si tu veux avoir une chance de survivre, Tulipe, je te conseille de te taire jusqu'à Deoxys. '

Si les Pokémons d'Ephira tentaient de la défendre, ils n'auraient aucun scrupule à la tuer, elle et les autres. Ils n'avaient pas besoin de Pokémons traîtres dans les rangs. Les combattants de Deoxys s'approchaient dangereusement de la jeune femme, la Mistigrix soupirant en s'éloignant. Eh bien, au moins elle aurait sa rencontre avec Deoxys. Ca ne risquait pas de très bien aller au début, mais si elle se montrait disciplinée, peut-être poserait-il des questions avant de lui tordre les os.

-HJ- Si tu te laisses faire les Pokémons vont simplement d'attacher et te tirer au sol, tu vas traverser le camps et finir devant la grotte de la montagne ou se cache Deoxys. Si question, chatbox ou mp. -HJ-

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ephira Kelly
La Fleur du Mal / Chef de la Boréale
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 20/02/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Jeu 5 Mar - 19:24


L’interêt de toute l’assemblée venait d’être captée une bonne fois pour toute et à ce moment précis, Ephira considéra que son projet avait ses chances au près du grand virus. De nouvelles messes basses, de faibles murmures et des hésitations, c’était évident personne avant elle n’avait envisagé une telle éventualité et ils ne pouvaient trouver cette proposition qu’alléchante. La jeune femme savait qu’elle ne devait pas en rajouter si elle voulait conserver une bonne image au près de ce petit public, histoire de ne froisser personne mais elle était allée trop loin pour faire demi-tour et n’avait pas pu s’empêcher de parler de son désir de compensation. Elle ne pensait à rien de matériel, l’expression n’était que pure métaphore mais elle ne voulait pas non plus cacher ses objectifs et mentir quand à ses fins. Elle manqua laisser s’échapper un éclat de rire en voyant l’air surpris de la chatte qui épiait pourtant son esprit depuis le début, elle avait réussi à surprendre une télépathe n’était-ce pas fabuleux ? De toute manière, les airs lassés et le départ de certains membres de son auditoire lui avaient fait comprendre qu’il fallait qu’elle leur donne une bonne fois pour toute ce qu’ils désiraient entendre, c’était à dire une  bonne raison pour faire bouger les choses. L’agressivité et la tension ambiante ne firent pas paniquer pour autant la jeune fille qui regardaient les sentinelles se rapprocher d’elle dangereusement, sans quitter son sourire qui ne semblait plus aussi doux mais plutôt satisfait.

Iris regardait la scène se dérouler avec de la terreur dans le regard, accrochant de ses deux bandeaux le bras de sa protectrice priant pour ne pas qu’ils ne lui fassent de mal. Elle resta ainsi figée, déplaçant son regard à la recherche d’une possibilité de retraite ou de quelque chose pouvant sauver Ephira. Pourtant la voix de la mistigrix retentit une nouvelle fois, sommant les six femelles de s’éloigner de leur partenaires si elles ne souhaitaient pas qu’il ne lui arrive quoi que ce soit. La momartik se tourna vers la Milobelus puis vers la gardevoir, cherchant des réponses dans leurs regards et essayant de se prouver que ça ne pouvait pas être possible, qu’ils ne pouvaient pas faire du mal à quelqu’un comme Ephira. Les deux pokémons se contentèrent de secouer la tête de manière lente et désespérée, sachant très bien d’une part que si elles ne faisaient rien la jeune rousse pouvait risquer jusqu'à sa vie et que d’autre part agir précipiterait une sentence irrévocable.

Malgré un désir immense de répondre à la féline, non pas de manière irrespectueuse ou quoi que ce soit d’autre, simplement pour lui signifier qu’elle veillerais à suivre ses conseils, la jeune femme n’émit plus aucun son, acquiesçant juste d’un signe de la tête pouvant presque ressembler à une courte et discrète révérence. La leader lui avait bien précisé de se taire jusqu’à ce qu’elle soit en face de Deoxys aussi, elle savait que l’un de ses objectif serait atteint et qu’elle serait présentée au seigneur libérateur. Elle tourna les yeux vers la spectre toujours pendue à son bras avant de secouer la tête d’un air décidé, lui faisant clairement comprendre qu’il n’était plus temps de laisser place à un excès d’émotivité pour le moment. La fille du froid lâcha de manière hésitante le bras de sa plus proche compagne avant de la regarder tourner de nouveau la tête vers l’un des gardes s’approchant avec d’épais liens.

La jeune fille ne comptait en aucun cas se débattre, paniquer et par dessus tout laisser paraitre le moindre signe de peur face à ses geôliers. Elle serait prisonnière certes mais pas n’importe laquelle et peu importe ce qu’il lui arriverait, elle garderait la tête haute et resterait maitresse de sa dignité. Cléopatre avait été faite prisonnière elle aussi mais était ce cette image que l’on gardait maintenant d’elle ? Non, on ne se souvenait que d’une femme particulièrement forte, prête à tout pour conserver ses terre et son peuple et qui était morte de la manière la plus courageuse qui était, sans jamais s’être rendue. Jeanne d’Arc avait eu milles occasions de renier ses actes mais ne l’avait jamais fait, préférant périr sur le bucher plutôt que d’abandonner ce pour quoi elle se battait. Marie-Antoinette le jour de son exécution était montée d’elle même sur l’échafaud, sans aide, rapidement et en faisant preuve de désinvolture, non sans demander pardon à son bourreau après lui avoir marché sur le pied. Aussi, elle ferait partie de ce genre de femmes, affrontant les souffrances et la mort la tête haute n’abandonnant jamais ses buts, idéaux et objectifs. Elle se refusait totalement à finir ses jours défigurée et soufrante après avoir été réduite en esclave, l’image qu’elle voulait laisser serait celle d’une reine.

C’était contre ses principes mais elle se résolut malgré tout à fermer son ombrelle avant que les liens ne l’enserrent et une fois close, elle plaqua contre elle son bien le plus précieux tout en mettant les bras en croix avant de ne plus bouger d’un millimètre. Elle avait donné sa parole après tout, elle était prête à coopérer peu importe ce qui risquait de lui arriver et elle se laissa faire, fermant les yeux et réprimant quelques manifestations de douleur lorsque la corde fut un peu trop tendue. La jeune femme fut bientôt entièrement liée, depuis les épaules jusque au bas des genoux, l’immobilisant totalement et gênant fortement sa respiration la faisant presque passer pour une momie de cordes. Elle tourna les yeux vers Daisy qui la regardait d’un air soucieux, et quand elle réussit à capter son regard elle ferma les paupières pendant une longue seconde avant de regarder droit devant elle, le regard au loin et le visage exprimant une totale sérénité avant de fermer de nouveau les yeux pour se laisser tomber en arrière.

Elle n’était pas idiote, ligotée ainsi elle savait qu’elle ne pouvait pas se déplacer seule et qu’elle serait trainée telle une loque, une vulgaire guenille et elle se refusait de laisser le plaisir au pokémon qui la tirerait de l’entrainer rejoindre le sol, de face qui plus était. Là, elle tombait en arrière droite comme un “I”, ses cheveux écarlates volant de part et d’autre de son visage pendant sa courte chute avant qu’elle ne heurte le sol. Ou du moins c’est l’impression qu’elle voulait donner sans risquer de se blesser gravement en glissant sans protection sur le sol trompeur de la forêt. La jeune femme avait retenu son souffle afin de ne pas avoir la respiration coupée en cas de choc violent mais heureusement, la gardevoir avait compris ce qu’elle devait faire à partir de ce moment.

Le regard vide et fixé sur l’horizon, la dame blanche maintenait un espace de quelques centimètres entre sa partenaire et le sol, l’empêchant de toucher le tapis boueux des bois sans non plus exposer le subterfuge de manière explicite. Elle glisserait au dessus du sol, suivant une trajectoire naturelle et roulant selon les obstacles sans jamais se blesser ni se salir. Lorsque la troupe se mit en marche et que le cerbère en charge de la rousse tira sur sa corde, elle commença à glisser les yeux toujours fermés, comme s’il s’agissait d’une poupée de porcelaine qu’un enfant peu scrupuleux aurait décidé de déplacer en utilisant cette méthode barbare. On aurait presque pu penser qu’elle était en train de dormir, et elle n’ouvrit même pas les yeux lorsque ses petites sandales glissèrent de ses pieds à force qu’elle ne roule. Iris se précipita alors pour les ramasser, en en gardant une dans chacun de ses bandeaux. Vanity tenait la gardevoir par les épaules afin de la guider pendant qu’elle s’occupait de la sécurité d’Ephira alors que Morgane lévitait au dessus de cette dernière afin de lui procurer de l’ombre grâce à son large chapeau pourpre.

Aucune des six femelles ne souhaitait que du mal soit fait à leur coéquipière si bien qu’elles s’efforçaient de respecter l’ordre quelles avaient reçu de la part de la chef du groupe tout en oeuvrant pour aider et protéger celle qui avait toujours été là pour elle. Plus le temps filait et moins elles voulaient que la jeune rousse de rencontre le maitre des lieux, mais elles ne pouvaient rien faire pour empêcher tout ceci de se passait maintenant. Elles ressentaient de nouveau un sentiment d’impuissance face à ce qui se déroulait devant elles, émotions qu’aucune n’avait ressenti depuis le jour où elles avaient rencontré leur guide. La lapine qui marchait au coté de la dame blanche ne cessait de se demander pourquoi cette dernière ne choisissait pas de les téléporter en sûreté, comme elles l’avaient fait maintes et maintes fois pour évacuer des scènes de crimes ? La demoiselle n’avait pas besoin de tout ça, elle avait toujours agit seule sans demander l’avis de personne alors pourquoi changeait elle si brutalement aujourd’hui ?

Au bout de longues minutes, le groupe arriva devant l’entrée béante d’une grotte ouverte sur le flanc de la montagne toute proche, ainsi toutes devinèrent que le repaire du légendaire ne se trouvait plus très loin. Ephira qui gardait les yeux fermés, eut l’occasion de sentir l’humidité, l’odeur de la pierre et la froideur de l’air de cette zone et devina sans mal qu’elle entrait dans une grotte. Elargissant de quelques minuscules millimètres son sourire d’une toute autre façon que tout à l’heure, une seule pensée prenait place dans son esprit. Enfin, elle touchait au but.

_________________





Thème principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deoxys
Acta est fabula


Messages : 66
Date d'inscription : 04/10/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Lun 9 Mar - 20:05

Il faisait froid dans la grotte. La chaleur du dehors était soufflée par la fraîcheur de l'endroit, les Pokémons passant souvent de la sueur aux grelottements lorsqu'ils y entraient. Oh il fallait avouer que les grelottements venaient aussi de l'idée de voir de proche le grand Seigneur des lieux, même si celui-ci se montrait patient et non agressif envers eux. Sa puissance restait un frein et son comportement était plus glacé que l'endroit ou il vivait, ses relations avec les autres étant minimes. C'était toujours la même chose lorsque des êtres vivants entraient dans la grotte :

Il sentait les visiteurs de loin, sondant leurs esprits avec une rapidité impressionnante. Certain qu'ils n'avaient rien de dangereux, il restait assis sur son étrange trône de pierre, les tentacules enroulés autour de ses accoudoirs. Certains pensaient peut-être qu'il ne faisait rien de la journée, mais son esprit était en ébullition 24h sur 24. Le virus dormait à peine et au final il n'en avait pas besoin, son métabolisme était lent et il avait besoin de peu de choses pour survivre ici. Il ne travaillait peut-être pas physiquement la majorité du temps, mais son cerveau roulait à cent à l'heure et il gérait absolument tout. Les Pokémons venaient le voir plusieurs fois par jour, lui posant toutes sortes de questions pour ensuite le laisser seul. Personne d'autres n'habitaient avec lui, il était complètement seul. C'était une règle importante à respecter et les combattants la suivait à la lettre. Deoxys restait le plus fort et la simple idée qu'il se fâche terrorisait les autres, même s'il ne l'avait jamais fait. Leur imagination faisait le travail et le virus avait tout le contrôle qu'il désirait.

Ce fut donc comme d'habitude que l'extraterrestre fit vagabonder son esprit entre la pierre, suivant l'avancée des Pokémons et d'Ephira vers sa tanière. Immédiatement son attention se porta sur l'humaine, son cœur mauve vibrant doucement. Tiens donc, qu'avait-il à se mettre sous la dent aujourd'hui? Le Pokémon frôla un peu l'esprit de l'intruse, cherchant surtout des informations dans les esprits de ses loyaux sujets. Il fut surpris de voir que quelque chose changeait, l'excitation le gagnant. Chaque fois qu'il recevait des humains s'était la même histoire : vous êtes les méchants, faites nous sortir de là. Elle, par contre...

-' Apportez la moi rapidement. '

L'ordre avait claqué d'un coup dans les esprits des geôliers, ceux-ci poussant des petits cris alors qu'ils augmentaient la cadence de marche. Bien vite le petit tunnel déboucha sur une grande pièce, qui ne contenait rien d'autre que le seigneur des lieux. Son trône était immense, le repose-tête dépassant de plusieurs mètres le corps de celui qui était assis dessus. Restant à sa place, le virus posa son regard sur le groupe et surtout sur l'humaine qui était traînée au sol. Appuyant sa tête contre l'une de ses tentacules d'un air désinvolte, ses yeux et son cœur rond se mirent à étinceler. Ephira pouvait se sentir soulever de terre, le Pokémon faisant signe aux autres de partir. Les geôliers se montrèrent surpris sur le coup, mais écoutèrent sans rechigner les demandes de leur chef, jetant des coups d’œils aux Pokémons de la dresseuse. Le virus faisait flotter la demoiselle à quelque centimètres du sol, la redressant pour quelle soit debout. Il défit ses liens grâce à son contrôle mental et la déposa finalement au sol, lui permettant de bien le voir.

-' Bien, bien. '

Le virus restait assis, fixant simplement sa cible alors qu'il se connectait directement à son esprit. Il pouvait tout y lire, mais il préférait laisser la jeune femme s'exprimer, voir comment elle se comportait. Son regard froid comme l'acier ne la quittait pas, ne clignant même pas une fois. Si ce n'était pas de sa voix rauque vibrant dans les esprits, on aurait presque pu croire que c'était une statue.

-' Présente toi. '

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ephira Kelly
La Fleur du Mal / Chef de la Boréale
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 20/02/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Mer 11 Mar - 13:12


Dès l’instant où l’air humide et froid de la grotte s’était fait sentir, Ehpira avait souri de manière différente tout en restant discrète. Il n’y avait que deux possibilités sur ce qui pouvait lui arriver, soit ses gardes l’amèneraient directement dans un cachot ou une prison quelconque sans faire de détours, soit ils la menaient vers le seigneur pokémon et selon son raisonnement, il était évident qu’il s’agissait de la seconde possibilité. Simplement par rapport à la réflexion que lui avait faite la mistigrix un peu plus tôt mais aussi par rapport à l’allure et la manière dont elle était trainée vers sa destination finale. Son absence de vision lui avait permit de se concentrer bien plus largement sur ses autres sens et plus particulièrement sur ce qu’elle ressentait. Elle le sentait bien, alors que quand ils s’étaient mis en route le pas était rapide et décidé, l’allure avait considérablement baisé au fur et à mesure que le trajet s’éternisait et maintenant les pas se faisaient presque hésitants, comme s’ils redoutaient quelque chose. Bien sûr qu’il y avait quelque chose à redouter au fond de cette grotte, ou plutôt quelqu’un.

Elle était si impatiente qu’elle en bouillait presque, ne ressentant plus la morsure du froid sur sa peau découverte et lacérée par les cordages. Sa respiration s’était faite plus lente et plus courte, la faisant presque manquer d’air selon les moments mais elle tenait bon malgré tout, n’affichant absolument rien et sachant pertinemment que cette torture serait bientôt terminée selon les désirs du maitre des lieux. Il pourrait abréger ses souffrances de manière plus ou moins plaisante mais elle n’avait pas peur. Elle plaçait son destin entre ses bras et comme elle l’avait dit plus tôt, son sort dépendrait de l’importance qu’elle pourrait représenter devant le grand virus. Dans le pire des cas, elle abrègerait elle même ses souffrances mais plus le temps passait, plus elle avait la conviction que ce plan de secours ne serait pas utile.

Alors que toute la troupe avait stoppé sa course un peu après l’entrée de la profonde cavité rocheuse, les cerbères se mirent d’un coup à pousser un cri de douleur aussi soudain que surprenant. La jeune femme en ouvrit les yeux de surprise, découvrant le plafond parsemé ci et là de quelques stalactites et garda quelques instant les yeux fixes avant de les refermer comme si elle sombrait de nouveau dans le sommeil. Presque toutes les équipières de la poussent sursautèrent après cette éphémère démonstration à l’exemption de Morgane qui se remit à frotter ce qui lui servait de main tout en ricanant de manière sinistre et peu camouflée. Elle aimait voir ses ennemis ou victimes souffrir par la douleur et la terreur et l’intervention de ces deux émotions en même temps sur ceux qui avaient tenus plus tôt à agresser sa partenaire la faisait jubiler. Elle aurait aimé y rajouter son grain de sel pour s’administrer une nouvelle dose de dopamine, mais elle avait promis de ne pas faire de vague et de se tenir au bouton pour assurer la sécurité de la jeune rousse. Elle ne pouvait ainsi qu’observer et profiter pour le moment.

Peu après, tout le monde se remit en route ou du moins pas exactement puisque la plupart des gardes avaient fait demi tour au lieu de s’enfoncer dans les entrailles de la montagne. Peu rassurées, les équipières de la jeune rousse en avaient profité pour se rapprocher de cette dernière, grelottant de froid de temps à autre. L’expression de Daisy se faisait de plus en plus fermée, inquiète du fait qu’elle sentait l’esprit de sa partenaire glisser hors de son contrôle. Il n’y avait aucun autre pokémon psychique mis à part elle et la féline et pourtant une présence avait prit la place dans l’esprit d’Ephira et en fouillait tous les recoins ignorant le plus simplement du monde sa présence. Le groupe déboucha bientôt dans une vaste sale de pierre illuminée par des flambeaux avec pour seul ornement un gigantesque fauteuil de pierre sur lequel trônait le maitre des lieux. Les six pokémons ne pouvaient pas le quitter des yeux, le regard mêlant crainte, fascination et respect.

Lorsque la demoiselle se sentit décoller du ras du sol pour se retrouver de nouveau à la verticale, elle garda les yeux fermés profitant de ce vol psychique sous le regard terrifié de la gardevoir qui dont le pouvoir ne suffisait même plus à la conserver dans la position où elle la maintenait depuis le début. Elles sentirent que son pouvoir était grand et alors que l’autre masquait mal sa peur, l’autre souriait encore. Elle poussa une expiration de soulagement lorsque ses liens se desserrèrent d’eux même, poussés par la simple volonté du légendaire. Elle reprit un instant ses esprits, sentant sa peau glacée à cause de la difficulté qu’avait eu son sang pour circuler et inspectant d’un rapide coup d’oeil les traces rouges qui marquaient le parcours des cordes. Elle remarqua alors que tous les autres pokémons avaient déserté les lieux, la laissant seule avec ses compagnes face au grand Deoxys. Elle n’en croyait pas ses yeux, elle était si près de celui qui l’inspirait et qui avait été la cause de sa venue sur cette île. Rien ne pouvait être comparé à lui et sa puissance, elle le savait et le simple fait de se tenir debout devant lui lui donnait des vertiges.

Elle executa une sincère et respectueuse révérence avant que le maitre des lieux ne lui ordonne expressément de se présenter par elle même. Elle déplia de nouveau son ombrelle malgré l’absence de soleil et la replaça sur son épaule avant de sourire de nouveau face à cette question. Il savait sans doute déjà qui elle était et la raison de sa venue jusqu’à lui, ça lui semblait évident mais il voulait la tester sans doute, voir comment elle se comporterait face à lui. Il était hors de question qu’elle ne le déçoive, elle était là pour lui et elle ne perdrait pas ses moyens face à un être si important et si supérieur. En veillant à regarder droit devant elle pour ne pas le provoquer et sembler irrespectueuse en soutenant son regard, elle répondit simplement.


- Je me nomme Ephira Kelly. Le nom qu’il m’a été demandé de porter ici est Tulipe et c’est plus qu’un honneur que de pouvoir me tenir en face de vous. Habituellement, c’est en tant qu’étudiante que je me présente mais il sera inutile de vous préciser que ce n’est absolument pas le cas.

L’absence de réaction du seigneur en face d’elle pouvait semblait inquiétante mais au contraire elle n’en était que plus rassurée encore. Il saurait déceler la vérité de ses paroles et elle attendait son accord pour parler plus encore ou non. Il lui avait ordonné de se présenter, rien de plus et elle ne voulait pas user et abuser de la parole qu’il lui offrait. Elle attendait d’autres question, des remarques ou même des critiques et autre sans plus agir. Iris vint se rapprocher doucement d’elle, essayant de se rassurer par sa présence et levant brièvement les yeux vers le légendaire surélevé avant de les baisser pour aussitôt fixer le sol. Le froid ne la gênait pas le moins du monde mais elle craignait que ce ne soit le cas de la jeune fille qi légèrement vêtue et qui semblait e^tre concentre sa tenue pour ne pas trembler où afficher une quelconque gène par rapport aux morsures que lui infligeait le froid. Ce n’était pas la seule raison de ce rapprochement, la momartik voulait aussi observer le visage de sa guide, scrutant avec attention les traits de son vissage pour en déceler les secrets.

Le lien qu’elle partageai avec Ephira était devenu immense avec les années et elle lui vouait une confiance et une admiration sans faille mais ce qui la fascinait le plus était la face cachée qui se trouvait sous l’immuable masque de porcelaine qu’elle arborait jour après jour. Un coté bien plus sombre qui devait rester caché quoi qu’il arrivait et qui néanmoins guidait toutes les actions qu’elles menaient. Les seules personnes vivantes qui avaient eu l’occasion de la voir se comportaient ainsi étaient toutes rassemblées dans cette salle à attendre que le verdict ne tombe quand à ce qui allait se passer. Daisy avait toujours veillé à ce que les souvenirs associes à cet aspect de sa personnalité soient voilés, verrouillés et cachés au fin fond de son esprit par le biais de ses pouvoirs et c’était la raison pour laquelle elle ne cachait pas ses craintes quand au fait que d’autres pokémons puissent percer ces barrières. Elle doutait fortement que la féline ait pu s’initier jusque là, mais au vu de la puissance dont faisait preuve le grand virus, elle n’avait aucun doute quand au fait u’il connaitrait cette partie d’elle, si ce n’était pas déjà fait.

Sans avoir à se concerter avec ses pokémons, Ephira savait très bien qu’elle n’était qu’un livre ouvert face à l’esprit du seigneur en face d’elle. Ses secrets n’en étaient plus face à lui et elle en avait prit conscience bien avant de se mettre en route pour se rendre devant lui. C’était le prix à payer pour lui exposer ses projets et espérer qu’il trouve ses idées dignes d’intérêt. Elle ne feinterait pas et se montrait naturelle devant lui et  se reposait sur le fait que tout ce qui pouvait se passer dans cette antre y resterait et ce quoi qu’il puisse s’y passer. Elle semblait plis sérieuse que tout à l’heure et arborait pourtant le même sourire, seul le regard et le ton de sa voix variant alors qu’elle attendit la prochaine création de celui qui tenait le fil de sa vie entre ses tentacules.

_________________





Thème principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deoxys
Acta est fabula


Messages : 66
Date d'inscription : 04/10/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Lun 16 Mar - 21:27

-' Oublie la tulipe. '

La voix froide et caverneuse du virus résonnait dans les têtes de ses interlocuteurs, aussi tranchante qu'un couteau. Les Pokémons ou les humains qui n'étaient pas habitués à sa puissance avaient tendance à avoir rapidement mal au crâne, le légendaire écrasant avec son esprit ceux des autres, plus faibles que le sien. Il mettait une grande pression sur ceux qui se présentaient devant lui et peu d'entre eux arrivaient à rester plus de dix minutes dans sa caverne. Ses tentacules frissonnaient doucement, se déliant de ses accoudoirs. Deoxys les posa sur ses jambes et arrêta de nouveau de bouger, reprenant sa rigidité de statue. Ses yeux brillaient dans la légère pénombre de l'endroit, seules des torches permettant d'y voir quelque chose. Le virus de l'espace ressentait une certaine excitation, mais cela ne se voyait pas du tout. Son air impassible était indéchiffrable et il semblait presque ignorer l'humaine. C'était en réalité le contraire, il ne se gênait pas pour se servir de ses pouvoirs psychiques, retournant l'esprit de la demoiselle dans tous les sens possible.  Ce n'était pas une opération douloureuse, le Pokémon rouge savait contrôler ses capacités de manière à ce que ses victimes ne se rendent compte de rien. Ephira avait bien des Pokémons psy avec elles, mais ce n'était pas elles qui viendraient à bout de sa force. Son cœur rond continuait de luire, le légendaire fermant doucement les yeux, n'ayant absolument aucune crainte face à l'humaine. De toute manière, la peur était un sentiment qu'il ne ressentait pas.

-' Vous, humains, m'avez surnommé Deoxys. Sache que mon nom est Moros. Répète-le. '

Moros était le nom qu'il avait choisit. Puisque cette planète se sentait obligée de mettre des noms sur tout, il avait décidé de rendre la tâche de ses subalternes plus facile. Oui, plusieurs le surnommait Deoxys. D'ou venait ce prénom? C'était une question dont il se fichait. Il valait mieux pour Ephira de se tenir à ce qu'il avait choisit, sinon sa colère risquait d'être désagréable pour elle. Expirant lentement par la bouche, le seigneur des lieux ouvrit les yeux. Il avait en face de lui une occasion en or et même si elle lui occasionnait un certain dégoût, il ne pouvait pas la retirer de sa tête. Le virus savait qu'il pourrait profiter de cette situation à son avantage et ce, sans rien donner en retour. Oh il avait bien vu qu'elle désirait une récompense et il lui promettrait le monde... quant à savoir s'il le ferait réellement...

-' Moi, Moros, accepte de discuter avec toi. Assis. '

Il avait relâché tout contrôle sur son corps, lui commandant immédiatement de s'asseoir tel un Caninos. Plus vite elle réagirait, mieux se serait. Restant stoïque, le légendaire attendit que son ordre soit écouté et reprit presque tout de suite la parole.

-' Montre moi ta vraie nature. '

Oh oui, il avait croisé dans son esprit ce dont elle était capable, mais il voulait le voir. Sa voix était autoritaire et il aurait du mal à accepter une réponse négative de la part de son interlocutrice, à moins d'une bonne raison. Il attendait donc de voir la réaction d'Ephira, prêt à délier ses tentacules pour la faire réagir plus vite si cela prenait du temps. C'est qu'il était d'un naturel impatient, le virus.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ephira Kelly
La Fleur du Mal / Chef de la Boréale
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 20/02/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Mer 18 Mar - 10:36


Les paupières de la jeune fille se crispèrent un instant alors que la voix forte raisonnait de nouveau dans sa tête, troublant un instant sa réflexion. Son sourire ne varia pas, la vague expression de douleur ne s’était manifestée que dans ce mouvement d’yeux, rien d’autre. Il fallait qu’elle reste digne face à un tel être, après tout de quoi aurait-elle l’air si elle ne supportait pas même la communication avec lui. Cependant, grâce à la simple phrase qu’il venait de prononcer elle regagnait sa personnalité et son nom signifiant sans doute qu’elle intéressait assez le seigneur de la grotte pour qu’il lui offre le droit de conserver son humanité. Que de paradoxe encore et pourtant, elle ne s’attarda pas à penser et à réfléchir à ce qu’il était en train de se passer, bien trop concentrée sur ce qu’elle devait faire ou non pour le moment. Elle exécuta une nouvelle révérence, préoccupée de l’image qu’elle renvoyait et espérant que le respect dont elle faisait preuve montrerait au pokémon combien elle tenait à lui exposer ses idées et ses plans sans qu’aucune ombre ne vienne obscurcir le tableau qu’ils étaient en train de peindre.

Ses coéquipières ne la reconnaissaient qu’à peine, habituellement elle n’agissait pas ainsi ou du moins pas gratuitement. Devant les candides prêts à tomber pour elle, elle gardait le masque et ne faisait pas de vague alors que face aux puissants, toutes ces personnes susceptibles de la faire avancer ou de lui fournir sur un plateau ce dont elle avait envie ou besoin, elle se montrait plus sinueuses, moins calme, moins réservée. Chacune des femelles présente connaissait la puissance que l’on pressait au virus extra-terrestre, mais était-ce la raison pour mettre en place tant de mises en scène ? La question n’était pas la bonne, le soucis n’était pas de connaitre les fins de tant de manières mais plutôt de savoir si elles étaient feintes ou non. Daisy reconnaissait l’honnêteté de sa partenaire et c’était là ce qui l’inquiétait, effrayée à l’idée que ses idéaux et ses désirs utopiques ne l’emportent trop loin. Pourtant la jeune rousse gardait les pieds sur terre, sachant pertinemment que même si elle avait voulu jouer son habituel jeu de rôle, elle n’aurait eu aucune chance de se faire écouter et avait perdu toute crédibilité face à celui qui pouvait l’aider. Elle n’aimait pas se laisser piétiner ni marcher sur les pieds mais là le contexte changeait du tout au tout, son interlocuteur était bien plus puissant qu’elle et son équipe et il détenait qu’elle quelque chose qu’elle ne cessait de rechercher le plus ardemment du monde.

La crainte. L’évocation de son nom provoquait frissons et sueurs froides au plus téméraires et ce pourquoi ? Parce qu’il avait le pouvoir et l’avantage numérique. Deux éléments qui prit séparément se montraient des plus inutiles mais qui une fois reliées et utilisés ensemble, devenaient dévastateurs. Elle aussi voulait rester dans les mémoires à tout jamais, demeurer au sein de l’Histoire comme étant l’humaine qui avait décidé de la réécrire. Quand le moment serait venu, le monde la verrait sous son vrai jour et alors, elle serait crainte à son tour et sèmerait discorde et chaos partout où elle passerait. Effectivement elle pouvait oublier la tulipe, la fleur était prête à disparaitre pour laisser place au fruit, la pomme d’or de la discorde.

Son état second s’évapora lorsque la puissante voix raisonna de nouveau dans les esprits de chacune, faisant grimacer les pokémons alors que la demoiselle résistait en nuançant sa respiration, écoutant avec attention les paroles du roi de la montagne. Elle n’en doutait pas un seul instant, l’identité du légendaire ne se résumait pas au nom que des rats de laboratoires en blouse blanche lui avaient accordé. Une vulgaire étiquette qui correspondait à quoi après tout ?  Une bribe de nom scientifique un dérivé d’ADN, le rattachant pour toujours qu’à un état primitif de la vie, laissant au placard ce que les mutations lui avaient offert. Lui même avait sa propre identité et elle fut honorée d’apprendre le véritable nom du libérateur, un nom qui sonnait tout aussi grave que son timbre et profond que son esprit. Elle murmura instinctivement ce nom après qu’il ai terminé sa phrase, se répétant à voix haute afin de mieux obéir à l’ordre qui venait de lui être donné.


- Moros… C’est un honneur que d’avoir le droit de vous appeler ainsi.

Obéir, c’était un exercice qu’elle n’avait pas expérimenté depuis bien longtemps et pourtant, elle s’appliquer à le faire sans rechigner agissant en suivant à la lettre ce qui lui était ordonné. Qui vient à point à qui sait attendre et si tout se passait bien, elle n’aurait plus à recevoir d’ordre de la part d’aucun humain avant longtemps. Très longtemps. Plus le temps passait et plus le légendaire semblait ouvert au dialogue, non pas dérangé par la présence de l’humaine au sein même de son repère. L’image que les médias s’évertuaient à donner de lui était bien différente de l’être supérieur qui se tenait en face d’elle, droit sur son trône et isolé de tout.

Puis d’un coup il prononça les mots qu’elle attendait tant depuis son arrivée ici, la confortant dans l’idée que le traitement minable qu’elle avait subit jusque là avait valu le coup, qu’elle avait bien joué jusque là et que les maintenant que pièces étaient en place, le plus dur était passé. Elle ignora la violence et la rudesse de l’ordre, acquiesçant d’un léger signe de tête avant d’agir de manière qui aurait pu paraitre étrange. En effet, comme un mime de rue elle fit mine de s’assoir dans le vide, comme s’il y avait là un banc que seule elle imaginait. La vérité n’était pas loin de ce constat, la gardevoir zélée avait décidé de créer une sorte de chaise psychique dans laquelle sa compagne n’aurait qu’à se poser comme s’il s’agissait là d’une vraie. Sa puissance psychique n’était rien face à celle du seigneur des lieux mais elle était néanmoins amplement suffisante pour offrir un siège à Ephira sans avoir à se fatiguer. Elle agissait ainsi à chaque fois que la jeune femme en ressentait le besoin, comme si un accord tacite régnait entre les deux compagnes.

La jeune femme se retrouva encore plus petite qu’avant ainsi assise et surplombée par toute la hauteur de Moros. La contre-plongée le rendait encore plus intimidant qu’il ne l’était déjà, la lumière des flammes luisant sur les reliefs symétriques de son visage bleuté. La rousse ne savait pas par quoi commencer, hésitant quand au début de ses explication et ne sachant pas encore quel point il souhaitait qu’elle approfondisse. Elle s’était assise de manière très droite, le dos parfaitement aligné et les deux jambes collées l’une à l’autre telle une parfaite petite poupée. Arriva alors une nouvelle consigne qui fit s’élever une vague de murmures d’inquiétudes parmi les équipières de l’humaine. Elles ne se trompaient pas, il avait vu en elle ce qu’elle était vraiment, cette dimension noire qui avait envahi le plus profond de son être depuis ses plus jeunes années. Elle détourna la tête sur le coté cachant son visage non seulement à ses compagnes mais aussi au légendaire qui attendait une réaction de sa part, exigeant qu’elle s’exécute avec rapidité.


Looking away:
 


La silencieuse rosélia qui se tenait à l’écart se rapprocha incrédule de la jeune fille, craignant que son esprit n’ait été envouté par la présence trop lourde du légendaire. Elle était face au mur silencieuse, immobile et la plante avait peur de découvrir une nouvelle émotion chez la jeune femme. Avait-elle honte que de ce qu’elle était vraiment, d’avoir été démasqué de la sorte ? Non ce n’était pas possible, elle arborait habituellement sa personnalité fièrement comme on porte un joyau, mais aujourd’hui Dolores doutait pour la première fois. Après quelques minuscules secondes de silences, s’apparentant à une éternité pour les six pokémons présents, les blanches épaules à moitié cachées par l’ombrelle se mirent à être prises de sursauts. Pendant un quart de seconde, la double rose cru qu’il saisissait là de sanglots alors qu’au contraire, c’était un rire sinistre ayant perdu toute douceur qui raisonna dans la grotte. L’instant d’après, la jeune femme se remit face à son interlocuteur levant le regard vers lui pour la première fois. Il n’y avait plus aucun point commun entre la jeune fille qui se tenait là il y a quelques instant et la femme qui était maintenant là. Restant toujours droite, elle croisa les jambes avant de remettre en place sa robe et remarquant à peine qu’elle était toujours pieds nus. Elle ne tenait plus que d’une main son ombrelle alors que l’autre jouait avec la mèche de cheveux qui lui retombait sur l’épaule, gravant son air méprisant et hautain qu’elle arborait sans faille. Son sourire avait maintenant disparu et elle n’hésita pas à prendre la parole sans y être au préalable invitée.


- Je commençais à croire que ce moment n’arriverait jamais.

For real:
 
Sa voix avait gagné en gravité ce qu’elle avait perdu en douceur. Elle était toujours suave et sensuelle mais de manière bien plus dérangeante, plus profonde, plus mature. Ce changement radical pouvait presque faire penser à un accès de schizophrénie de la par d’Ephira mais cela aurait été si dommage de diviser en deux des capacités de réflexion si efficaces en risquant en plus de créer beaucoup de dommages sans forcément se contrôler. Non, elle était parfaitement maitresse d’elle même et c’était ce qui la rendait réellement redoutable et effrayante. Il était enfin temps d’engager pour de bon les négociations et explications diverses quand à ses projets et leurs fins plus ou moins communes. Elle ne se leurrait pas, elle savait pertinemment que promettre était la chose la plus facile qu’il existait et pour cause, elle avait tellement usé et abusé de ce mode de fonctionnement. C’était pour cela qu’elle avait prévu autre chose, elle voulait être attrayante dans ces idées en proposant beaucoup à gagner pour très peu à payer en retour. Oui, maintenant que les jeux étaient en place dans la cour des grands, il était temps de passer à la véritable partie.

PS : Psycho Theme:
 

_________________





Thème principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deoxys
Acta est fabula


Messages : 66
Date d'inscription : 04/10/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Lun 23 Mar - 20:58

La patience – peu développée – du virus allait enfin porter fruit. Les tentacules se serrant contre lui, le Seigneur des lieux pencha la tête vers l'avant, son visage brillant dans la lumière des torches. Il le sentait, tout au fond de l'esprit de la demoiselle. C'était une chose de le voir dans sa tête, s'en était une autre de pouvoir l'observer physiquement. Le Pokémon légendaire cachait son excitation, prêt néanmoins à la laisser exploser. Ce n'était pas son genre de laisser ses émotions prendre le dessus, mais son esprit roulait à toute allure et il ne pouvait pas laisser cette chance lui passer sous le nez. Moros était prêt à mettre de côté son aversion pour les humains pour discuter avec Ephira, y voyant une belle récompense à la clé. Pousser les humains à se déchirer entre eux était encore mieux, il épargnerait du sang de son côté. Le virus pouvait bien se montrer un peu plus clément avec certains d'entre eux, sa clémence étant presque aussi désagréable que le reste. Moros observa sa proie tourner la tête, un sourire déformant le sien quelques secondes. Oh il savait ce qu'elle voulait. Pouvait-il réellement le lui offrir? Ça, c'était un mystère. Il fallait avoir la même puissance que lui pour voir ce qui se passait dans sa tête, personne n'y était arrivé pour l'instant. Sauf peut-être un seul... mais il était loin d'ici. Il valait mieux pour lui en tout cas, parce que le Deoxys n'hésiterait pas à tenter de le tuer une autre fois. Son sourire disparu alors qu'elle se replaçait correctement, le Seigneur se retenant de glousser en voyant le changement de personnalité de la demoiselle. C'était exactement comme il l'imaginait, voir même mieux. Le peu de considération qu'elle avait pour ses semblables était magnifique, sa manière de réfléchir n'avait rien à voir avec ce qu'il avait observé sur les humains avant. Pour une fois il voyait des qualités chez un bipède sans pouvoir. Ses tentacules se mirent à tressaillir, se soulevant lentement dans les airs.

-' Charmante transformation. '

Une seconde il était sur son trône, l'autre seconde il était devant elle. Le légendaire, qui gardait souvent sa forme attaque, venait de passer en forme vitesse. Ses pieds avaient décollés de terre, le propulsant rapidement vers son invitée. Il s'était arrêté juste avant de lui rentrer dedans, son regard se plongeant dans le sien. La surplombant de son corps, le virus reprit sa forme originelle, son cœur mauve brillant avec force. Celui-ci illuminait le visage de l'humaine, celui-ci observant le moindre changement d'expression. Il ne fallait pas croire que c'était un manège pour l'impressionner ou lui faire peur, il agissait toujours ainsi. Les yeux fixe et vide d'expression, le Deoxys reprit la parole, écrasant toujours les esprits autour de lui.

-' Je t'écoute. Dit moi tout. '

La discussion et la négociation risquaient d'être longues. Mais qui sait, peut-être parviendraient-ils à s'entendre...

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ephira Kelly
La Fleur du Mal / Chef de la Boréale
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 20/02/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Mar 31 Mar - 11:29


La magie avait opéré et la demoiselle avait fait tomber son masque de douceur pour laisser s’exprimer les cotés les plus sombres de sa personnalité. Elle se privait d’agir ainsi la plupart du temps afin de mieux s’infiltrer là où elle le souhaitait, de ne pas être reconnue et surtout de ne pas être soupçonnée. Accuser quelqu’un sur de lui-même, confiant en ses capacités et n’ayant rien à perdre était bien plus aisé que d’accuser une mignonne petite jeune fille, timide et serviable. En lui faisant confiance, nombreux étaient ceux qui avaient fait entrer le loup dans la bergerie et le plus drôle était de penser qu’ils n’avaient même pas eu assez de temps pour s’en mordre les doigts. Rien que cette pensée fit vaguement remontrer le coté de sa bouche dans un léger rictus de condescendance avant que ses lèvres ne retrouvent leur position initiale, attendant un signe de la part du légendaire en face d’elle.

Les compagnes de la jeune femmes étaient quand à elle largement soulagées de voir qu’à aucun moment, la volonté d’Ephira n’avait faibli bien au contraire. Elles préféraient la voir ainsi en général, ça leur rappelait le jour où elles avaient brisé leurs chaînes et choisi de suivre la libératrice aux cheveux couleur de sang. Pourtant, aucune des histoires des six femelles ne se ressemblait que ce soit de point de vu de ce qu’elles avaient subi ou de la manière dont elles s’étaient débarrassés de leur dresseur, le seul pout commun qu’elles comportaient étaient le fait que c’était elles qui avaient assené le coup de grâce à ceux qui les avaient fait souffrir. Elles avaient toutes énormément changé depuis ce jour mais elles restaient néanmoins toujours aussi attachées à la femme qui les guidait et avaient toutes juré de se protéger mutuellement quoi qu’il advenait. Aujourd’hui était l’exemption à la règle.

Iris qui se tenait toujours légèrement en retrait derrière sa partenaire observait avec attention les faits et gestes du virus, curieuse de connaitre ses impressions sur la jeune fille et apeurée par la proximité d’un être si puissant. Elle tourna les yeux vers la rousse après que le compliment du légendaire ai de nouveau résonné dans son corps creux et glacé, fière de constater que même un être tel que Moros ne pouvait rester insensible face à la personnalité de l’humaine qui se tenait devant lui. La momartik sursauta et recula vivement lorsqu’en détournant de nouveau le regard, elle remarqua que le légendaire n’était plus assis à quelques mètres mais debout, juste devant elle et la jeune femme. Il était trop près d’elle, il ne fallait pas qu’elle reste ainsi fixée si près d’eux et elle préféra se cacher derrière le dos de sa compagne protectrice. Elle n’avait même pas cillé en voyant le maitre des lieux bouger, restant bien droite alors que l’air qu’il avait déplacé en se mouvant si vite avait fait s’envoler la totalité de ses cheveux vers l’arrière, la forçant à cesser son jeu avec sa mèche. Elle leva les yeux pour le regarder adopter de nouveau sa forme normale avant de répliquer, un nouveau rictus sur le visage.


- Je vous retourne le compliment.

Elle conservait le respect qu’elle avait pour Moros mais il lui était maintenant hors de question de conserver le silence lorsqu’elle voulait s’exprimer. Après tout cette remarque n’était pas particulièrement insolente et elle était à propos puisqu’elle venait d’assister non pas à une mais à deux changements de forme de la part du légendaire. Lui aussi possédait plusieurs facettes distinctes qui lui permettaient d’agir en conséquence du lieu ou des personnes se tenant devant lui, à croire qu’ils avaient un point commun alors. Sous la lumière violette que diffusait le coeur du virus, ses traits s’en trouvaient quelques peu accentués et la couleur de ses cheveux en paraissait encore plus écarlate. Il s’agissait là d’une beauté fatale, un cadeau empoisonné, un présent de la part d’Eris. Elle attendait patiemment que Moros ait fini de l’observer, baissant les yeux vers sa main libre pour observer ses ongles, longs et entretenus avec soin. Pour la mignonne petite poupée qu’elle incarnait, avoir des mains soignées était un détail qui attestait des efforts qu’elle faisait pour toujours être apprêtée.  En ce qui concernait la femme qu’elle était réellement, posséder de telles griffes était un élément qui pouvait s’avérer très pratique en cas de besoins, voir même indispensable.

Elle ferma de nouveau les paupières lorsque la voix du légendaire coupa toute réflexion au sein de son esprit, c’était comme si toute communication au sein de son propre corps était coupé pendant un vague instant pour la forcer à écouter les messages télépathiques qui flottaient jusqu’à elle. Lorsqu’elle rouvrit les yeux, son rictus était reparut alors qu’elle relevait la tête vers son interlocuteur. Ainsi assise elle ne pourrait pas le regarder indéfiniment dans les yeux, simplement parce que sa petite taille et la limite de résistance de ses cervicales constituaient des inconvénients énorme face à une telle situation. Les limites de l’espèce humaine étaient des fardeaux qu’elle serait contrainte de trainer jusqu’à la fin de ses jours. Elle partait du simple principe que l’on ne choisissait pas son espèce, mais qu’on finissait toujours par atteindre l’objectif qui nous était dédié. Elle n’était pas fataliste, mais elle préférait toujours garder en tête que l’on ne peut changer en un jour et que la force de l’habitude finissait toujours par nous trahir au moment le moins opportun. Après il fallait apprendre à jouer et à contrôler cette force chez les autres. Sans se faire prier plus longtemps, elle reprit la parole exposant son projet et espérant que ses talents rhétoriques ne seraient pas vains.


- Je n’irais pas par quatre chemins, du moins pas avec vous. L’espèce humaine a toujours pensé qu’elle avait été créée pour dominer le monde et toutes les autres formes de vie qui s’y trouvent. Voilà déjà deux millénaires que l’Homme profite des quelques perles technologiques qu’il a fabriqué pour asservir les pokémons et détruire ce que la nature avait elle même fait naitre pour “améliorer ses conditions de vie”. Le résultat aujourd’hui ? Des écosystèmes entiers de détruits ainsi que des milliers, si ce n’est des millions, de pokémons réduits au rang d’esclave ou de vulgaires cobayes.

Elle avait presque craché ce constat, tournant alors la tête vers Dolores qui avait alors décroisé ses fleurs, se remémorant son passé. La plante tourna la tête vers le sol, serrant sa petite mâchoire et l’on put voir ses deux roses se refermer comme si ces dernières passaient en dormance pour la nuit. Elle n’avait pas de poings à serrer mais elle était largement capable de clore ses deux roses et c’était toujours ainsi que s’exprimaient ses accès de colère froide. Il suffisait de la regarder pour deviner qu’elle avait subit des traitements inconcevables. L’une des épines de sa tête était plus courte, parce que partiellement sectionnée, son tablier était dentelé de déchirures vers le bas, ses fleurs manquaient de pétales et ne possédaient plus d’étamines depuis longtemps. Même si son bourreau était mort depuis un long moment déjà, elle ne cessait de lui en vouloir et cette haine silencieuse ne s’éteindrait sans doute jamais. Lorsque la plante releva la tête vers la jeune rousse, cette dernière reprit la parole sans même se retourner de nouveau vers son auditeur.

- Il y a de ça pas mal d’années, j’ai décider de changer l’ordre des choses. Il fallait que tout cela cesse et c’est pourquoi j’ai commencé à libérer des équipes entières, me débarrassant des dresseurs par tous les moyens qui soient, pourvu que cela restait le plus discret possible. Les jeunes femelles que vous voyez à mes cotés n’ont jamais été forcées de me suivre et ont toutes choisi de rester avec moi afin de m’aider. Seulement aujourd’hui, et grâce à vous Moros, la discrétion ne représente plus le meilleur atout à jouer ou du moins, pas entièrement. S’il ne faut plus jouer sur la discrétion, il faudra user de l’évidence et c’est pourquoi je m’apprête à créer mon propre groupe, une nouvelle team qui une fois endoctrinée, sera prête à tout pour prendre la relève et achever le travail que j’ai entrepris. Je pourrais très bien agir seule, indépendamment de votre armée mais nous oeuvrerions dans le même but aussi, il serait dangereux de risquer de s’auto-détruire.

Elle se replaça face au virus et recommença à jouer avec sa mèche de cheveux, levant alternativement les yeux vers lui.

- Au lieu de ça, je vous propose des Hommes, des dizaines voir même des centaines car nombreux sont ceux qui ne croient pas au règne de leur propre espèce sans oser agir, ou encore ceux qui sont avides de récompenses et opportunistes jusqu'à la moelle. Ils ne seront rien de plus que des esclaves volontaires, prêts à risquer leurs propres vies pour atteindre un objectif qui n’est pas le leur. Comme des sévipers et des arboks au fond d’un gouffre, les Hommes finiront par s’entre dévorer, vous laissant la voie libre pour oeuvrer comme vous le voulez. De plus, avec les leurres que représenteront mes troupes, vos soldats auront largement plus de facilité à s’infiltrer au seins de lieux où ils ne pouvaient pas avoir accès seuls. Je ne requiers rien d’autre que votre soutient pour lancer ce projet, mais à coté de ça je n’exprimerais qu’une simple requête.

A partir de ce moment, il n’était plus question de quitter les yeux du légendaire. Elle venait de lui exposer ce qu’il aurait à gagner et il ne manquait plus à ce bref exposé ce qu’il pouvait lui offrir. Ca ne serait rien de bien difficile pour un être tel que lui, et ce fut sans perdre son assurance qu’elle reprit la parole.

- Lorsque l’âge d’or des pokémons sera arrivé et que les rôles auront enfin trouvé leurs véritables places, je pense qu’une peine plus allégée serait la bienvenue envers la personne vous ayant le plus aidé. Un traitement de faveur pour service rendus en somme. C’est la seule chose à laquelle j’aspire, pas plus, ni moins. A coté de ça, je promettrais sans doute la liberté au membres de l’organisation, mais seuls vous et moi saurons qu’il n’en sera rien une fois le moment venu. Je ne pense pas avoir de choses à rajouter, à moins que vous ne ressentiez le besoin que j’approfondisse quelques points de détails.

Ses proles maintenant prononcées, elle ne pouvait plus faire machine arrière et l’expression illisible de Moros l’empêchait totalement d’anticiper une potentielle réaction. Elle avait joué quitte ou double et il fallait espérer que ça n’ai pas été vain.

_________________





Thème principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deoxys
Acta est fabula


Messages : 66
Date d'inscription : 04/10/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Jeu 16 Avr - 2:10

Deoxys restait étrangement silencieux, son regard ne cillant pas alors qu'il restait face à son interlocutrice. Il l'englobait de son ombre, flottant à quelque centimètres de son visage. Son expression restait aussi froide que la glace, mais l'esprit du virus s'animait avec rapidité. Moros se délectait de se qu'il voyait dans la tête de l'humaine, presque surpris d'y voir des choses aussi malsaines... il savait les humains assez idiots pour se combattre entre eux pour des idioties, mais Ephira avait quelque chose de plus. La folie? C'est probablement ce que les bipèdes diraient. Dès que cela sortait des cadres de leurs conventions, ces faibles créatures tentaient de s'en débarrasser ou les enfermaient loin d'eux. La psychose de la dame devenait une qualité dans ce lieu, le Pokémon étant lui-même quelque peu dérangé. Il faillit rire à cette pensée, gardant son calme en surface. Faisant claquer ses tentacules dans le vide, il ne voyait aucun mensonge dans les paroles de l'humaine. Elle croyait fervemment ce qu'elle défendait et c'était beau à voir, sa haine pour sa race résonnait avec la sienne. Il ne fallait pas se cacher que le virus n'aurait jamais cru tomber sur une perle aussi rare, y voyant là des occasions alléchantes. Qu'importe si son armée n'appréciait pas son alliance, il allait obliger ceux-ci à suivre son avis. De toute manière ils étaient majoritairement malléables, suivant ses directives sans trop se poser de questions. De bons soldats, en fait. Les Pokémons ne pouvaient pas rivaliser avec lui et Moros ne faisait pas dans la dentelle si quelqu'un lui désobéissait. Autant dire que cela risquait d'être pire si Ephira ne remplissait pas ses demandes...

Sondant toujours les alentours, Deoxys relâcha la pression qu'il exerçait sur la tête de son interlocutrice. Il passa plutôt son attention sur les Pokémons autour d'elle, étrangement toutes des femelles. Il ressentait encore une fois la haine, son esprit s'emballant chaque fois qu'il voyait un souvenir mettant en scène des humains. C'était parfait. Il allait tester leurs convictions pour être sûr, mais il savait qu'elles risquaient de s'en sortir. C'était très bien ainsi, il ne voulait pas de faiblardes dans ses rangs. Reportant son attention sur Ephira, un rictus étira enfin son visage. Il revoyait en mémoire les meurtres de celle-ci, preuves incontestables de son mépris. Il les repassa en boucle dans sa tête, appréciant la beauté de ses actes. La discussion continuait, la jeune femme parlant de Team et d'humains prêts à se sacrifier pour la cause. Moros savait ce qui s'était produit avec la Team Zodiac et savait que certains des troubles fêtes se feraient un plaisir de revenir mettre la merde sur Mailys. Exactement ce qu'il avait besoin, au final. Laissant Ephira continuer, ils débouchèrent finalement sur la récompense d'une telle aventure : la liberté. Évidemment, la virus ne s'attendait pas à moins que cela. Faisant claquer de nouveaux ses tentacules, le Pokémon Psy resta silencieux de longues minutes, réfléchissant. Il n'était pas encore certain s'il pouvait accepter une telle requête, bien qu'elle n'était pas très demandante. En bon maître qu'il était, il pouvait bien donner une chance à son nouveau jouet, pas vrai? Sa voix résonna de nouveau dans l'esprit de la jeune femme, moins écrasante qu'avant.

-' Soit. Si tu atteins mes espérances, alors tu seras la seule humaine libre du continent. Je te laisserais peut-être le plaisir d'avoir tes propres esclaves, si tu agis comme il se doit. '

Un rire sec fit écho dans la caverne, le virus s'amusant à l'idée de voir la honte de ses prisonniers s'ils devaient être asservis par l'un des leurs. N'était-ce pas encore pire d'être trahis par un autre humain? Moros reprit la parole, son ton devenant plus sombre.

-' Toutefois, s'il fallait que tu échoues dans ta tâche, ma punition sera définitive. Je n'accepterais pas d'échec, sache le. '

Deoxys sourit de nouveau et s'éloigna lentement, flottant dans les airs. Il retournait s'asseoir sur son trône, prenant une position plus décontractée. Il était en position de puissance et cela lui plaisait clairement, ne se gênait pas de la menacer de mort si elle échouait son plan. Elle devait déjà s'y attendre de toute façon, c'était presque évident qu'il ne ferait pas preuve de patience face à un bipède de son genre.

-' Par quoi vas-tu commencer? Comment vas-tu attirer tes soldats? Penses-tu réellement être capable de les gérer? Que vas-tu attaquer en premier? Va-y, décris moi. Parle moi de ton... organisation. '

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ephira Kelly
La Fleur du Mal / Chef de la Boréale
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 20/02/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Ven 17 Avr - 13:12


Maintenant que ses raisons, ses objectifs et sa requête avaient été formulées, la jeune femme attendait patiemment que le maitre des lieux reprenne la parole. Elle pressentais par sa proximité et par l’insistance du regard qu’il lui lançait qu’il devait être en train de voyager au sein de ses souvenirs. En attendant une réaction de sa part, elle s’autorisait à repenser de nouveaux à quelque uns de ses crimes, les plus beaux ou les plus anciens. Elle se rappelais l’époque où elle n’était encore qu’une petite fille, une simple gamine livrée à elle même et qui ne rêvait que d’une chose, d’être libre et de ne vivre que pour elle et ses propres intérêts. A l’image des grand félins maintenus en cage et avides d’évasion, elle avait attendu étudiant les habitudes, les faits et gestes de tous les habitants de sa propre maison pour mieux frapper où ça faisait mal. Lorsque le jour de passer à l’action arriva, elle fut la seule à s’en sortir vivante et elle avait réussi la prouesse de se débarrasser des trois membres les plus gênants de ce qu’elle appelait anciennement “famille”.

Elle le sait pertinemment, elle n’était pas faite pour vivre au sein d’une population d’hommes et de femmes endoctrinés par une norme parfaite, une constante idéale qui empêchait formellement au plus different d’exister par lui même, ou pire, d’exposer ses idées. On ne lui avait jamais laissé une chance d’exprimer au grand jour ses sentiments et elle était très consciente de ce qui lui serait arrivé si elle avait eu le malheur de parler de ses plans à qui que ce soit, ou simplement de ses idéologies. Dans le meilleur des cas elle se serrait retrouvée enfermée dans une prison à l’image des pokémons qu’elle tenait corps et âmes de sauver et dans le pire, c’était l’asile qui l’attendait. Ce lieux où les reclus dont l’esprit avait préféré fuir une enveloppe trop faible, étaient isolés dans l’espoir de soit disant les guérir, si tant est que l’on puisse guérir une âme en perdition. Il ne fallait surtout pas s’inquiéter, dans le cas où aucune amélioration ne se manifestait ils étaient largement en mesure de garder les patients “sous observation”, quelle hypocrisie. La jeune fille s’imaginait aussi mal porter une camisole de force qu’un uniforme d’un orange hideux sur lequel était inscrit un vulgaire numéro.

Par contre, ça ne la gênait absolument pas que les humains se traitent entre eux de cette manière et au contraire, elle trouvait ça presque drôle parfois. Il y avait eu plusieurs signes avant coureurs, plusieurs sonnettes d’alarme avait ressenties avertissant, dans un souci d’impartialité peut être, du renversement imminent de l’ordre des choses telles qu’on les connaissait jusqu’à présent et que s’était-il alors produit ? Rien. Le néant, voilà la manifestation de la sagesse des Hommes. Il leur aurait simplement suffit de s’unir entre eux, de ne former qu’un immense entité liée par une alliance de fortune qui leur promettait le salut et au lieu de ça, ils avaient préféré continuer à enfermer les leurs, à les arrêter et à diviser les classes sociales de plus belle. Il fallait trouver quel serait celui qui aurait l’immense honneur de secourir la race, quel élu aurait assez de courage et de prestance pour faire face à une armée en furie. Cet élu n’existait que dans les légendes et elle le savait très bien, c’est pourquoi il lui était évident que son plan lié à celui du maitre des pokemons ne pouvait être voué à l’échec.

La jubilation qui ne se lisait pas sur les traits de la jeune fille était néanmoins plus que présente au sein de chaque petite parcelle de son esprit. Exposer enfin à voix haute son projet, ce pour quoi elle avait oeuvré et qu’elle avait mis tant de temps à élaborer et qui plus est devant quelqu’un d’une importance et d’un souveraineté aussi importante que celle de Moros lui faisait battre le coeur à tout rompre. Daisy n’en revenait pas de la sentir ainsi, alors que la perspective de laisser sa partenaire se rendre dans ce lieu maudit avait suffit à lui déclencher des sueur froides un peu plus tôt dans la journée. La psychiste sentit d’ailleurs l’emprise du légendaire cesser de s’exercer sur le crâne de la jeune femme et en soupira de soulagement jusqu’à ce qu’elle se rende compte que c’était les pensées de ses camarades qu’il épiait maintenant. Contrainte par les désirs de leur guide, elle se força à le laisser faire en se contenant d’observer silencieusement. De toute façon, elle était loin d’avoir la puissance requise pour le repousser et agir de la sorte n’aurait mené à rien sinon mettre en péril la sécurité de la jeune femme à laquelle elle tenait plus que quiconque. Elle n’arrivait pas à offrir sa confiance au légendaire comme l’avait fait Ephira, se livrant sans aucune défense à l’être le plus dangereux que ce continent soit en mesure d’abriter mais chaque minute qui passait devait lui faire avouer quelque chose, ils communiquaient à la perfection et ce sur la même longueur d’onde.

Lorsque les paroles de Moros retentirent une nouvelle fois dans la tête de la jeune femme, cette dernière fut tout d’abord heureuse de constater que la douleur qu’elle ressentait tout à l’heure avait plus que largement baissé pour le trouver être supportable et ensuite, elle ne put croire ce qu’il venait de prononcer. Son visage s’illumina d’un éclat noir et la joie fut facilement lisible sur son visage, maintenant barré par un rictus d’une inquiétante sincérité. Alors vraiment, elle obtiendrait ce à quoi son coeur aspirait le plus mais il lui offrait qui plus est le droit de posséder des esclaves ? C’était encore mieux que tout ce qu’elle avait pu imaginer par le passé et voyait là l’accomplissement supreme de ce pour quoi elle se battait. La demoiselle s’y voyait déjà, rabaissant les puissants déchus au rangs de moins que rien, des excréments de la terre et les forçant à agir pour elle comme bon lui semblait. Les limites physique de ces pauvres petits corps ne l’inquiétait absolument pas et à la manière dont ils remplacent leurs équipes de combat, elle les remplacerait. Oh elle entendait déjà des cris de terreur retentir à la simple évocation de son nom, elle serait à la fois haïe mais surtout respectée, saluée et vue pour la merveille qu’elle était vraiment et elle ne pus s’empêcher d’élargir encore son sourire qui entrait en parfaite symbiose avec le rire claquant du virus.

Son expression retrouva des proportions plus normales lorsque le virus l’avertit qu’il ne tolérait aucun échec et elle ne s’attendait pas à moins de sa part. Leur partition n’avait aucune place pour une fausse note et comme un requiem qui s’écrivait en même temps que le pacte de leur alliance, rien ne devrait l’interrompre avant la note finale. La perspective qu’il arrive quelque chose à la jeune femme sembla quelque peu inquiéter ses partenaires toujours en retrait, mais les apparences trompeuses jouaient encore avec la perceptions subjective des spectateurs. Au contraire, elles savaient bien qu’aucun grain de sable ne serait susceptible d’enrayer la formidable mécanique qu’Ephira s’apprêtait à mettre en place, après tout elle était calculatrice, perfectionniste et ressentait en permanence le besoin insatiable de tout contrôler. La seule chose qui avait poussé les regard des uns et des autres à se croiser était au contraire qu’il émette l’hypothèse qu’elle faillisse dans sa tâche. N’avait-il pas eu la preuve de son savoir-faire en fouillant à même sa mémoire quelques minutes plus tôt ? Elle avait réussi l’exploit de mettre en oeuvre ce que les romanciers s’évertuaient à nommer “le crime parfait” et avait réitéré la chose encore et encore avec brio, cette simple perspective ne suffisait-elle pas à Moros. La prise de parole de la jeune femme permit de faire taire les suppositions et ramener les regards sur la scène qui se déroulait encore devant eux.


- Sachez Moros que la perpective d’un échec me répugne, et il va sans dire que jamais je n’aurais l’arrogance ou la bêtise de venir me présenter devant vous sans que vos attentes n’aient été comblées. Et puis, comment pourrais-je échouer alors que la perspective de votre cadeau me semble si alléchante.

Elle avait accompagné sa phrase d’un rire sombre et entendu qui raisonna à son tour contre les parois de la grotte avant de s’éteindre définitivement. La demoiselle espérait que le grand virus ait saisi l’ampleur des premières paroles qu’elle avait prononcé. S’il ne lui laissait pas de choix autre que la réussite, elle ne voyait elle même pas d’autre issues possibles et consentait à se donner la mort plutôt que de voir son oeuvre brisée et la honte s’abattre sur ses épaule. La honte, encore un sentiment détestable qui n’était propre qu’aux faibles ou aux simples d’esprits. Arrivèrent ensuite les quelques question que le roi de cette grotte cherchait encore à éclaircir semblait-il. Avant de lui répondre, elle laissa son esprit vagabonder dans la multitude de pensées qui l’assaillaient pour encore une fois trouver les mots justes à prononcer sans avoir à tourner autour du pot.

- Je vous ai dit tout à l’heure que je voulais agir en évidence, mais il ne faudra pas confondre évidence et précipitation. Je dois dire que votre dernier coup d’éclat en date avec Heatran m’a énormément facilité la tâche et je me dois de vous en remercier. Les esprits les plus vifs commencent à douter pour leurs saluts ou se voient pour la première fois privés de tout espoir. Parmi ces gens là se trouve certains des puissants que l’aurore aimait arborer en public, et c’est parmi ce types d’Hommes qu’il va me falloir agir en premier. Je dois trouver des gens possédant la force et le charisme nécessaire pour attirer à eux d’autres personnes plus malléables et faibles d’esprit, tout en étant capable de combattre en mon nom. Ou plutôt celui de la team. Une fois cela fait, mon nom disparaitra, je serais présente mais inexistante, un véritable mirage dont personne mis à part ma garde de libérateurs, ne sera en mesure de connaitre. Comme une pandémie, mes idéaux vont se répandre au sein de la population et le bouche à oreille finira par prendre le relai. Détracter les gens deviendra petit à petit inutile et les soldats se présenteront eux mêmes à ma porte.

Son air satisfait ne quittait plus son visage alors qu’au fur et à mesure où elle énonçait ses plans, des images lui venaient en tête. Elle s’imaginait aborder “par hasard” un ancien libérateur ou toute autre puissant pouvant potentiellement lui sembler intéressant. Elle lui lancerait quelques perches à saisir et le testerait par la parole, ne pouvant le faire immédiatement concernant les actes. S’il se montrait digne d’elle elle lui offrirait un poste, sinon elle se contenterais de ne pas lui laisser l’occasion d’ébruiter ses plans. Ensuite il fallait agir stratégiquement et efficacement. Il est connu que chaque chose possède un petit point de rupture, caché et minuscule et très dur à découvrir. Or lorsque l’on a mit la main dessus, il suffit d’un minuscule choc pour que l’objet ne soit détruit. Ici, la situation lui semblait identique, il lui faudrait trouver un point faible et appuyer dessus jusqu’à ce que ça fasse mal et pour ça, elle avait bien une idée.

- Vous savez qu’est ce qui maintient encore l’ordre au sein de cette île ? La ligue. Ces champions aussi distants soient-ils, offrent une présence rassurante et protectrice à la population faible. Voyez vous là où je veux en venir ? Amputez la ligue d’un de ses membres et ce sera la panique la plus totale. Mais faites le en âme et conscience sous la menace d’une team et vous rajoutez la terreur. Surviens alors le chaos. Toujours et encore le chaos.

Elle recommença à jouer avec sa mèche et laissa un petit soupir d’aises s’échapper de ses lèvres. Ce plan lui semblait parfait et s’il se mettait correctement en place, son groupe gagnerait en puissance, en sérieux et en plus son alliance avec l’armée pokémon n’en sait que plus effrayante. Elle avait tout prévu et son plan lui semblait idéal, il ne lui manquait plus que l’accord du grand Moros avant de le mettre en place.

_________________





Thème principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deoxys
Acta est fabula


Messages : 66
Date d'inscription : 04/10/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   Lun 18 Mai - 17:45

Suite à une discussion, nous avons finalement décidés d'arrêter le test ici.

Je ne ferais pas une notation élaborée, je ne suis pas très bonne là-dedans. Les réactions du personnage face à diverses situations sont parfaites à mes yeux, Ephira est un personnage féminin aux multiples facettes et il me fera plaisir de voir celles-ci au fur et à la mesure. Jouant moi-même Deoxys, je sais qu'ils pourront s'entendre malgré son aversion générale envers les humains. Les délais rien à dire, ils viennent de moi. La longueur et l'ortokraffe non plus.

La Boréale a vraiment besoin d'un Chef pour stimuler son activité et je suis certaine qu'Ephira a sa place à sa tête.

Sur ce, félicitation, va jeune enfant, va !

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-   

Revenir en haut Aller en bas
 
Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Test de célébrité - Chef de la team Boréale - Terminé-
» Ephira Kelly, La pomme d'or de la discorde (Chef de la team boréale)
» Présentation de mon TEAM ASSOCIATED SC10B RS
» [MOBILEFUN.FR] Test du support voiture universel : Le Clingo sur Génération mobiles
» Petit test D3s + TC20EIII + 70-200

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Aube Saison 2 : Version Zénith :: Avant Propos :: Célébrités et Pokémons Légendaires-
Sauter vers: