Bienvenue sur la suite du forum à succès Pokémon Aube, Invité. Après l'incroyable assaut de la Team Zodiac, où en sont les choses sur l'île de Maïlys?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tout vient à point à qui sait attendre... [PV EPHIRA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Léna Kelly
L'Ombre d'Ephira
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 24/06/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Tout vient à point à qui sait attendre... [PV EPHIRA]   Lun 29 Juin - 11:39

Léna prit son courage à deux mains. Aujourd'hui serait son grand jour ! Il lui faudrait être forte, convaincue, prête à tout ! Et elle s'en donnerait les moyens. Elle savait que c'était sa voie. Elle savait qu'elle était née dans ce but. Elle suivait exactement ce que son cœur et son esprit liés lui dictaient de faire. Elle n'était pas souvent venue ici, mais connaissait les lieux comme sa poche. Aujourd'hui, comme tous les jours, elle portait son éternel costume cérémonial orné de sa capuche blanche. Elle voulait se faire la plus discrète et mystérieuse possible. C'était certes un grand jour, mais aussi une surprise.

La jeune femme inspira un grand coup avant d'oser entrer dans la grotte, Hela et Nephtys lui emboîtèrent le pas. Elles avaient insisté pour l'accompagner, certaines qu'elle pouvait potentiellement se mettre en danger, et puis... C'est un événement qu'on ne rate pas quand on se considère amie et proche de quelqu'un ! Non mais. Les autres avaient préféré l'attendre à la maison en lui souhaitant bonne chance, quant à Astrid et Outo, et bien l'une n'avait rien dit et l'autre se blâmait de ne plus avoir sa servante pour s'occuper d'elle... Heureusement que Bastet qui avait envie de jouait s'était proposée !

La Mega-Branette sur sa gauche, elle lui tenait la main et la Banshitrouye sur sa droite, elles pénétrèrent dans la gueule de l'ombre, sans crainte aucune. Un grand sourire éclairait d'une lueur morbide le visage de la pokemon spectre. Elle sentait que sa protectrice était à la fois toute excitée et stressée, et elle aimait se nourrir de ses émotions négatives. Elle avait bien fait de venir... Nephtys quant à elle se frottait les mains, anxieuse. Dans son fort intérieur elle était persuadée que ce n'était pas une bonne idée, qu'ici tout était effrayant, et puis leurs regards... Ils se moquaient d'elle, elle en était intimement convaincue ! Elles longeaient les couloirs, redécouvrant des alcôves aménagées, plus elles s'enfonçaient dans les tunnels, plus la lumière était forte. La demoiselle rencontra quelques personnes à qui elle souhaita le bonjour, sans les regarder, Hela leur lança son sourire le plus dérangeant, et Nephtys baissait le regard pour éviter qu'on la juge, regrettant de plus en plus d'avoir insisté pour venir. Enfin. Elle arriva devant la porte qu'elle recherchait. Une magnifique porte de bois sculpté, ornée de pièces d'argent. Celle ci était close et un garde était posté à l'entrée. Elles se rapprochèrent de lui, toujours aussi sûre d'elle, elle lui intima de prévenir Sa Magnificence que La Prétendante au Titre de Valera souhaitait se présenter à elle.

Courte fut l'attente, nombreux devaient être les prétendants au titre, elle devrait se montrer des plus convaincantes et disposées. Elle était faite pour devenir Libératrice, elle avait ça dans le sang, son âme n'aspirait qu'à libérer les pokemons, êtres des plus évolués, du joug de la race humaine. Elle avait déjà utilisé ses capacités d'oratrice et de fin stratège afin de desseller et démanteler des organismes de braconnage et autres sectes aux mœurs infâmes. Mais aujourd'hui, elle prouverait sa valeur et ses capacités. Elle deviendrait Libératrice, Valera la Libératrice.

La porte s'ouvrit, et elle pénétra dans un immense bureau aménagé meubles en bois, des bibliothèques avaient étés creusées à même la roche et au centre, une source d'eau limpide semblait illuminer un peu plus la pièce. Une magnifique Milobellus semblait profiter du bain avec une Lockpin et une Roselia, une Momartik s'affairait à classer des papiers et ranger les livres tandis qu'une Magirêve passait derrière elle et désordonnait tout son travail accompli le plus discrètement possible. Restait enfin une superbe Gardevoir qui aidait dans son travail la maîtresse de ces lieux, toujours absorbée par ses écris.

Léna entra. Elle s'avança, accompagnée de ses deux acolytes femelles. Elle connaissait tout le monde ici... Iris, Daisy, Ruby, Morganne, Vanity, et... Dolores ! Elle n'avait pas encore beaucoup parlé avec cette dernière. Et bien sûr la ravissante mais néanmoins dangereusement intelligente Ephira, Ephira Kelly, sa sœur, son unique famille. Elle n'avait pas prévenu cette dernière de sa volonté de devenir Libératrice. Lors de son arrivée, l'aînée avait tout expliqué de la Team Boréal à sa sœur, celle ci, subjuguée par leur dessein, n'en avait pas perdu une miette. Elle s'était abreuvée de ses paroles comme une assoiffée. Tout cela lui semblait tellement excitant ! Et puis ce titre... Les Libérateurs... Seulement 6 places à pourvoir. Dès qu'elle avait entendu l'explication de leur fonction, elle vouait déjà un intérêt particulier pour ce titre. De plus, atteindre un rôle aussi haut placé lui permettrait d'être tellement bien vue de sa sœur !! Elle montrerait sa bravoure et son courage, son dévouement et sa confiance, elle serait enfin digne de sa sœur.

Elle fit quelques pas, les demoiselles dans le bain se retournèrent, elles ne l'avaient pas encore reconnue. Léna ne dit rien. Délicatement, elle retira son capuchon blanc et releva le menton pour faire face au regard de sa sœur.

-"Je viens à toi me présenter pour le titre de Valera, Libératrice de la Team Boréal."

Elle se retint de lui offrir son plus beau sourire et se courba de manière respectueuse. Elle ne comptait pas sur le piston, Oh ça non ! Que les esprits en soient témoins, elle ne souhaitait pas accéder à ce titre par la flatterie et le soudoiment. Elle voulait prouver sa valeur, et aujourd'hui, Ephira ne serait pas sa sœur, mais sa dirigeante.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ephira Kelly
La Fleur du Mal / Chef de la Boréale
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 20/02/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Tout vient à point à qui sait attendre... [PV EPHIRA]   Mar 30 Juin - 18:12


Une nouvelle journée de travail s’annonçait ici au QG et comme à chaque fois qu’elle prévoyait de donner des ordres à ses troupes, Ephira avait enfilé sa tenue noire comme l’ébène et avait rehaussé ses traits de son rouge à lèvres écarlate. Les tresses de sa coiffure retenaient un chignon de danseuse sur le haut de son crâne, visible alors que son chapeau était posé sur le coté de son bureau. Son long trench-coat était quand à lui pendu à un porte manteau, juste au dessus de son ombrelle repliée et indécelable ainsi disposée. Il fallait mieux ne pas prendre de risque, la jeune rousse ne s’affichait ouvertement qu’en tant qu’Eris mais il lui arrivait parfois de déambuler dans les couloirs du repère se présentant comme étant Ephira, une simple sbire un peu trop timide et douce pour espérer un quelconque avancement. Ainsi, même si elle n’accordait que très peu d’entretien au sein même de son bureau, elle préférait ne pas prendre de risques irraisonnés et inutiles par dessus le marché.

Tout comme elle l’avait fait pour le chalet qu’elle habitait avec sa jumelle, elle s’était personnellement occupé de la décoration de sa pièce de travail. Un large bureau anglais de bois vernis était installé face à la porte, au milieu de la pièce quoi qu’un peu en retrait tout de même. Des étagères devant de bibliothèques avaient étaient taillées à même la roche, évitant ainsi une quelconque perte d’espace mais aussi le risque que tous les dossiers et classeurs ne puissent chuter en cas de déséquilibre de la part de leur meuble. Quelques tableaux représentant des paysages plus ou moins réalistes ornaient les murs de pierre grise, tout comme une copie d’un célèbre portrait datant du 16eme siècle. Non pas que la demoiselle ait une affection particulière pour ce tableau de maitre, au contraire si elle possédait cette ouvre ici mais aussi chez elle c’était parce que Morganne adorait disparaitre dans le tableau et prendre possession de son élément central pour effrayer les personnes ou pokémons passant à sa hauteur. Enfin elle n’avait pas eu besoin de lever le petit doigtpour profiter d’un large bassin, collé contre l’un des murs latéraux, fruit de la proximité d’une source souterraine qui avait choisit de surgir ici bas. La jeune femme était fière de la vaste salle qu’elle occupait, exemple frappant de ce que la nature était capable de faire à elle seule. A l’instar de Moros, elle avait choisit d’occuper le fond de la grotte qui abritait le repère de ses troupes la rendant moins accessible, plus abritée et par la même occasion plus rafraichie.  

L’après midi venait à peine de débuter alors que quelques coups contre la large porte d’entrée firent sortir la jeune femme de son travail. Elle leva les yeux du plan qui était étalé sur son bureau, mit en place son chapeau et demanda à travers la porte la raison de ce dérangement. Le réseau télépathique de sa gardevoir lui permettait d’interroger le garde sans avoir à ouvrir la porte et sa réponse fut quelque peu attrayante. Une nouvelle prétendante au titre de libérateur ? Bien, la demoiselle se sentait d’humeur à accueillir cette jeune femme, amusée de constater qu’encore une fois c’était une femme qui avait choisit le titre de Valera alors que les hommes se portaient sur des titres moins subtils. Elle replongea dans son plan et annonça au sbire qu’il pouvait la laisser entrer.

Dolores qui était restée au près de la source d’un bleu turquoise observait silencieusement la lapine qui jouait à essayer de toucher le liquide cristallin sans pour autant humidifier son épaisse toison de couleur crème, tout en essayant de capter son reflet entre les remous. Elle ne la comprenait pas, elle était si puérile, si superficielle et pourtant ça ne semblait pas lui importer. Il faudrait un jour qu’elle apprenne à se comporter comme une pokemon responsable et ce, avant d’avoir déclenché un cataclysme ou un accident diplomatique. Sans même pousser de soupir, elle avait détourné le regard de cette jeune frivole et de ses bavardages avec la sirène pour regarder avancer la prétendante au titre du jour. Elle n’en croyais pas ses yeux, elle aurait pu reconnaitre ce costume entre mille et les deux spectres qui suivaient la jeune femme ne laissèrent pas place au doute. Elle avait ensuite tourné les yeux vers Ephira et Daisy toujours affairées à étudier en détails les rues de la capitale et elle demanda mentalement à la psychiste de sonder l’esprit de la nouvelle venue. Lorsque celle ci s’exécuta, elle lâcha un hoquet de surprise, leva les yeux et osa tapoter l’épaule de sa compagne pour lui intimer sa découverte.

La jeune rousse n’avait pas levé les yeux pour le moment, respectant le protocole qu’elle s’était elle même imposée lors de la visite de membre de la team dans son bureau. Le désintérêt instaure de la distance, la distance instaure le respect, le respect instaure une hiérarchie et quoi de mieux qu’une hiérarchie bien établie pour étendre son pouvoir. Seulement, la grande leader du groupe ne s’attendait pas à entendre cette voix s’élever et raisonner contre les murs rocheux de la salle. Cette voix, qui ressemblait tant à la sienne, elle n’était pas sensée se trouver ici entre ces murs. La tête toujours baissée, Ephira avait écarquillé les yeux de surprise cherchant que faire face à cette situation qu’elle n’avait même pas envisagé. Elle avait demandé à sa jumelle de rester sagement à la maison lorsqu’elle partait travailler et voilà ce qui arrivait ? C’était la première fois qu’elle osait lui désobéir et une pensée terrible lui traversa l’esprit, et si elle perdait le contrôle sur la timide brunette ? En vingt-trois ans rien de tel ne s’était produit et voilà qu’aujourd’hui l’impensable était sur le point d’arriver ? Non impossible il y avait forcément une explication. Retrouvant son calme elle leva la tête et croisa les jambes sous son bureau, ne laissant absolument rien paraitre.


- Et bien Petite Fleur, voilà une surprise à laquelle ne ne m’attendais… Pas vraiment. Tu me semble rayonnante néanmoins.

Iris avait cessé son rangement pour tourner les yeux vers l’invitée du jour avant de lui offrir un grand sourire en agitant son bandeau pour la saluer amicalement. Morganne cessa elle aussi son manège pour donner une pichenette à la spectre de glace, lui faisant remarquer qu’elle ne se trouvait pas dans un salon de thé. Cette dernière se raviva en baissant les yeux avant de recommencer ses silencieux travaux de classement. Chacune des compagne de la jeune chef vient braqué leur attention sur sa jumelle avide de connaitre le dénouement de cette entre-vue. Pour la demoiselle il était hors de question de faire du favoritisme, d’autant plus que de nombreux postulants avaient était refoulés puisque que tout l’équilibre de la solide hiérarchie mise en place au sein de l’organisation devait reposer sur des piliers solides. Elle connaissait bien sa soeur, trop bien même et elle continuait silencieusement de peser les pour et les contre de cette dangereuse association alors qu’un détail lui sauta aux yeux. Levant un sourcil alors que le stylo qu’elle utilisait auparavant virevoltait entre les doigts de sa main droite, elle lui fit remarquer ce petit détail.

- Tu sais que toute ton équipe est sensée être présente pour ce genre d’entretient ? Où sont les autres, pas dans leur pokeball j’espère ?

Elle avait une évaluation à faire sur la jeune fille et cette dernière venait tout juste de commencer. Restait à savoir si elle allait réussir.

_________________





Thème principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Kelly
L'Ombre d'Ephira
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 24/06/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Tout vient à point à qui sait attendre... [PV EPHIRA]   Mar 1 Sep - 17:03

- Et bien Petite Fleur, voilà une surprise à laquelle je ne m’attendais… Pas vraiment. Tu me semble rayonnante néanmoins.

Son coeur se mit à battre un peu plus vite, un peu plus fort. Devait-elle se réjouir d'ainsi la surprendre ? Ou au contraire s'en vouloir. Sa sœur était tellement secrète ! Elle préféra ne pas penser à ce qu'elle devait ressentir, de l'assurance, voilà ce qu'elle devait laisser paraître. Elle était fière d'être arrivée jusqu'ici, et elle comptait bien obtenir ce titre afin de monter toujours plus haut dans l'estime de sa chère et tendre jumelle. La brunette retint de nouveau de répondre à son sourire, il lui fallait rester sérieuse et ne pas céder. Elle avait un fond extrêmement gentil, gaie et enjoué, mais aujourd'hui elle ne devait pas se montrer faible, mais bel et bien forte et prête à prendre des responsabilité aussi grandes, elle reste elle même me direz vous, mais on peut allier gentillesse et fermeté, gaieté et rigueur, joie et inflexibilité.

Léna rajusta nerveusement sa tenue, tous ces regards braqués sur elle ! Elle n'appréciait pas être le centre de l'attention, d'ordinaire c'était sa sœur chérie... Mais il ne fallait rien montrer, ses traits ne changèrent pas, elle restait toujours aussi sérieuse, impassible même, son regard plongé dans celui de sa dirigeante, avec une douceur et une force surprenante. Alors qu'elle allait la remercier de son accueil et d'avoir accepté cette entrevue, elle fut coupée dans son élan par la voix mélodieuse de celle qui scellerait son destin.

- Tu sais que toute ton équipe est sensée être présente pour ce genre d’entretient ? Où sont les autres, pas dans leur pokeball j’espère ?

Elle paniqua, intérieurement bien sûr ! L'avait-elle oublié ? Non, c'est impossible... Si...? Elle n'avait pas voulu incommoder ses partenaires en les conviant à une entrevue certainement longue et peu intéressantes pour elles. Elle avait même été gênée d'être ainsi accompagnée, mais vraisemblablement elle aurait du les inviter, insister même ! Mais voilà que cela lui portait préjudice à présent...

Elle garda son sang-froid. Resta droite et impassible, elle ne devait rien laisser paraître, rien ! Elle espérait seulement que cette petite erreur, facilement corrigée, ne mettait pas en péril ses rêves. Elle inspira doucement et finit par répondre avec finesse.

-Je te pris de m'excuser, je l'ai vraisemblablement omit. Je vais demander de ce pas à Hela d'aller les quérir. Et il va de soi que les pokeball sont proscrites. Tu n'en trouveras aucune ni sur ma personne, ni dans mes appartements.

Sur ce, elle plia les genoux pour se mettre à la hauteur de sa Branette, lui saisit délicatement les mains et la pria d'aller chercher les autres dans le chalet, en s'excusant de la déranger, et de les déranger elles aussi.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ephira Kelly
La Fleur du Mal / Chef de la Boréale
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 20/02/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Tout vient à point à qui sait attendre... [PV EPHIRA]   Mar 1 Sep - 19:55


La jeune leader observait sa soeur silencieusement alors qu’elle restait silencieuse en face d’elle, le regard planté dans le sien. Elle semblait différente de d’habitude, plus déterminée et aucun sourire n’était pour le moment parvenu à déformer ses traits, pas même le signe de la momartik. Mais malgré tout, la jeune femme laissa s’échapper une courte expiration amusée alors que sur ses propres lèvres tout aussi écarlate que sa chevelure un discret rictus venait trouver sa place. Elle était nerveuse, elle le savait et tout le sérieux du monde ne saurait camoufler les émotion de sa chère jumelle. Quelques semaines de vie commune avaient su effacer entre elles la distance qu’avait creusé dix années de séparations et ainsi, restaurer l’emprise puissante que la demoiselle possédait sur l’esprit de sa soeur. Elle était son reflet parfait dans une glace invisible, l’allégorie de l’autre coté du miroir, la dualité parfaite que chaque être ne saurait qu’envier. Elle écouta les paroles de la brunette, satisfaite de l’entendre s’exprimer ainsi. Pas une trace d’anxiété ne venait entacher sa voix et même si elle avait commit une faute elle avait su rebondir tout en finesse, tentant de rattraper cet oubli malencontreux. Alors que la branette méga-évoluait s’apprêtait à partir seule jusqu’au chalet elle leva la main, leur indiquant silencieusement qu’un tel effort ne serait pas nécessaire. Il serait long et fastidieux pour la spectre d’aller là bas et de revenir aussi elle reprit la parole n’offrant néanmoins aucune place à la négociation cette fois ci.

- Innutile. La demoiselle se tourna ensuite vers sa gardevoir avant de s’adresser à elle. Daisy, pourrais tu aller les chercher s’il te plait ? Tu trouveras quelques baies dans la cuisine, elles te seront sans doute utile pour aller et venir.

La psychiste adressa un signe de tête tout en fermant les yeux à la dame en noir, lui confirmant que cette tache était sienne avant de placer ses mains face à face, d’une part et d’autre de la lame rouge qui lui traversait la poitrine. L’instant suivant elle avait disparu, partie là où sa compagne lui avait indiqué d’aller en l’espace d’un claquement de doigts. La téléportation était fatigante surtout lorsqu’il s’agissait de transporter avec elles quatre autres personnes, d’où l’intérêt pour les baies mepo que la dirigeante entreposait systématiquement à leur domicile. La jeune femme retira ensuite son couvre chef, affichant fièrement sa coiffure travaillée aux yeux de sa soeur qui ne la voyait que rarement parée de la sorte. Elle reposa le sombre chapeau là où il se trouvait avant que la brunette ne passe la porte et lui expliqua ce qu’elle souhaitait rectifier dans la remarque qu’elle venait d’entendre.

- Je suis heureuse d’apprendre que tu as laissé les balls de tes compagnes dans le coffre de la maison. Néanmoins, tu devras apprendre à les garder à porté de main lorsque tu te déplace accompagnée. Nombreux sont les lieux où il te sera nécessaire de les montrer et malgré l’aversion que nous leur portons, de les utiliser.

La jeune rousse savait pertinemment que sa soeur lui était zélée, tout comme elle l’était à sa cause mais elle craignait que cela ne la pousse à commettre quelques erreurs justement, un peu comme elle venait inconsciemment de le faire. Elle était prête à lui laisser sa chance à la seule condition qu’elle s’en montre digne et pas seulement, elle voulait qu’elle s’en montre plus digne que tous ceux qui s’étaient présentés à elle et qui pourraient avoir l’audace de le faire dans le futur. La bonne volonté n’était pas suffisante à ses yeux, c’était l’avenir d monde qu’elle tenait entre ses mains et son sors serait lié à ce dernier. Rien ne devait être laissé aux mains du hasard.

La gardevoir partie il y a quelques minutes à peine réapparut au centre de la salle, au coté de la prétendante au titre de libératrice, accompagnée des quatre compagnes de cette dernières. Toutes en contact les unes avec les autres elles avaient été en mesure de traverser la distance qui les séparaient de ce lieu en toute discrétion et avec une fulgurante déconcertante. La dame blanche ne laissa paraitre aucune trace de fatigue malgré l’effort qu’elle venait de fournir et partit rejoindre la place où elle se trouvait plus tôt après avoir adressé une courte révérence à la soeur de sa partenaire. Il était temps de passer aux choses sérieuses et de trancher dans le vif du sujet, et pour cela la déesse du Chaos commencerait par tester la volonté de sa jumelle. Il n’était plus question de fleur et de sentiment, il était question de révéler à la jeune femme ce que le destin avait choisi pour guider sa vie.


- Alors ma chère, dis moi. Qu’est ce qui peut te laisser croire que je vais t’offrir le titre de Valera ? Crois tu avoir saisi l’ampleur de ce rôle, son importance au sein de la hiérarchie de cette organisation ? D’ailleurs que sait tu de cette organisation, pense tu simplement avoir saisi les fondements même de la raison de son existence ? Pense tu que ta vie puisse à présent se trouver cadrée par les limites qu’elle impose tout comme j’ai limité la mienne ?

Beaucoup de questions, certaines pouvant blesser les égos non aguerris et qui suffisaient à refroidir bien des candidats trop imbus de leur capacités. Son ton était égal et son regard dur, plongé au sein des pupilles qui lui semblaient identiques aux siennes. Après avoir laissé planer un vague silence elle pivota le visage, plissant légèrement les yeux avant de rajouter.

- Et tes compagnes sont elles en accord avec tes convictions ainsi que ta décision ?


HRP :
 

_________________





Thème principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Kelly
L'Ombre d'Ephira
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 24/06/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Tout vient à point à qui sait attendre... [PV EPHIRA]   Ven 4 Sep - 16:12

-"Inutile."

La délicieuse Branette méga-évoluée se stoppa et tourna la tête vers son amie, comme pour lui demander "Hein ?" Elle avait sans aucun doute confondu leur grain de voix. Elle devrait pourtant savoir que Léna n'adopterait jamais un ton aussi sec, avec elle tout du moins. Cette dernière ne remarqua d'ailleurs pas le fasciés interrogateur de sa partenaire des ténèbres, toujours droite, tendue et le regard fixant le fond de la salle, où se trouvait sa soeur. Elle même se demanda pourquoi elle l'en empêcha, mais la réponse à cette question ne tarda pas à pointer le bout de son nez.

-"Daisy, pourrais-tu aller les chercher s'il te plait ? Tu trouveras quelques baies dans la cuisine, elles te seront sans doute utiles pour aller et venir."

La culpabilité saisit la brunette à la gorge, l'espace d'un instant elle se mordit la lèvre inférieur, désolée d'ainsi déranger sa soeur, et surtout la Gardevoir, bien que cela ne semblait pas la gêner outre mesure. Mais une pression qu'elle ne connaissait que trop bien vint la rassurer, Hela, d'ordinaire distante, froide, sadique et effrayante, glissa un de ses longs doigts griffus dans la mains serrée de la demoiselle qui passait son entretient. Celle-ci s'autorisa un brève instant pour la remercier du regard, elle ne pouvait pas la lâcher, d'une part parce que cela l'offenserait, d'autre part parce ça l'apaisait. Sa soeur, ou plutôt sa Dirigeante, ne devrait qu'accepter cet "écart de conduite". Au fond, la Branette n'était qu'une enfant perdue avec un lourd passé...

Lorsqu'elle redressa son regard, sa jumelle avait retiré son chapeau. Elle était tellement belle... Une beauté irréelle, des traits parfaits, subtilement mis en valeur, et cette coiffure...! Elle savait très bien que ça ne lui irait jamais aussi bien, il n'y avait que sa soeur pour porter aussi bien ce genre de tenues, de coiffures, de maquillage. Même pas elle essaierait de lui ressembler, elles avaient beau être jumelle, Ephira était incontestablement la plus belle, la plus intelligente, la plus admirable, la plus parfaite, tout simplement. Ce serait un crime que d'essayer d'être à sa hauteur, rien que d'être son ombre était un honneur.


~~~~~~~~~

-"Ou'o ! Ou'o ! 'Ien 'on 'erre 'eau !"

Bastet en renversa une grande partie sur le parquet en bondissant comme un Skitty surexcité. Outo récupéra finalement son verre en soupirant. Cette nouvelle servante la désespérait au plus haut point. Elle n'était rien de plus qu'un Caninos qui voulait jouer à "Vas chercher", chose qu'elle faisait depuis un bon moment maintenant. Quant à Astrid, elle lisait comme à son habitude dans le salon, l'ouvrage flottait dans une lueur violacée devant son regard bleuté. Toujours aussi froide et distante, n'aimant pas la compagnie elle s'isolait dans les bouquins. Maet était en tailleur au milieu de tout ça. Elle aimait poser ses limites encore plus loin et aujourd'hui elle devait réussir à se concentrer pour vider son esprit au beau milieu des jérémiades d'Outo et des cris d'excitation des bruits de pattes lourdes sur le sol de Bastet.

C'est la Siderella qui remarqua la première, et avant même qu'elle n'arrive, la présence de Daisy. Elle ne prit pas pour autant la peine de l'accueillir, pas plus curieuse que ça de savoir la raison de sa venue, seule qui plus est. C'est la Némélios, qui adore la compagnie qui se jeta sur elle pour lui souhaiter la bienvenue -bien qu'elles vivent ensemble, sous le même toit depuis n bon moment- et l'inviter à jouer. La Gardevoir ne passa pas par 4 chemins pour leur sommer de venir avec elle sans attendre. Bastet, toujours enjouée, était fin prête à découvrir de nouveaux horizons, Otou fit rouler ses yeux dans ses orbites et se plia, que dis-je, accéda pour cette fois à la requête du petit peuple, consciente que ce devait être important pour qu'on la dérange de la sorte. Astrid rangea soigneusement son livre et les rejoinds en silence, quant à Maet, et bien elle avait réussit à trouver la force de vider son esprit et ne se rendit compte de rien du coup, un coup de langue râpeuse de la lionne surexcitée la réveilla en sursaut, prête à se défendre. La pauvre félidé s'en retrouva avec le bout du museau douloureux. Et c'est ainsi que la joyeuse troupe était enfin réunie pour de nouvelles aventures...

~~~~~~~~~~

-"Je suis heureuse d'apprendre que tu as laissé les balls de tes compagnes dans le coffre de la maison. Néanmoins, tu devras apprendre à les garder à porté de main lorsque tu te déplace accompagnée. Nombreux sont les lieux où il te sera nécessaire de les montrer et malgré l'aversion que nous leur portons, de les utiliser."

Léna papillonna brièvement des yeux. Venait elle réellement d'entendre ce qu'elle venait d'entendre ? Sa soeur lui conseillait, que dis-je, lui ordonnait de toujours avoir sur soi ces sphères immondes -qu'elle utilisait sans gêne il y a peu de temps soit-dit en passant-, voire même d'y enfermer ses fidèles amies et partenaires ? Soit. Elle le ferait si sa soeur, sa moitié, sa chef le lui disait de le faire. Ce serait pour le bien de leur cause, pour le bien de la Pokemonité ! Il est vrai, elle le comprenait à présent, que lorsque l'on voulait se fondre dans la masse, pour mieux approcher l'ennemi, il fallait agir comme ces dresseurs idiots. En effet, elle le concevait à présent, et elle finit par répondre, sans avoir trop prit de temps, et toujours sa frêle petite main glissée dans celle d'Hela.

-"Très bien, je suivrais cette consigne à la lettre. Pardonne mon manque de professionnalisme, cela ne se reproduira plus."

Elle inclina légèrement la tête, et au même moment, le spectre méga-évolué tourna la tête pour fixer un point vide, et quelques secondes plus tard, Daisy et les 4 partenaires manquantes de Léna étaient arrivées. Timming parfait. La demoiselle s'autorisa un petit sourire charmé en constatant que sa petite Bastet était de nouveau émerveillée, il faut dire qu'on en voit pas souvent des lieux de cette beauté, de cette grandeur et si bien aménagé. La lionne vint câliner d'un coup de tête sa sauveuse, les autres vinrent se mettre à ses côtés et Hela lui avait lâché la main. Elle rendit sa révérence à la Gardevoir qui rejoignit sa soeur et reprit le eye-contact avec cette dernière. Ses traits d'ordinaires doux et lisses avaient laissés place à un fasciès dur et des plus sérieux. L'entretient commençait vraiment.

-"Alors ma chère, dis moi. Qu'est-ce qui peut te laisser croire que je vais t'offrir le titre de Valera ? Crois-tu avoir saisi l'ampleur de ce rôle, son importance au sein de la hiérarchie de cette organisation ? D'ailleurs, que sais tu de cette organisation, penses-tu simplement avoir saisi les fondements même de la raison de son existence ? Pense tu que ta vie puisse à présent se trouver cadrée par les limites qu'elle impose comme j'ai limité la mienne ?"

Voilà une série de question qui aurait pu sécher sur place n'importe quel autre prétendant, mais pas la jeune Léna. Elle savait pourquoi elle était ici, et ne comptait pas quitter la pièce sans l'avoir obtenu. Elle n'avait certainement jamais été aussi obstinée et certaine du chemin qu'elle voulait suivre, mais aujourd'hui, elle savait que sa place était auprès, non, juste au dessous de sa soeur, que son rôle majeur serait la protection et la libération de ces êtres doués d'une intelligence accrue.

-"Tout d'abord, je ne considère pas ce titre comme une offre, un présent, mais plutôt comme une responsabilité. Je sais pertinemment qu'être Libérateur consiste en, comme son nom l'indique, la libération des pokemons opprimés, mais pas seulement. Il faut être capable de s'adapter à toutes les situations rencontrées, mener des troupes avec stratégie et implication, et je saurais avec aisance glisser ma douce main dans un gant de fer." Elle serra le poing. "Je suis tout à fait consciente de la place qu'occupe un Libérateur, mais le prestige ne m'intéresse pas le moins du monde, ce que j'aime, c'est sa fonction."

Chacune de ses partenaires restèrent debout à ses côtés, sauf Bastet qui s'était assise. Jamais aucune d'entre elle n'avait entendu un discours aussi chargé en émotion, on pouvait ressentir la vérité et passion dans ses paroles. Même Outo qui d'ordinaire n'avait rien à faire de ce qui l'entourait était attentive et sérieuse. Surprenant tableau que de voir une oratrice entourée en si bonne compagnie de six femelles droites et sérieuses.

-"Cette organisation a pour but de faire ouvrir les yeux aux personnes qui n'ont pas comprit que les pokemons étaient des êtres pourvu d'une intelligence supérieur, de sentiments et sans conteste d'une force bien plus puissante que la notre ne le sera jamais. Nous devons les élever à notre niveau, si ce n'est plus." Elle prit un ton des plus sérieux et étrangement sincère. "Ephira, ma vie n'est rien en comparaison aux desseins de cette organisation, à tes desseins. J'ai toujours fait et continuerais à faire ce qu'il faut pour le bien de notre communauté. J'obéirais aux ordres, quels qu'ils soient, tu as mon dévouement le plus complet."

Son coeur battait à tout rompre, comme si elle venait de faire une déclaration, ce qu'elle venait de faire en quelques sortes finalement. Elle n'avait rien préparé, tout était venu du plus profond de son coeur. Elle était sincère, honnête et véritablement dévouée à la cause de sa soeur, et la sienne maintenant. Mais contrairement à ce qu'il en fut il n'y a pas si longtemps, elle ne faisait pas ça seulement pour se rapprocher de sa soeur, de monter dans son estime ou d'être bien vue par elle, non, elle était réellement touchée par la condition de vie des pokemons. Depuis toujours elle leur vouait une admiration et un intérêt particulier, et aujourd'hui elle avait la possibilité de faire avancer les choses, d'être actrice et plus seulement spectatrice.

Un silence stressant et déstabilisant s'était installé. Chacune attendait de connaitre le verdict.

-"Et tes compagnes, sont elles en accord avec tes convictions ainsi que ta décision ?"

La brunette n'eu même pas le temps d'ouvrir les lèvres que Maet, la Shaofouine d'ordinaire calme et posée intervint sans même demander l'accord.

-"Léna est la personne la plus sensée, responsable, bienfaitrice et attentionnée qu'il m'est été de rencontrer. Sans elle aujourd'hui nous ne serions déjà plus de ce monde, elle nous a donné à toute l'opportunité d'avoir une vie meilleure, et aujourd'hui de changer le cours de l'histoire. Sauf votre respect, madame, il me semble que la question ne devrait même pas se poser. Léna ne serait jamais venu vous voir sans nous avoir parlé de ce projet avant, nous somme ses coéquipières après tout." Elle lui adressa un regard respectueux. "Oui, que ce soit Bastet, Hela, Outo, Nephtys, Astrid et moi même, nous sommes en total accord avec ses convictions, que nous partageons même, et l'avons encouragé à prendre cette décision."

La principal concernée par ce touchant discours ne pouvait même pas le comprendre, mais elle avait saisit l'objet de celui-ci. A la fin, toutes hochèrent la tête, sauf la Sidérella qui se contenta d'un clignement de paupière, pour signifier qu'elles étaient d'accord.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ephira Kelly
La Fleur du Mal / Chef de la Boréale
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 20/02/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Tout vient à point à qui sait attendre... [PV EPHIRA]   Mar 8 Sep - 1:02


A la surprise de la leader de la team, la jeune postulante qu’elle connaissait pourtant si bien ne se laissa pas intimider par sa série d’interrogations. Gardant les yeux rivés sur sa soeur, elle profita du dossier de son fauteuil pour adopter une position plus confortable et assurée écoutant avec  attention tout ce qu’elle avait à lui dire. Elle avait saisit tout ce qu’elle avait à comprendre mais ça, la jeune rousse le savait déjà pour sûr, c’était elle qui lui avait expliqué les fondement de ses projets et ce à peine avant d’aller faire la rencontre du grand virus. Elle savait aussi pertinemment qu’elle adhérait à ses idées mais ce qu’elle voulait, c’était s’assurer qu’elle était capable de les répéter à la perfection et ce avec les mots les plus justes possibles. Après tout, les libérateurs avaient pour devoir d’attirer à eux les foules pour véhiculer ce message d’espoir à la gente pokémon tout en contaminant les esprits avec les idées de la team. Ils devaient renouveler les effectifs et ce avec le plus de tact, de discrétion et de charisme possible. Ceci était acquis pour elle semblait-il et elle passa à la suite sans détours.

Pour lutter aux cotés de l’armée libératrice encore fallait-il montrer l’exemple. Comment prouver que les dresseurs étaient dans le tort en forçant leurs pokémons à se battre pour eux si les membres les plus éminents de la boréale en faisait de même ? Surtout vu son statut et son lien de parenté avec la plus imminente personnalité de l’organisation elle ne pouvait en aucun cas se permettre de forcer en quoi que ce soit ses compagnes. Et ce même si ce lien devait rester caché et on ne peut plus secret. Pour le bien de la team et pour leur bien à elles. Si qui que ce soit se rendait compte de leur gémellité, il serait aisé de remonter jusqu’à la jeune rousse et alors là les choses risquaient de devenir dangereuses voir même hors de contrôle. Alors qu’au contraire si elle réussissait une nouvelle fois à faire croire qu’elle et sa soeur n’étaient qu’une seule et même personne, nombre de situations et de soupçons pourraient être évités, déviés ou mieux encore, invalidés. Le jeu commençait à gagner en importance pour la jeune demoiselle qui écoutait cependant la tirade de la shaofouine. Qu’il était drôle d’entendre sa voix durant plus de temps que l’écoulement d’une simple phrase, lorsqu’elle se trouvait dans la maison ce n’était que rarement qu’elle ne parlait plus que cette courte durée. Elle aurait pu agréer entièrement à ce que venait de dire la créature de combat mais elle n’était pas là pour ça, il fallait tester leur limites et ce à chacune d’entre elles. A peine eurent elles toutes approuvé les dires de leur coéquipière que la rousse écarlate repris du tac-au-tac.


- Si votre soutien est si présent, alors pourquoi Astrid refuses tu d’ouvrir son esprit à vos paroles ?  

Un détail qui n’avait pas manqué à la déesse du chaos. Elles avait vu la manière dont le regard de sa soeur avait changé lors de la réponse de sa compagne et se rappelait aussi la manière dont elle conversait avec la siderrella lorsqu’elles se trouvaient chez elles. Un détail gênant quand on y pense, surtout de la part d’une pokémon soutenant corps et âme sa partenaire. Le passé de cette psychiste était des plus sombres et secrets mais elle savait qu’elle avait fait le bon choix en choisissant de lui demander de garder un oeil sur sa jumelle lors de ses absences répétés. Sans qu’elle ne le sache et s’en rende compte, son esprit était protégé par cette dernière à tout comme celui de la rousse était protégé par l’intervention invisible de Daisy. C’était une initiative indispensable si elle voulait que son identité reste secrète. Elle avait bien d’autres points à régler avec sa soeur et ne perdit pas plus de temps avant de passer à la suite, son regard balayant néanmoins rapidement sa tenue avant qu’elle ne réfléchisse aux divers points qu’elle avait à régler avec elle. D’amers souvenirs lui revinrent en tête alors qu’elle se concentrait un peu trop sur la relique de verre qui pendait au cou de la jeune femme. Les yeux toujours fixes vers le pendentif, elle plissa vaguement les yeux inclinant la tête vers le visage de la jeune femme en lui demandant l’air pensif et quelque peu acide.

- Je ne comprend pas comment tu fais pour continuer à arborer ce costume. Je respecte tes choix, mais moi il ne me rappelle qu’une seule chose… Notre mère.

Elle avait soufflé ses mots comme s’il s’agissait d’une insulte dans sa bouche. Elle n’éprouvais maintenant que dégout envers la femme qui leur avait donné la vie il y a vingt-trois ans de cela et qui quelques années plus tard les abandonnait sans aucun état d’âme. Et ce peu de temps avant de perdre l’esprit, aveuglée par ses propres désirs égoïstes. Etais-ce sa faute si l’une de ses jumelles avait à son tour suivi de noirs desseins aux dépends de ceux qui l’entouraient et qui parfois l’entourent toujours ? Peut être. Mais elle ne pouvait qu’haïr cette femme qui les avait laissés livrées à elles mêmes et ce aux mains de personnes se préoccupants encore moins d’elles de ce qu’elle avait pu le faire. La jeune femme préféra détourner le regard du magatama, craignant de se laisser aller extériorisant un peu trop sa véhémence et se laissa orienter d’elle même sur la suite, suivant néanmoins la direction qu’avait tracé le fil de la conversation.

- D’ailleurs d’affreuses rumeurs planent sur la tour de Lavanville. Les pokémons spectres ne sont pas les seuls non-morts à habiter ses murs selon ces dernières, n’as tu jamais été effrayé face à ces terribles histoires ? Comment savoir si les esprits qui hantent les lieux n’ont pas altéré tes facultés, tu as été poussée à les appeler, les provoquer et si l’on se base sur tes croyances et celles des gardiennes, les âmes défuntes peuvent parfois engendrer bien des catastrophes. Personnellement, la seule chose que je sais c’est que certaines sont assez puissantes pour devenir de puissants pokémons à leur tours.

Elle adressa un regard en coin à la magirêve qui se mit à rire d’une lugubre manière avant de tourbillonner sur place, puis ensuite aux deux spectres qui accompagnaient la prétandante au titre aussi. La banshitrouille trouvée au sein même de la tour devait bien s’y trouver pour une raison à la base.


- Qu’as tu appris de la peur là bas ? Sais tu la gérer parfaitement pour ta part, ou mieux encore la provoquer chez les autres ? Manipuler les esprits et les laisser se faire envahir par leur pires angoisses sans qu’ils ne soient plus capables d’agir ? Contrôler les phobies les plus ancestrales et engendrer des traumatismes des plus persistants ?

Alors qu’elles citais ces différentes aptitudes les yeux de l’allégorie de la Discorde se mirent à briller tant elle jubilais à l’idée que de telles capacités puissent être en possession d’une personne telle que sa jumelle. Le monde s’étendrait au pieds de celle qui serait capable d’agir de la sorte et cela s’entendait à son ton et son sourire qui s’était étiré pour devenir des plus inquiétants. Elle ressemblait à sa magicienne lorsqu’elle avait ce regard, presque malsain, quelque peu sadique sans pour autant déteindre sur son doux visage. Qu’il aurait été délicieux pour elle d’apprendre que de telles aptitudes soient détenues par sa chère et innocente petite soeur.  

_________________





Thème principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Kelly
L'Ombre d'Ephira
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 24/06/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Tout vient à point à qui sait attendre... [PV EPHIRA]   Mer 9 Sep - 16:41

-"Si votre soutien est si présent, alors pourquoi Astrid refuses tu d’ouvrir son esprit à vos paroles ?"

La Sidérella resta impassible, son regard d’un bleu glacial plongé dans celui, sérieux, d’Ephira. Léna quant à elle n’avait pas pu assister au discours, mais avait bien comprit le sens, et chacune de ses coéquipière semblait vouloir la suivre quoi qu’elle veuille faire, elle en fut très touchée. A ce moment très précis, elle sentit son esprit s’ouvrir à ses choses plus grandes, c’était une sensation étrange, mais très agréable, comme une libération d’endorphine.

-"Je voulais voir jusqu’où elle était prête à s’investir. Je suis à présent satisfaite."


Léna en aurait pleuré de joie si elle ne se contraignait pas à rester calme et indifférente. Astrid, la Siderella la plus froide qu’elle n’ait jamais rencontrée, un pokemon des plus énigmatiques qu’elle essayait depuis tant de jours de créer un lien, venait à présent d’ouvrir son esprit au langage pokemon. Sa sœur ne pourrait qu’être ravie de cette réponse.

Cette dernière la toisait d’ailleurs du regard, avait-elle quelque chose qui clochait, une tâche ? La réponse ne tarda pas à arriver, et elle n’était pas des plus plaisantes.

- "Je ne comprends pas comment tu fais pour continuer à arborer ce costume. Je respecte tes choix, mais moi il ne me rappelle qu’une seule chose… Notre mère."

Voilà qui déstabilisa grandement la demoiselle. Elles n’en avaient jamais parlé jusque-là, et c’est aujourd’hui que sa sœur avait choisi de mettre le sujet sur le tapis ? Pour sûr, elles ne partageaient pas le même avis. Léna, malgré l’abandon flagrant de leur mère, ne lui en avait jamais voulu. Elle l’avait toujours admirée, grande, belle, puissante comme elle était. Elle s’en était voulu de ne pas avoir été à la hauteur de ses espérances, et aujourd’hui encore, elle aurait aimé prendre la succession de la tour pokemon de Lavanville, en l’honneur de sa mère disparue. Mais sa sœur avait plus d’importance dans son cœur, dans son esprit, et surtout, elle était là, elle. Mais porter ce costume lui permettait d’honorer l’esprit probablement défunt de sa chère et tendre mère. Sur cette pensée, elle saisit délicatement le magatama que sa sœur dévisageait quelques instants plus tot. Elle préféra ne pas répondre, elle était venue ici en tant que prétendante au titre de Valera, pas en tant que Léna, sœur d’Ephira. Mais une chose est sure, elle garderait ses valeurs.

-"D’ailleurs d’affreuses rumeurs planent sur la tour de Lavanville. Les pokémons spectres ne sont pas les seuls non-morts à habiter ses murs selon ces dernières, n’as-tu jamais été effrayé face à ces terribles histoires ? Comment savoir si les esprits qui hantent les lieux n’ont pas altéré tes facultés, tu as été poussée à les appeler, les provoquer et si l’on se base sur tes croyances et celles des gardiennes, les âmes défuntes peuvent parfois engendrer bien des catastrophes. Personnellement, la seule chose que je sais c’est que certaines sont assez puissantes pour devenir de puissants pokémons à leur tour."

Sa sœur avait raison, il y avait bien des rumeurs concernant la tour qu’elle protégeait, et certaines de ses sœurs y croyaient, persuadées d’avoir aperçu tel ou tel spectre rôder près de la tombe de certains pokemons. Léna quant à elle n’en avait jamais rencontré, pas qu’elle n’y croyait pas, mais aucun ne s’était présenté à elle.

-"Je vois de quoi tu veux parler, et je suis dans l’incapacité d’affirmer ou d’infirmer ces dires. Seulement… Je n’ai jamais rencontré aucun de ces spectres, ni eu de problème avec l’un d’entre eux. Je ne les ai pas provoqués, au contraire, en m’adressant aux pokemons défunts, je m’adressais aussi à eux, leur présence ne nous dérangeait en rien, et permettait même de protéger la tour de pilleurs ou autres curieux. Je les remerciais donc, en admettant qu’ils aient bien étés là…"


Sa Banshitrouye soutint le regard de la dirigeante de la Boréal, comme si elle tentait de cacher, ou justement confirmer quelque chose. Hela elle, souriait toujours, impossible de savoir ce qu’il se passait dans sa tête, elle savait qu’elle était puissante et c’était un compliment que de recevoir le regard de cette femme après qu’elle ai dit cette phrase. Léna quant à elle ne se doutait de rien, elle n’avait jamais question qui que ce soit sur son passé, surtout qu’elle n’en avait pas les moyens jusqu’à maintenant.

-"Qu’as-tu appris de la peur là-bas ? Sais-tu la gérer parfaitement pour ta part, ou mieux encore la provoquer chez les autres ? Manipuler les esprits et les laisser se faire envahir par leurs pires angoisses sans qu’ils ne soient plus capables d’agir ? Contrôler les phobies les plus ancestrales et engendrer des traumatismes des plus persistants ?"

A ce moment précis, sa sœur aurait pu lui faire vraiment très peur. Ce sourire, ce discours, comme si elle le pratiquait tous les jours avec plaisir… Mais elle était sa sœur et tout ce qu’elle faisait, elle le faisait pour le bien du plus grand nombre. Le visage de la brunette se tordit en une moue de perplexité. Elle ne voulait pas la décevoir, mais lui mentir serait un pécher. Elle serait donc honnête, bien que ça risque de signifier la fin de cette entrevue.

-"Et bien… Je suis… Non, Ephira, je ne suis pas capable de jouer avec les angoisses des gens… Autant je sais maîtriser mes émotions, la peur, je ne la crains pas, autant je ne pense pas pouvoir provoquer de tels… Choses chez un être humain."

On pouvait lire la déception sur son visage, elle aurait tant aimé être parfaite aux yeux de sa sœur, de sa dirigeante ! Mais voilà que son caractère jouait en sa défaveur. La méga-branette à ses côté étira son sourire, ce qui la rendait encore plus effrayante, elle s’avança d’un pas, bien qu’elle déteste être sous les projecteurs, il fallait qu’elle vienne en aide à son amie, et surtout, qu’elle serve à quelque chose. Elle ouvrit les zip qui lui servaient de lèvres, et un son lugubre en sortit, elle s’exprima pour la première fois aux oreilles de Léna.

-"Je me chargerais d’instaurer la peur en autrui~~~ Nephtys est d’accord, je le sais. A nous deux, nous sauront contrôler les peurs, les angoisses, les phobies, les craintes de nos ennemis." A mesure qu’elle s’exprimait, son sourire s’étirait, il lui tardait tellement de faire ce travail !! "La douleur mentale est le pire des supplices, personne ne saura nous résister."

Nephtys ne dit rien, mais au fond d’elle, elle était en total accord. La frêle et gentille Banshitrouye aimait au fond d’elle instaurer la peur, elle éprouvait, tout comme Hela, un certain gout pour la crainte.

Léna ne savait pas si elle devait se réjouir ou les craindre, mais son choix fut vite prit. Elle les aimait, plus que quiconque pouvait aimer ses amis, et elle savait qu’elles faisaient ça pour son bien, il lui faudrait les remercier, toutes autant qu’elles sont, si jamais elle venait à avoir ce post, même si elle le ratait, ses compagnes avaient étés là pour elle, jusqu’au bout, elles l’avaient soutenue, et rien que ça, c’était une victoire.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ephira Kelly
La Fleur du Mal / Chef de la Boréale
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 20/02/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Tout vient à point à qui sait attendre... [PV EPHIRA]   Dim 20 Sep - 15:37


La jeune femme accueillit la réponse de la sidérella dans un mouvement de tête de remerciement, satisfaite que sa jumelle puisse enfin suivre les propos et les conversations que les pokémons pouvaient partager entre eux ou pouvaient vouloir partager avec elle à l’avenir. C’était un minimum lorsque l’on se voulait être ambassadrice des desseins du virus et de ceux de sa protégée. Oui sa protégée, il en était ainsi véritablement puisqu’il l’avait lui même reçu au sein même de son repère, s’était entretenu avec elle personnellement et lui avait promis les plus belles récompenses auxquelles elle ai jamais rêvé en échange de sa réussite. Qu’elle autre raison fallait-il à qui que ce soit pour comprendre les raisons de son engouement pour la mission qu’elle s’était confiée sur cette île ?

Gardant un calme des plus serein et enfouissant une nouvelle fois sa haine au plus profond d’elle même elle observa la brunette esquiver plus ou moins habilement la référence à leur propre génitrice. Elle le savait bien mais vit ses doutes confirmés par la présente, d’une part Léna n’en voulait absolument pas à cette femme pour leur abandon mais en plus elle respectait et restait attachée aux valeurs qu’elle avait essayé de leur inculquer de force. C’était à croire que sa méthode n’était pas si mauvaise au final puisqu’elle avait fonctionné sur elle. Et bien tant pis si elle voulait rester attachée à ce maudit bijou et accoutrement, qu’elle le fasse. De toute façon, la jeune demoiselle savait parfaitement que sa jeune soeur était prompte au pardon, un peu trop même pour sa propre sécurité selon les fois d’ailleurs. Elle même avait été pardonnée de ses crimes et plus encore, elle était soutenue plus que jamais ainsi qu’admirée par sa parfaite copie, comme si la nature l’avait tant dotée que son propre reflet n’ai pu se résoudre à rester enfermé de l’autre coté du miroir. Oui, la mignonne jeune femme était la parfaite personnification de l’inverse de sa personnalité, en allant du plus évidant au moindre petit détail.

L’esprit de la déesse du chaos se mit à vagabonder vers les rumeurs planant sur la tour de Lavanvile ses esprits et ses fantômes, les choses qui la hantent toujours et encore et qui font de ce lieu le pire des endroits pour élever une petite fille, toute descendante de gardienne soit elle. Mais où avait elle donc eu la tête lorsqu’elle avait supplié leur père de l’envoyer dans cette tour mais surtout, comment l’homme avait il pu accepter une telle requête ? Désintérêt une nouvelle fois, ignorance, et égoïsme tout simplement. De toute manière, cette pseudo figure parentale avait payé pour ses négligences et ce le prix fort, quand à la jeune femme elle ne ressentait aucune culpabilité aucune que ce soit concernant le triple homicide ou encore l’éloignement de la petite fille à l’époque. Au contraire, elle lui avait sauvé la vie et ainsi elle était certaine que si la concernée connaissait la vérité vraie, elle lui serait grandement reconnaissante pour son initiative. après tout, c’était grâce à cela qu’elle avait échappé aux flammes. La rousse serait elle revenue en arrière ce jour là si sa jumelle avait été présente dans la maison ? Sans connaitre le destin grandiose qui l’attendait et pour lequel elle aurait sans doute besoin du leurre qu’elle lui offrirait ? Certaines questions méritent de rester sans réponse malheureusement. Pour en revenir au présent, la réponse de la jeune femme ne manqua pas d’amuser la leader de l’organisation sans pour autant qu’elle ne l’affiche autrement que par un vague haussement du coin des lèvres. Alors comme ça la disciple n’avait jamais ressenti la présence du moindre spectre et n’avait encore moins reçu quelque réponse à ses invocation ? C’était à croire que sa sensibilité aux âmes était aussi exacerbée que la sienne dans ce cas, leur mère avait peut être raison quand à leur manque de compétences spirituelles. Ne se doutait elle pas qu’elle se trouvait là en présence de trois esprits, assez puissants pour changer d’enveloppe et passer dans le camp des non-morts, et que qui plus est deux ne la quittaient presque jamais ? Sa naïveté la rendait si mignonne.

Puis arriva la réponse tant attendu et qui sans tomber comme un cheveux sur la soupe sembla être plus décevante que prévu, c’était à croire que la jeune femme ne s’attendait pas à ce que sa soeur soit simplement restée égale à elle même durant toutes ces années. C’était logique en même temps, elle avait vécu coupée du monde réel à se recueillir sans cesse et à s’entrainer pour un but aussi abstrait qu’inutile à ses yeux bien entendu. Mais néanmoins elle aurait pu apprendre simplement en observant, en écoutant à l’instar de sa bien aimée soeur sans même le savoir. Peu touchée par la moue de la demoiselle, elle s’apprêta à reprendre la parole lorsque ce fut au tour de la poupée maudite de prendre la parole, ironique situation puisqu’il s’agissait d’autant plus de sa première intervention orale, connue du moins par la rousse. Une remarque bien plus agréable à entendre fut lancée à son égard, lui indiquant qu’elle et sa compagne cucurbitacée étaient largement aptes à provoquer de tels sentiments chez les autres et prenaient même plaisir à le faire. Quoi de plus normal chez des spectres telles qu’elles l’étaient, provoquant de nouveaux éclats de rire chez la magirêve alors que la discrète Iris se contentait une nouvelle fois de baisser les yeux vers le sol, n’aimant pas ce que ses consoeur considéraient comme un jeu ou une simple activité pour le plaisir. La meneuse de la conversation préféra ne pas en tenir rigueur, plus concentrée sur l’entretient en cours et ourson issue aussi. Cette dernière venait de nouveau d’être repoussée, une bonne nouvelle pour la prétendante n’est ce pas ? Peut être pas tant que ça.

Il avait tant de chose que la jeune femme pouvait avoir envie d’aborder avec une postulante, plus encore alors qu’il s’agissait de sa jumelle, sa copie, elle l’avait déjà dit son reflet. Il y avait bien un point sur lequel elle se questionnait et dont elle était persuadée de connaitre la réponse mais qu’il lui fallait éclaircir et ce avec celle qui en était le plus concerné. Elle laissa vagabonder sa main droite à la base de son cou, comme si elle recherchait discrètement un collier qui ne s’y trouvait pas si bien qu’elle laissa ses ongles effleurer sa peau encore quelques secondes, l’air pensive. Il lui arrivait très souvent en temps qu’Eris, de porter un certain pendentif volé à un bijoutier de renom avant qu’il ne périsse dans les flammes. Il lui rappelait sans cesse sa victoire sur la vie mais il pouvait surtout contenir une faible dose de liquide grâce à un système de flasque entièrement camouflé entre les fioritures et pierreries du collier. Inutile de préciser quel produit résidait la plupart du temps dans le flacon minuscule ni à quel artisan cette pièce avait été dérobé et justement c’était bien pour ces deux raisons que cette fois la jeune femme se félicitait d’avoir choisi de ne pas orner son décolleté de cet imposant bijou. Sa confiante petite soeur avait sans doute aperçu cette pièce avant son départ pour Lavanville et n’était absolument pas prête à découvrir la vérité concernant le parricide qui avait été commit par son idole. Le dos de sa main reposais en partie sur sa cage thoracique, vers la gauche juste au dessus de son sein alors qu’elle cherchait invisiblement un pouls. Elle n’étais jamais parvenue à sentir la moindre pulsation à cet endroit ni du coté opposé d’ailleurs, alors qu’elle n’avait aucun mal à relever le rythme de sa carotide ou de son poignet. Peut être étais-ce un signe que comme le voulait la métaphore, elle ne possédait pas de coeur ? Impossible biologiquement bien entendu, mais l’image n’était elle pas troublante ? L’esprit encore vagabondant, elle poussa un vague soupir avant de demander à sa jumelle.


- Crois tu à la dualité ma chère ? Cette soit-disant loi universelle qui divise autant qu’elle réuni. Qui dit que pour une sphère noire il y en a une blanche, pour un carré il y a un cercle… Qui dit que chaque chose n’existe que par son opposé et que leur rencontre les détruirait ? Que face aux ténèbres se tient la lumière, face au jour se trouve la nuit, face au bien le mal,  face à moi… Tu te tiens ? Pourquoi alors penser à la destruction dans ce cas ? Deux entités telles que nous valent mieux qu’une n’est ce pas, si seulement ces duos agissaient comme nous le faisons, tournées vers un même objectif plutôt que dressées l’une contre l’autre… Peux tu porter la main à ton coeur s’il te plait ?

Une demande on ne peut plus étrange dans un pareil contexte, n’est ce pas, mais pas tant que cela finalement aux yeux de la rousse écarlate. Après l’avoir caressé dans le sens du poil, lançant ce que la brune désirait sans doute entendre, elle voulait avoir la preuve finale, elle voulait savoir si la jeune fille qui se tenait devant elle chez qui elle retrouvait tout ce qu’elle pouvait être était une simple copie ou plus que cela. Ou pire. Si comme elle s’y attendait, Léna s’exécutait en faisant la même erreur qu’elle faisait lorsqu’elles étaient enfant que tous les adultes, idiots détenteur d’un savoir auto-proclamé, désignaient comme un défaut d’apprentissage, elle aurait enfin la preuve qu’elles étaient plus qu’un clone, une pâle copie. La rousse droitière, la brune gauchère, l’une le coeur à gauche l’autre… A droite. Elle était sa parfaite réplique dans une glace, rien de plus rien de moins. Comment devait elle le prendre ? Comme un affront de la part du destin qui avait préféré déchirer une entité si formidable qu’elle l’était en deux personnes distinctes, ou au contraire comme un cadeau de ce dernier qui lui avait offert le don de se reposer sur quelqu’un aussi fiable qu’elle même pouvait l’être à son propre égard ? Cette perspective était des plus alléchantes mais les quelques fâcheux défauts que possédait la jeune demoiselle comme la compassion ou sa trop grande empathie ne pouvaient ils pas mettre en péril ses plans et desseins, il n’y avait qu’une seule manière de le savoir.

- Tu sais ma chère, j’apprécie grandement ta bonne volonté et ton envie de prendre en main un rôle aussi grand que celui d’une libératrice mais t’attend tu à ce à quoi tu devras faire face ? Les esprits embrigadés ne sont pas prêts encore à laisser leurs idéaux changer et beaucoup d’entre eux sont hostiles aux messages que nous tentons de porter à bout de bras.

Elle se leva enfin, doucement et gracieusement laissant sa légère robe sombre s’agiter doucement au rythme de ses mouvements et ses talons claquer sur le sol dur et froids au rythme espacé de ses quelques pas, alors qu’elle commençait à se rapprocher de sa soeur.

- Chaque fois que je ferme les yeux j’ai cette image qui me déchire, d’un monde où la justice nous a trahit. Pour beaucoup la vie n’est qu’un vide immense où la mort prend alors tous ses droits. Penses tu pouvoir faire face à cela et plus encore ? Te dresser face à cela ?

Pour la première fois de cette entrevue, le mot mort avait traversé le seuil des lèvres de la demoiselle, la menant peu un peu là où elle voulait en venir, point qu’elle savait qu’il serait douloureux à accepter pour sa jeune invitée. Pourquoi l’aborder alors ? Parce qu’elle était venue pour ça. Elle s’arrêta seulement à quelques centimètres d’elle, son regard sérieux planté dans le sien avant qu’elle ne lui demande.

- Alors je te le demande Léna, seras tu capable d’ôter la vie de quelqu’un lorsque le besoin s’en présentera. Oui ou Non ?

Il était temps pour elle de faire face à ses convictions et ses principes pour discerner qu’est ce qui serait le plus important à ses yeux.

_________________





Thème principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Kelly
L'Ombre d'Ephira
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 24/06/2015

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Tout vient à point à qui sait attendre... [PV EPHIRA]   Lun 19 Oct - 17:39

L'intervention de sa partenaire cauchemardesque n'eut pour seule réponse le rire sinistre de la Magirêve qui partageait totalement l'avis de sa comparse spectrale. Ephira ne réagit pas, baladant sensuellement ses doigts sur son décolleté, l'air pensive.

-"Peux tu porter la main à ton propre cœur s'il te plait ?"

Léna ne voyait pas où elle voulait en venir. Elle n'avait jamais remarqué une quelconque dualité entre elles, se considérant plus comme sa moitié que comme son opposé. Elle obéit après avoir hésité légèrement, levant sa main gauche pour la placer au dessus de son sein droit, ne voyant toujours pas où sa sœur voulait en venir. Elle pouvait sentir ses battements fous, provoqués autant par l'excitation que par la crainte d'être choisie comme l'un des six Libérateurs. C'était machinale, pourtant les adultes lui avaient toujours reproché ce geste erroné. Comme si ton cœur se trouvait à droite... Idiote. Ils la pensaient folle, idiote, mais les faits étaient là. Son pou ne se manifestait pas à gauche, mais bel et bien à droite. Ses géniteurs n'avaient pas jugé utile de s'en soucier plus que cela, se contentant de critiquer ses idées farfelus. Elle avait donc cessé d'y faire référence, se rassurant en se disant que sa sœur, au moins, y croyait. Etant jumelles, elle s'était amusé à remarquer qu'en plus de se ressembler physiquement, elle pouvait se comparer à son reflet dans un miroir. Ephira droitière, Léna gauchère. Elle s'était dit que cette simple différence ne faisait que les rapprocher encore plus.

Alors que sa futur dirigeante s'exprimait, la brunette restait droite, la main sur le coeur, comme une patriote devant le drapeau de sa nation. Ses compagnes avaient reprit leur place, en retrait à ses côtés, concernées par les événements elles restaient silencieuses. Personne ne pouvait savoir où la rousse voulait en venir. Elle se redressa avec grâce, se déplaçant de façon fluide et lente, comme pour faire durer le suspense. Léna la regardait, curieuse de connaitre le dénouement. Elle se retrouva face à sa moitié, toujours aussi droite, prête à connaitre sa réponse. Et quelle réponse...

-"Alors je te le demande Léna, seras tu capable d'ôter la vie de quelqu'un lorsque le besoin s'en présenteras. Oui ou non ?"

Sa respiration se figea, ses doigts se crispèrent sur sa tunique violette, froissant le tissus souple qui cachait son corps. Quelle question ! Bien sûr que non ! Elle regardait sa sœur avec une lueur de peur dans le regard. Tentant de savoir si elle était sérieuse ou non. Aucun doute. Elle l'était. Ses mains se serrèrent alors qu'elle libéra lentement l'air jusque là coincé dans ses poumons. Le poing droit fermé le long de son corps, les doigts de sa main gauche crispés sur son vêtement. Son regard perdit celui identique de sa sœur et glissa lentement mais sûrement vers le sol. Quelle réponse pouvait elle lui fournir si ce n'est de l'indécision ou un refus ? Et elle ne pouvait se permettre ni l'un ni l'autre, et encore moins de lui mentir. Pourtant, cette réponse semblait décisive concernant l'obtention de ce titre qu'elle convoitait depuis le jour de son arrivée sur l'île, depuis que sa sœur, son idole lui en avait parlé.

Sa respiration était lente, quasi laborieuse tant son esprit était embrumé. Ses amies ne pouvaient pas lui venir en aide cette fois ci. Car la réponse fournie ne la concernait qu'elle et elle seule. Même si l'acte était commit par ses spectres, elle en serait la seule responsable, ce serait elle qui aurait commandité un tel crime. Les yeux fixés sur la pierre grise de la caverne, elle semblait perdu dans ses esprits, elle semblait se battre contre elle même pour trouver la réponse adéquat. Et elle mettait bien trop de temps. Jamais elle ne réussirait. Il n'existait pas de bonne réponse à cette question.

-"Je... Si l'organisation devait être mise en péril... Je... Il serait nécessaire de..." Elle bégayait. Voilà qui n'était absolument pas professionnel. "S'il ne devait y avoir aucune autre issue, et que ta vie et celle de l'organisation devait être en danger, alors..." Elle releva alors les yeux, déterminée. "Alors je serais en mesure de mettre fin à la vie de ce qui nous mettrait en danger, nous et nos idéaux."

Elle ne pouvait être certaine que ses dires étaient vrais, puisque rien de tel n'était encore arrivé. Pourtant elle se promettait intérieurement de rendre vrai ce qu'elle venait d'admettre. Elle ne pouvait pas se permettre de mentir à sa sœur, et s'assurerait que le jour où cela deviendrait nécessaire, elle agirait en conséquence.

Les poings fermés, l'un sur son cœur, l'autre près de sa cuisse, elle soutenait le regard de sa sœur.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tout vient à point à qui sait attendre... [PV EPHIRA]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tout vient à point à qui sait attendre... [PV EPHIRA]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout vient à point à qui sait attendre...ouais ça a été long!
» Tout vient à point à qui sait attendre... La Cimbali MD5
» (année 128) tout vient à point pour qui sait attendre ϰ aemond&allaya
» Tout vient à point pour qui...
» les choses qui te sont irremplaçable!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Aube Saison 2 : Version Zénith :: Maïlys - Zones Civilisées :: Cachette de la Team Boréale-
Sauter vers: