Bienvenue sur la suite du forum à succès Pokémon Aube, Invité. Après l'incroyable assaut de la Team Zodiac, où en sont les choses sur l'île de Maïlys?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un petit espoir ? [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yuugure Akatsuki
Le Point du Jour / Champion type Normal
avatar

Messages : 216
Date d'inscription : 09/08/2014

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Un petit espoir ? [Solo]   Mar 24 Mar - 21:30


Esperantown : la ville qui, paradoxalement, réunissait les espoirs et les désespoirs d'un bon nombre de personnes. L'homme qui se tenait à cet instant face à bâtiment délabré avait la cinquantaine et avait déjà vécu de nombreuses choses, bonnes comme mauvaises et il porta en lui un nouvel espoir, pour donner un peu de gaîté à cette ville si morne : la musique, les rires, la boisson… N'était-ce pas la ce qui pouvait mettre n'importe quel cœur en fête ? L'homme âgé, mais pas pour autant sans rêve voyait déjà les murs devant lui devenir un lieu où plusieurs personnes pourraient cohabiter, en toute harmonie.

Ainsi, plusieurs rénovations plus tard, le bâtiment insalubre s'était métamorphosé, pour prendre la forme d'un café-théâtre, devenant la fierté de l'anonyme. Les affaires n'étaient peut-être pas ce qu'il y avait de meilleur, mais il y avait tout de même ce qui lui tenait le plus : les sourires de ses clients, après que son piano ait résonné dans la salle pendant toute la soirée, pour accompagner acteurs, chanteurs et autres artistes venus de part Maïlys. Ils avaient beau être également peu connus, l'énergie qu'ils mettaient dans leurs arts enveloppait tout simplement le café-théâtre d'une aura magique, le plaçant hors du monde extérieur le temps des représentations. Rien ne pouvait le rendre plus heureux et c'était ainsi que son entreprise dura dans le temps, chaque soir étant une nouvelle aventure, chaque mois un bilan satisfaisant et chaque année un heureux anniversaire. Quelques-unes de ces années passèrent, avant que l'homme fasse une rencontre qui fut un tournant dans sa vie.

Il était célibataire depuis si longtemps, fils unique, il n'avait aucun enfants et ses parents étaient morts dans les dernières années. Seul, ses seuls amis étaient les artistes de passage dans son café et les clients réguliers avec qui il parvenait à entretenir la discussion et une relation cordiale. Peut-être que s'il n'avait pas quitté quelques jours son travail, pour prendre un repos mérité à la campagne, il n'aurait pas pas fait cette rencontre. Alors qu'il faisait sa promenade matinale, afin de dégourdir ses vieux muscles, il croisa le chemin de celle qui allait avoir une grande importance, dans la fin de sa vie. Se penchant vers elle, avec un petit sourire, montrant à peine ses vieilles dents, le soleil se reflétant sur la partie chauve de son crâne, il lui adressa la parole, tel à un enfant perdu.


« Toi aussi, tu es seul et abandonné, hum ?… Il regardait autour de lui les champs à perte de vue, sans un seule arbre pour faire de l'ombre à lui et à son amie. Que dirais-tu d'accompagner un vieil homme solitaire jusqu'à la fin, hum ? C'est peut-être pas la chose la plus passionnante au monde, mais ça a le mérite d'être mieux que de rester seul, non ? De plus… Hum ? »

L’œuf bougea face à lui, semblant lui dire d'arrêter de se trouver des raisons, le faisant rire légèrement, prenant cela comme un « oui ». Ce n'était peut-être pas la réponse exacte, mais il prit tout de même la coquille pleine entre ses bras, pour l'amener, finalement, le lendemain, chez lui, dans la ville de tous les espoirs. Pendant toute la journée suivante, l’œuf ne donna aucun signe, lui donnant presque peur que le pokémon soit mort, à cause d'une mauvaise manipulation de sa part. Après tout, ce genre de choses arrivaient. Il aurait suffit que sa voiture secoue un peu trop et l'embryon pouvait avoir été blessé dans sa coquille. Mais malgré tout, il devait faire sa représentation, ce soir-là. Ainsi, il s'installa au piano, prenant une profonde inspiration, avant de jouer, pour accompagner les scènes musicales de la pièce en cours. Il joua ainsi jusqu'à ce qu'il entende un bruit étrange, dans la salle du fond, où il avait laissé l’œuf. Que s'était-il passé ? Il se força à combattre sa curiosité, allant jusqu'au bout de la représentation, pour finalement retourner dans son salon personnel et y découvrir la table, la nappe tirée et tombée, avec dedans, emmitouflé, un petit être cyan, le regardant du bout du bec, la tête penchée, un minuscule bâton à la main.

Une Canarticho, bleue, qui plus est. Enfin, ces deux critères n'avaient pas d'importances, pour le vieil homme : qu'il s'agisse d'un oiseau, d'un poisson ou d'une limace et qu'importe si sa couleur était différente de celle des autres représentants de son espèce, l'important était dans son esprit, n'est-ce pas ? Et dans le fait qu'elle souhaitait accompagner le vieillard. Ainsi, l'homme eut son premier pokémon et, faute de l’entraîner et de la faire combattre comme les jeunes, il s'occupa d'elle comme de sa petite fille, tentant même de lui apprendre le chant, par l'un ou l'autre des moyens, malgré sa voix peu propice à cet art… Mais malgré tout, chaque soir, après que les clients et les artistes soient partis, le piano résonnait une dernière fois, pour accompagner le jeune oiseau, dans son chant. Cela dura pendant quelques années, durant lesquelles la vie s'écoula normalement, les jours suivant toujours le même format, malgré que le vieillard tente de faire sortir sa compagnonne de cette monotonie, en visitant quelques fois la ville, faisant de temps en temps des passages à la capitale. Évidemment, lors des batailles de la Team Zodiac et de la Ligue, ils sortaient moins, comme la plupart des civils et ils restèrent cloîtrés le temps de la guerre de l'Étoile. Heureusement, Esperantown fut plus ou moins écartée du conflit, laissant la vie sauve au café-théatre qui, dès les batailles terminées, repris son affaire, tranquillement. Après tout, la seule menace pour la Ligue n'était pas si menaçante, au contraire : l'organisation Aurore avait de bonnes idées. Certes, elles ne pouvaient pas plaire à tout le monde, mais il se disait qu'il suffisait que l'organisation et la Ligue trouvent un compromis. Malheureusement, le monde n'était pas aussi utopiste que lui et un pokémon en particulier : Déoxys.

Plus proche du monstre que du pokémon, il assassina sans remords la chef de la Zénith SARL, avant de, quelques temps après, détruire la Tour Zénith, avec l'aide d'un Heatran enragé. Heureusement, encore une fois, Esperantown était épargnée, pour le grand soulagement du vieil homme et de sa pokémon, qui gardaient tout de même une pensée pour les victimes de Déoxys et de son armée, sans vraiment savoir ce qui allait se produire, encore un peu plus tard. Ce n'était ni Déoxys en personne qui attaquait, ni un haut dignitaire qui été la cible… Mais belle et bien lui, le pauvre homme qui souhaitait juste donner de la joie autour de lui. Pourquoi avoir été attaqué ? Car depuis que la nouvelle bataille avait éclaté, il avait permis à des artistes de jouer une pièce retraçant les aventures d'un pokémon et de son ami humain. Donc faute de pouvoir punir la troupe d'humain, ils attaquèrent celui qui permettait tout cela. Ainsi, un groupe isolé tua un innocent, simplement car il allait à l'encontre de leurs croyances. Fort heureusement, avant son assassinat, il était parvenu à caché son amie, la laissant sauve de ce drame.

~~~~

Près de deux semaines après cette histoire, Yuugure était parti en simple visite de courtoisie à Esperantown, afin de rencontrer les responsables -faute de Champion- de la ville. C'était aussi simple que cela. Après tout, il ne suffisait pas de protéger sa propre ville des attaques des pokémons et de la team Boréale : les autres avaient également leur importance, autant pour maintenir un climat de confiance avec les civils que, simplement, leur éviter des drames. D'ailleurs, ce n'est qu'une fois sorti, accompagné de Saké et d'Ekaki, qu'il eu vent de ce qu'il s'était produit, non loin de l'endroit où il buvait sa limonade, par de simples jeunes hommes, cherchant à sa faire peur avoir une petite histoire, que le blond écouta d'une oreille, de sa table : à ce qu'il paraissait, depuis le meurtre d'un vieux gérant d'un café-théâtre, maintenant abandonné, on entendrait la nuit une voix sourde, semblant chanter. Évidemment, ils mettaient cela sur le coup d'un « fantôme » et partirent tranquillement, en riant, faisant des paris sur lequel osera entrer dans le bâtiment, pour rencontrer ce spectre. Et, surprise, ce ne serait aucun d'eux deux.

Comme d'habitude, les tâches étranges ou ingrates, c'était Yuugure qui se les coltinaient. Enfin, il fallait dire qu'il en avait l'habitude et que cela ne le dérangeait pas tant que cela, au final. Après tout, sans ces petites aventures, serait-il là où il en était aujourd'hui ? Sûrement pas. Tout cela faisait ce qu'il était et il vivait très bien avec. Quoi qu'il en était, il était parti s'aventurer dans le bâtiment abandonné, de nuit, comme le disait la petite histoire de rue. Comme il aurait pu s'en douter, l'une de ses parties était vérifiée : il y avait clairement un chant qui résonnait entre les murs, d'une voix inhabituelle. D'ailleurs, en y prêtait une oreille attentive, il s'agissait plutôt d'un fredonnement plutôt qu'un véritable chant. Évidemment, le blond ne recula pas, pour quelques bonnes raisons : il avait son petit honneur en jeu, il avait maintenant Saké à ses côtés pour le protéger et bon sang, il voulait résoudre ce mystère ! Et si Scoubidou lui avait appris quelque chose c'était que ce genre d'histoire avait un fond pas si terrible que cela. Ainsi, il s'avança dans la pièce, avant que son compagnon ne l'alerte, en lui tirant sur le pantalon et en pointant la petite scène du café-théâtre. Retournant son regard vers cet endroit, il put remarquer l'être qui terrifiait tant les passants : un petit canard à la couleur étrange, qui chantait sur la scène, dans le noir. Attendant la fin du chant -qui il fallait l'avouer avait peu de niveau-, il s'approcha de la pokémon, qui eut un mouvement de recul, malgré le sourire amical qu'il affichait.

Malgré tout, après avoir invoqué Kirin, pour faire la traduction entre les deux personnages, la Canarticho expliqua son histoire à Yuugure, celui-ci faisant de même, pour la rassurer un peu plus. Et finalement, ils vinrent à parler plus en profondeur de Deoxys et de son armée, ainsi que du projet du garçon, dans les détails. Et, au final, la petite pokémon fut séduite par l'idée, préférant stopper cette guerre, plutôt que de l'alimenter. Certes, elle avait l'envie de se venger de ceux qui avaient tué son ami…Mais le blond était parvenu à calmer ces envies. Ainsi, elle le rejoignit, pour le suivre dans ce projet. Comme quoi, ça servait de visiter d'autres villes, non ?

_________________



~~~~



Cartes de dresseur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un petit espoir ? [Solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'espoir
» réparation d'une PF han-solo de chez sidehow.
» poème '"printemps d'espoir" envoyer par josie
» Petit coquin
» le tunnel de l'espoir poeme de jcl

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Aube Saison 2 : Version Zénith :: Maïlys - Zones Civilisées :: Esperantown-
Sauter vers: