Bienvenue sur la suite du forum à succès Pokémon Aube, Invité. Après l'incroyable assaut de la Team Zodiac, où en sont les choses sur l'île de Maïlys?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Leçon n°3 : Il ne faut jamais tout dire, même à une pierre [Arène]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kara Effyis
Beauté et Puissance ♥
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 03/09/2014
Localisation : Dans mes pensées

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Leçon n°3 : Il ne faut jamais tout dire, même à une pierre [Arène]   Jeu 24 Sep - 9:09


Les champions prennent des vacances ! Je n’en reviens pas, les champions s’offrent des vacances et laissent leur arène vide ou avec un autre collègue intérimaire qui ne correspond absolument pas à ce pour quoi j’ai réservé un créneau de combat ! Parce que moi, je voulais affronter le champion de type feu ! Pas un type sol ! J’avais envie de hurler à ce moment précis, mais je m’en retenais parce que ce n’est absolument pas le genre de choses qui se font dans un train. Oui un train. La frustration m’en ferait oublier les bonnes manières, j’ai peut être un petit peu zappé d’expliquer le pourquoi du comment je me trouvais à l’heure qu’il est dans un train avec mon Phyllali dormant sur mes genoux et mon sac sur le siège vide à mes cotés.

Comme il était prévu initialement, je m’étais présentée ce matin à l’arène relativement tôt pour disputer le match pour lequel j’avais réservé un créneau, et là comme une fleur la réceptionniste me dit que ce n’etait pas possible. Parce que aujourd’hui le champion n’était pas disponible, d’où mon prompte raisonnement qui me mena à penser qu’il avait prit un jour de vacances, mais si je voulais je pouvais affronter le spécialiste de type sol le lendemain dans l’après midi à la place. Ou plus simplement attendre la semaine prochaine. Donc comme je suis en règle générale très posée et pas particulièrement spontanée, j’ai accepté l’offre pour la semaine suivante et ai préféré foncer ventre à terre à la gare un dépliant des différentes arènes sur lequel était marqué leur numéro de contact en main. J’avais pu constater qu’un train pour les ruines de Lakit, encore, partait une demi-heure plus tard ce qui me laissait juste le temps d’appeler pour savoir s’il était possible de me pointer à l’improviste à l’arène locale et de m’acheter un magazine pour le trajet. Seulement trois heures de train, c’était pas si mal et ça me laisserait en plus le temps de potasser un peu quand au type que j’allais devoir affronter.

Donc retour au moment présent, dans le train sur le point d’arriver un magazine en main, mes écouteurs vissés aux oreilles et une évolition sur les genoux. J’aurais aimé pouvoir demander à Phi de participer au combat mais son niveau de compétence n’était pas encore arrivé à égalité avec celui des autres, il lui aurait été impossible de suivre le rythme malheureusement. Ce qui était vraiment dommage face au type roche quand même… Enfin bref, j’avais de quoi me débrouiller quand même et j’avais largement eu le temps d’entrainer tout le monde à user de nouvelles capacités apprises par le biais de formidables Ct achetées par mes soins. Une fois arrivée à quais, je rappelais le renardeau et me mis aussitôt en route.

Je n’avais eu aucun mal à trouver l’arène, celle ci était bien indiquée d’une part et d’autre part j’avais révisé le plan de la ville et l’itinéraire dans le train. Je fus émerveillée de découvrir le musée archéologique qu’était l’arène et aurais bien aimée faire un tour si je n’avais pas été pressée par la montre… Peut être en repartant j’aurais assez de temps pour ça. En me signalant à l’hôtesse, elle me fit signer un registre et m’indiqua un vieux wagon noirci par les âges qui siégeait en plein milieu de la salle. Elle m’accompagna jusqu’à la… chose dans laquelle j’hésitais fortement à prendre place parce que il y avait 95% de chances au moins pour qu’en entrant là dedans je me tâche… Mais bon ,contrainte et forcée je m’installais et la jeune femme activa un mécanisme qui fit partir le wagonnet plus rapidement que ce à quoi je m’attendais. Curieusement, je me sentis actrice d’un vieux film d’aventure que j’avais du voir des dizaines de fois alors faites sonner les trompettes, sortez les fouets et les chapeaux en cuir Kara et le temple maudis sortira très prochainement dans vos salles de cinéma. Enfin bref, après ce petit tour de manège grinçant, je sortais de mon wagon à la recherche d’un point photo comme dans les parcs d’attraction et du chemin à suivre pour la suite du programme. Et après le train, et le wagonnet il fallait que je fasse face à… Un gouffre. Et il ne me fallut pas bien longtemps pour comprendre que le seul moyen d’atteindre le champion était de passer les plateformes unes à unes en sautant dessus et en essayant de ne pas tomber. Kara affronte le vide en talons aiguilles, première prise. J’exagère, ce n’était pas des talons aiguilles heureusement mais leur hauteur était assez grande pour ne pas me permettre d’anticiper l’atterrissage et la distance de freinage que demandaient de pareils sauts. Et je suis sûre qu’en plus le champion doit avoir un ascenseur à lui tout seul… Mais bon pas d’inquiétude, mon inventivité ferait de nouveau ses preuves.

J’aurais pu demander à Anastasia de me porter mais ça n’aurait pas été très fair play quand au défi qui se présentait à mes yeux et j’aurais aussi pu faire demi tour pour aller m’acheter des snikers ou ballerines mais il était absolument hors de question de porter des chaussures plates, surtout pour un match pareil. Quel était le rapport entre les deux ? Aucun, mais ça me tenait à coeur de porter des talons tout le temps. Et les chaussures plates me donnent mal au dos de toute façon. Bref, ce dont j’avais besoin c’était d’un coup de main ou plutôt de patte. Décrochant de la sangle de mon sac la pokéball que j’avais décorée de bandes bleues et noires et d’une ankh en son milieu un peu en avant, je libérais Anubis mon Lucario qui observa autour de nous pour se situer avant de ricaner un peu portant une de ses pattes à gueule alors que l’autre pointait mon mollet. En baissant les yeux, je découvrais une énorme marque de charbon opaque qui striait ma jambe de mi mollet jusqu’au dessus du genou. Tentant en vain de faire partir la tâche sans l’étaler, je pointait d’un revers de la tête les plateformes au loup avant de lui dire.


- Tu sautes en premier et ensuite tu me rattrapes. Ca te semble possible ?

Il hocha de la tête, retrouvant son sérieux et s’élançant d’un saut absolument parfait vers le plus proche des rochers proéminents. Avec un peu moins de grâce, je bondissais vers lui pour qu’il me rattrape et stoppe mon avancée, prenant garder à ce que je ne m’écorche pas sur la pointe d’acier qui éructait de son torse. Ce manège nous permis d’atteindre non sans mal le plancher des écremeuh ou plutôt des rototaupes dans le cas présent même si le stade sous terrain me semblait particulièrement lumineux et dégagé. Heureusement qu’Anubis avait été là parce qu’à trois reprises, j’avais manqué trébucher et je n’imaginais vraiment pas la chute qui m’aurait attendu derrière. Accompagnée de la figure égyptienne et encore un peu essoufflée par mon parcours je m’avançais jusqu’à la limite du terrain et lançais de vive voix, encore trop concentrée sur ce que j’avais traversé pour penser au stress de la formalité que représentait la présentation au champion.


- Bonjour ? Désolée de vous déranger, je m’appelle Kara Effyis et je viens relever le challenge de cette arène. Je suis déjà en possession de deux badges et il s’agit là de mon troisième match contre un champion.

Après pour le reste, le champion avait sans doute eu avoir accès aux fiches de la ligue sur lesquelles étaient marquées toutes les informations utiles concernant chaque dresseur ayant déjà relevé le défi des champions. Après j’étais curieuse de savoir s’il avait déjà eu l’occasion d’affronter une challenger vêtue comme je l’étais dans cette arène. Sans compter la tâche au mollet bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dazh Dalreight
Éclat du Monolithe / Champion Roche
avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 13/09/2015
Age : 26

MessageSujet: Re: Leçon n°3 : Il ne faut jamais tout dire, même à une pierre [Arène]   Sam 3 Oct - 21:56

Assis dans la poussière, le champion de l'arène travaillait à élucider le mystère d'une pierre particulièrement rare. Cette roche inconnue lui avait été envoyer par son ancien partenaire, Kvothe, un pokémon Ranger de la région de sinnoh. Cette dernière était plutôt lourde, d'un noir profond et surtout, parfaitement ronde. Certaines légendes prêtent aux pierres des pouvoirs immenses et parfois même, une conscience propre. Si  tel était le cas, cette pierre était plus précieuse que tout ce qu'il possédait jusqu'alors. 

Le jeune Dalreight aurait encore consacrer toute son attention à la pierre, et ce durant de longue heures si soudain, l'échos d'un bruit lointain n'avait attirer son attention. A n'en pas douter, il s'agissait de quelqu'un qui se déplaçait sur les plateforme. Une jeune femme n'avait elle pas prévenue de son arrivée? Plutôt distrait, Dazh y accorda quelques instants de réflexion puis, ne se souvenant de rien, haussa les épaules et se prépara a accueillir son invitée.

Le champion se leva et alla déposer l'orbe sur un atelier de pierre non loin de là. L'établis en question était taillé dans la roche. Il contenait de nombreux outils afin de mettre a jour les vestiges des ruines de Lakit. La plus-part d'entre eux étaient destinés à étudier les pierres, mais le champion était résolu a ne pas abîmer l'orbe. Accordant un dernier regard à la gemme, il se surprit a lui donner le nom d'Orbe du Monolithe. Le "Monolithe", c'était le surnom qu'on lui avait donner chez les Pokémon rangers en raison de son affinité avec les Pokemon du type roche. Ce terme lui convenait plutôt bien. Un roc dans la tempête, la sérénité dans le chaos. Le monolithe immense et solitaire.
Alors qu'il chassait la poussière de ses vêtements, le challenger atterrit non loin de lui, sur le terrain traditionnel, lié au combat de la ligue. Tracé à la craie sur un sol de terre battu, il fallait régulièrement l'entretenir.



Bonjour ? Désolée de vous déranger, je m’appelle Kara Effyis et je viens relever le challenge de cette arène. Je suis déjà en possession de deux badges et il s’agit là de mon troisième match contre un champion.



Dazh ne réagit pas au nom de Kara Effyis, mais il savait effectivement qui était cette personne. Détentrice de deux badges, elle commençait a faire ses preuves dans la ligue de de Maïlys. Il l'avait cependant imaginer plus aguerris. Malgré tout, elle avait passer l'épreuve des plate-formes avec succès. C'était un exploit d'autant plus remarquable car elle portait des chaussures à talon. Il la salua tout d'abord d'un signe de la tête respectueux, puis il remarqua l'enchevêtrement de ses cheveux et sa respiration saccadée. Tout naturellement, il rit brièvement avant de lui tendre une bouteille d'eau fraîchement puisé dans la source des ruines de Lakit. En apercevant le Lucario un peu en retrait, il désigna le baril remplit d'eau sur la droite de ce dernier afin qu'il s’abreuve si nécessaire. Le climat était favorable ici, mais la météo du jour était particulièrement torride. Enfin, il fallait récompenser l'effort fourni par ses invités.

"Je m'appelle Dazh, et je suis bien le champion de l'arène."

Comme pour casser la monotonie d'un tel discours, ou pour rompre avec le dialogue officiel de la ligue, le jeune homme se débarrassa de sa veste et fit mine de faire quelques étirements. Il s'accorda un instant pour étudier le physique séduisant de la jeune femme, peut-être un peu trop, puis repris de plus bel tandis qu'il remettait de l'ordre dans ses cheveux d'un geste négligent de la main.  

"Pour ce qui est des règles, il s'agit d'un match à trois Pokémon, en simple. Il n'est pas possible de les échanger au cours du combat, pas plus qu'il n'est permis d'utiliser d'objets.
Si tu es d'accord, on va pouvoir débuter !"
Achevant sa série d'étirement, le champion avala quelques gorgés d'eau fraîche avant de s'emparer de son nécessaire pour livrer duel. Une ceinture particulièrement utile, aux couleurs de Maïlys, contenant les Pokémons qui combattrons aujourd'hui. Ajustant une dernière fois son apparence vestimentaire, qui bien que couvert de poussière, permettait à sa peau de respirer sans trop souffrir de la chaleur. Une fois encore, il passa sa main dans ses cheveux comme pour les chasser de devant ses yeux, et entreprit de se diriger à l'autre extrémité du terrain. D'un pas rapide, il s'approcha de son poste, et eut tout le loisir de voir d'observer la jeune femme faire de même. Alors sans attendre, il se saisit de la première Pokeball et en fit jaillir un Onix particulièrement vigoureux. Il n'atteignait pas la taille impressionnante de son tout premier Onix, mais celui-ci se défendait plutôt bien !


Spoiler:
 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kara Effyis
Beauté et Puissance ♥
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 03/09/2014
Localisation : Dans mes pensées

Equipe Pokémon
:

MessageSujet: Re: Leçon n°3 : Il ne faut jamais tout dire, même à une pierre [Arène]   Dim 11 Oct - 10:39


Le champion me sembla d’autant plus impressionnant par sa carrure et corpulence qu’il se tenait relativement éloigné de moi, jusqu’à ce qu’il choisisse de s’avancer pour se présenter plus explicitement que par un simple salut silencieux. Le coup des sauts dans le vide sur les plateformes rocheuses sortait assez de mon quotidien et des choses que j’avais l’habitude de tenter si bien que je reprenais difficilement mon souffle, et ce malgré une endurance qui me semblait légèrement au dessus de la moyenne habituellement. Enfin, légèrement au dessus de la moyenne. Et selon les efforts à fournir. Non finalement cette intervention n’était pas forcément utile. Je répondais au petits éclats de rire du champion par un sourire gêné, espérant qu’il serait compréhensif et que mon capital de crédibilité ne venait pas de chuter trop brutalement. Anubis au contraire, semblait à peine essoufflé par cet épisode, à croire que mes entrainements avaient du bon ou bien que sa résistance était incomparable avec la mienne. La logique aurait sans doute plus penché pour la seconde solution mais mon amour-propre préférait trancher en faveur de la première.

Je crois qu’apercevoir le saint-graal m’aurait fait moins d’effet que la bouteille d’eau que me tendait l’hôte de cet endroit, et je le remerciais dans un souffle avant de saisir le contenant pour le vider de son quart. Mon lucario fut lui aussi touché de l’attention à son égard et remercia à son tour posant la patte sur sa poitrine et offrant un signe de tête respectueux. Ses bonnes manières s’étaient exacerbées avec son évolution, un peu à la manière dont l’instincts protecteur de Galathée avait prit en puissance aussi, et j’aimais bien faire ce genre de constat dans un coin de ma tête dans l’espoir de les noter plus tard. Le loup du Caire partit en direction du baril et se mit à laper le liquide, forcé d’agir de la sorte à cause de sa physiologie assez spéciale. les présentations suivaient pendant ce temps leur cours, occupant le silence instauré par le court moment auquel j’avais eu droit pour me désaltérer.

J’avais bel et bien reconnu le champion de l’image que j’avais vu de lui quelques heures plus tôt sur le magazine, mais deux confirmations valent mieux qu’une et je n’ai qu’une confiance très réservée envers ma propre mémoire de toute manière. Je rebouchais la bouteille, remarquant vaguement le regard quelque peu inquisiteur du champion et me sentis soudainement légèrement mal à l’aise, transformant le sourire reconnaissant qui occupait mon visage en un vague rictus gêné. Il détourna le regard le temps de retirer sa veste et pendant ce temps je me félicitais de ne pas avoir tendance à rougir pour peu de choses comme la plupart des gens que je connaissais, par contre je ne pus retenir mes éternelles mimiques c’est à dire passage de ma main dans les cheveux et ce, plusieurs fois de suite en plus histoire de les réordonner un minimum.

Ma concentration et relative confiance en moi revinrent lorsque les règles du match furent annoncées par le spécialiste du type roche. C’était amusant de penser que j’avais ici une nouvelle occasion de tester une nouveauté dans une arène, ici le combat sans aucun objet et en solo. Ma première arène s’était faite en triple, la seconde en double et celle ci en simple qui plus est au moins, je ne me sentais pas lassée par la routine c’était pas mal, voir même bien. J’avais le palpitant qui jouait de la batterie alors que je sentais que le début de tout cela se rapprochait inexorablement et ce fut avec conviction mais en me tenant nerveusement les ongles un par un que je répondais à l’affirmative au robuste jeune homme qui serait d’ici quelques instants mon adversaire.


- Ben sûr que je suis d’accord ! Je suis on ne peut plus prête !

Et non, je n’en faisais pas des tonnes, c’était là mon état normal. Sans me donner de réponses, le champion acheva son échauffement avant de boire à son tour un peu d’eau et de se diriger vers son coté de terrain, non sans avoir récupérée une ceinture colorée et comportant quelques pokéballs. Prenant une grande inspiration, je me plaçais dans le rectangle tracé à même le sol qui désignait la zone où devait se tenir le challenger et poussais un hoquet d’admiration melé de surprise alors que notre premier adversaire fur libéré. C’était un colosse, sans rire un vrai colosse serpentaire entièrement fait de roche qui m’aurait énormément angoissé si le plafond n’avait pas été si haut. Oui il faut dire que la dernière fois que je m’étais trouvée en face un adversaire de ce gabarit, il avait tenté de me tuer. Littéralement. Mais bon, le contexte était différent il n’y avait rien à craindre et il était hors de question de refaire une crise de panique en plein match comme la dernière fois. Second problème, le double type de ce pokémon qui m’imposa un léger casse tête, sachant que mes deux seuls combattants avantagés possédaient une dangereuse faiblesse au type sol. Wolverine avait de quoi se protéger au cas où, mais avais-je vraiment envie qu’il commence à me prendre la tête pour la première manche ? Réponse toute trouvée.

- Anubis ! Fini la pause, tu entre en piste mon grand !

Ce dernier me lança un sourire satisfait et se dirigea d’un pas léger vers le terrain jusqu’à ce que je le stoppe en répétant des “tututu” jusqu’à ce que ce soit suffisant pour le faire stopper à peu près à mon niveau. Je levais un sourcil à son égard et tendais la main en lui faisant remarquer d’un ton légèrement sarcastique.

- Le bandeau… Une fois l’objet en main je lui adressais une tape amicale sur l’épaule. Allez, on y va tu vas tout déchirer.

Facon de parler, bien sûr hein. Je suis contre la violence excessive. Bref, il se placa, sautilla sur place comme d’habitude et à partir de cet instant, mon expression se fit plus concentrée et fermée à toute stimulation extérieure. Le combat était lancé et j’adressais au dieu égyptien les premières consignes de cette manche.

Grincement puis Danse-Lames.

Je déteste avoir à commencer…
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Leçon n°3 : Il ne faut jamais tout dire, même à une pierre [Arène]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Leçon n°3 : Il ne faut jamais tout dire, même à une pierre [Arène]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Leçon n°3 : Il ne faut jamais tout dire, même à une pierre [Arène]
» J'ai jamais su dire non
» Il ne faut jamais....
» Il ne faut jamais cesser de faire travailler sa mémoire...
» Faut-il tout se dire dans le couple ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Aube Saison 2 : Version Zénith :: Maïlys - Zones Civilisées :: Les Ruines de Lakit-
Sauter vers: